Mali-retrosports 2012 : De réelles raisons d’espérer

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

De la 3e place des Aigles du Mali à la CAN «Gabon-Guinée Equatoriale 2012» à leur qualification pour la phase finale «Afrique du Sud  2013», le sport malien a suscité beaucoup d’espoir en 2012. Un espoir conforté par la présence du basket-ball et du football presque sur tous les tableaux en Afrique et dans le monde.

La participation du Mali aux Jeux olympiques a rehaussé l’image du pays

 Le Sport malien, à travers le football, a bouclé 2012 sur une bonne note d’espoir. En effet, le 16 décembre au stade Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, notre Equipe Nationale militaire de football a remporté la 8e édition de la Coupe d’Afrique militaire de football (CAMFOOT). En finale, les Aigles militaires ont battu les Lions Indomptables du Cameroun par 1-0.

Cette sélection nationale militaire vient ainsi d’écrire une nouvelle page du football malien, en faisant main basse sur le trophée continental de sa catégorie. Pour y arriver, elle a d’abord dominé le Nigeria, (2-1), puis s’est faite battre par le pays organisateur, (0-3), avant d’étriller le Kenya en demi-finale, (3-1). Le buteur de la finale, Adama Traoré, a été élu «Meilleur joueur» de la compétition.

Dénommée Trophée «Blaise Compaoré» (du nom du président du Burkina Faso), la CAMFOOT était placée cette année sous le signe de la réconciliation, par les organisateurs ivoiriens. Elle est également qualificative pour la prochaine Coupe du monde militaire, prévue en 2013 en Azerbaïdjan. En plus de l’Algérie, détentrice du titre mondial, les quatre demi-finalistes, (Mali, Côte d’Ivoire, Cameroun et Kenya) sont qualifiés au grand rendez-vous mondial.

Quelques jours auparavant, c’est le Djoliba qui était passé à un doigt du second sacre continental d’un club malien (après le Stade malien en Coupe CAF, en 2009).  En finale retour disputée le 25 novembre à Dolisie (Congo-Brazzaville), les Rouges de Hèrèmakono ont été défaits par l’AC Léopards locale par 1-2. A l’aller, les deux formations s’étaient neutralisées 2-2 à Bamako. Le score final, au terme des deux matches, est donc de 4-3 pour l’AC Léopards.

C’est dire que nous avons bouclé sur une note d’espoir une saison footballistique qui avait aussi bien débuté avec la 3eplace des Aigles du Mali à la CAN «Gabon-Guinée Equatoriale 2012», disputée dans ces deux pays du 21 janvier au 12 février 2012.

Le Mali réalise ainsi sa meilleure participation à une phase finale de CAN depuis «Yaoundé 72» (Cameroun) où le pays avait occupé la seconde marche du podium. Quarante ans après, nous revoilà enfin sur une marche du podium de la plus prestigieuses des compétitions africaines. Après ce parcours honorable à la 28e phase finale de la CAN 2012, et surtout les parties héroïques livrées contre le Gabon, la Côte d’Ivoire et le Ghana, le public sportif était sur un nuage épais. Il a repris confiance en son Equipe Nationale et rêve désormais de consécrations.

Après un départ laborieux marqué par une défaite (0-1) contre le Bénin à Cotonou, les Aigles se sont relancés dans la course pour la qualification en Coupe du monde, «Brésil 2014». C’était face à l’Algérie battue à Ouagadougou (Burkina Faso) par 2-1. Mieux, pour la 9e fois dans l’histoire du football malien, les Aigles se sont qualifiés pour la phase finale d’une CAN de football, le 13 octobre 2012 à Gaborone. Et cela suite à leur victoire sur les Zèbres du Botswana par le score de 4 buts à 1 en match retour du dernier tour qualificatif. A l’Aller, les Aigles s’étaient imposés par 3-0 à Bamako.  Quelques jours plus tard, les Aiglons se sont aussi qualifiés pour la CAN junior, «Algérie 2013». Les Aiglonnets ont été privés de CAN au dernier tour par le Nigeria.

En football, l’un des faits marquants de l’année écoulée a sans doute été le sacre de l’US Bougouni en finale de la Coupe du Mali de football. Le 25 août, ce club de l’intérieur a remporté le 52e Trophée de cette compétition en battant les Onze Créateurs de Niaréla par 2-1 (mi-temps : 0-1).

L’USB devient ainsi la première équipe de ligue 2 à inscrire son nom au palmarès de cette compétition. Elle est le premier club d’un cercle et la seconde équipe d’une région de l’intérieur à s’offrir la Coupe du Mali après le Sigui de Kayes en 1987 ! L’USB et les Onze Créateurs vont représenter le Mali à la Coupe CAF pour la saison 2012-2013.

 

A Dakar, les Aiglonnes ont «joué contre le public et l’arbitrage» !

Du 20 au 29, le Mali a participé à la 12e édition de l’Afrobasket féminin U18 à Dakar (Sénégal). En finale, le Sénégal a battu le Mali par 55-50. Mais, comme le disait un confrère sénégalais, (très Fair-play), il aurait fallu un miracle pour que nos joueuses s’offrent ce trophée car, en dehors de l’adversaire sur le plancher, elles ont joué contré «le public et les arbitres». Le Sénégal remporte ce trophée pour la seconde fois de son histoire.  Le Mali était parti à la conquête de sa  5e couronne continentale après 1996 (Maputo), 2000 (Bamako), 2006 (Cotonou) et 2008(Tunis).

L’Egypte a obtenu la médaille de bronze après avoir battu la Tunisie (45-44), après prolongation. Le Sénégal et le Mali représenteront l’Afrique au Championnat du monde FIBA U19 en 2013. Il fau rappeler que l’Aiglonne Mariam Koné est sacrée «Meilleure tri-pointeuse» du tournoi. Elle figure aussi dans les «Cinq Majeures» avec Aminata Traoré.

Pendant l’année écoulée, de nombreuses autres disciplines maliennes se sont illustrées sur la scène continentale. Ainsi, du 21 au 26 avril, l’équipe féminine de la Commune V du District de Bamako a remporté la 5e édition de la Coupe des clubs champions de volley-ball de la zone 3 à Niamey (Niger). En finale, les Dames de la commune 5 ont dominé l’Association sportive du Togo par 3 sets à 0.

Le Kun Fu Wushu est aussi revenu du championnat d’Afrique de la discipline (du 10 au 14 septembre 2011 à Dakar, Sénégal) avec 7 médailles dont 2 en Or, autant en Argent et 3 Bronzes. Fidèle à sa tradition, le Mali a aussi brillé à la 11e édition du Tournoi international de Bras de fer sportif de Kenitra (17-21 mai 2012, au Maroc) avec 5 médailles d’Or et 2 d’Argent.

Pour ce qui est de l’athlétisme, le Mali a remporté pour la seconde fois consécutive le Tournoi de la Solidarité dont la 20e édition s’est déroulée à Ouagadougou du 18 au 20 mai 2012.  On a enregistré une véritable razzia malienne avec 5 médailles d’Or, 13 d’Argent et autant de Bronze.

Pour les observateurs, le tennis a été l’une des disciplines les prises présentes et surtout les plus performantes sur la scène sportive continentales. Par exemple, du 4 au 14 septembre, notre Equipe nationale junior de Tennis du Mali a décroché quatre médailles en or au Circuit Junior  ITF/CAT d’Afrique de l’Ouest et du Centre qui s’est déroulé à Cotonou (Bénin) et Lomé (Togo) du 4 au 14 septembre 2012.  Les 4 médailles en or ont été décrochées par : Seydou Diallo et Abdoulaye Bagayoko. Ils ont remporté le double messieurs à Cotonou (Bénin) puis à Lomé (Togo).

Vainqueur de la coupe de la Fédération malienne de tennis, Seydou Diallo dit Binké a confirmé ses progrès le 17 novembre 2012 en s’offrant la 13e édition du circuit international, Prize Money. Un sacre réalisé face à Sékou Dramé battu en trois Sets : 6/5, 4/6, 6/3. C’était en présence du Ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Hamèye Founé Mahalmadane. Une belle performance pour ce joueur âgé seulement de 17 ans. C’est le premier titre international de Seydou Diallo dans la catégorie des séniors qui affiche ainsi ses ambitions de meilleur espoir du tennis masculin au Mali.

 

D’Accra à Londres au rythme des Jeux

Binké devient ainsi le 6e joueur malien à inscrire son nom au palmarès du tournoi après… Sékou Dramé (2002), Yaya Traoré (2003), Mamadou Kéita dit Tcho-Tcho (2010), Mamadou Maxime Kouyaté (2010) et Batiékoro Kéita dit Ladji (2011). Et le mérite du natif de Bamako-Coura est d’autant plus grand que ce dernier avait en face le champion du Mali en titre. Qui plus est, Sékou Dramé reste à ce jour le seul joueur malien à être classé à l’ATP (290e joueur mondial en 2003).

Au niveau des Jeux, le Mali a honoré deux rendez-vous importants : «Londres 2012» (Olympiades) et les Jeux de la CEDEAO, «Accra 2012». Tout comme à Beijing (Chine), il y a quatre ans, le Mali misait sur Daba Modibo Kéita (Taekwondo, +80 kg) pour s’offrir une première médaille olympique de son histoire à Londres (Royaume Uni, du 27 juillet au 12 août 2012). Hélas ! Cet espoir a été une fois de plus déçu, le combattant ne parvenant plus à se hisser à hauteur de souhait.

Même, s’ils n’ont pas approché le podium, les autres représentants du pays n’ont pas été ridicules. Ils ont affronté les meilleurs du monde sans aucun complexe. Comme le disait le président Habib Sissoko, notre pays est allé à Londres conscient «des limites de nos représentants à rivaliser avec les meilleurs du monde». Et pour le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Hamèye Founé Mahalmadane, «le plus importants à nos yeux, c’était d’éviter le ridicule et surtout de bien se comporter pour faire honneur aux couleurs du pays».

«Je pense que, dans le contexte politique actuel dans votre pays, la présence du Mali à cet événement sportif le plus prestigieux du monde a été une très bonne chose», pense un membre de la famille olympique africaine. A notre humble avis, cette présence sportive et managériale a rehaussé l’image positive du Mali aux yeux de la communauté internationale.

Et aujourd’hui, il est nécessaire de tirer tous les enseignements de la participation malienne à ces jeux de la 30e Olympiade pour mieux préparer «Rio 2016». Le Ministère des Sports et le Comité National Olympique et Sportif du Mali (CNOSM) en sont conscients.

Du 16 au 22 juin 2012, c’est avec une très forte délégation que le Mali a participé à la seconde édition des Jeux de la CEDEAO organisée par le Ghana du 16 au 22 juin 2012. La délégation malienne est revenue avec six médailles, dont une en argent et cinq en bronze.

 

Concrétisé les espoirs de 2012

Pendant l’année écoulée, notre capitale a aussi été une grande vitrine du sport en accueillant d’événements prestigieux. C’est ainsi que, du 29 février au 4 mars 2012, notre capitale a abrité la 6e édition de la Convention Internationale du Sport en Afrique (CISA). L’un des temps forts de la 6e édition de la CISA aura été la cérémonie de Jappo Awards. Une belle occasion de rendre hommage aux grands dirigeants du sport en Afrique. Au cours de cette soirée de gala, le Comité national olympique et sportif du Mali a été récompensé par le Jappo Awards pour le «Développement du sport».

Nous avons donc sportivement bouclé l’année 2012 en beauté avec le sacre de notre Equipe nationale militaire à la 8e édition de la Coupe d’Afrique militaire de football (CAMFOOT),  «Côte d’ivoire 2012». Cette performance vient enrichir un tableau déjà riche en événements prestigieux pour 2013.

En effet, malgré la crise que notre pays traverse depuis janvier 2012, le football et le basket-ball maliens ont réalisé des performances exceptionnelles. L’année 2013 connaîtra donc une participation record des Equipes Nationales dans les phases finales des compétitions africaines et internationales.

Ainsi, notre pays sera présent à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations de football Senior «Afrique du Sud 2013» prévue en janvier 2013 ; la phase finale de la CAN de foot junior «Algérie 2013» prévue en mars 2013 ; le Championnat du monde de basketball féminin junior, Lituanie 2013 prévue en juillet 2013 ; l’Afrobasket masculin sénior, «Cote d’Ivoire 2013» prévu en aout 2013 ; l’Afrobasket féminin sénior, «Mozambique 2013» prévu en septembre 2013 ; la phase finale de la Coupe du monde militaire «Azerbaïdjan 2013». Sans compter que notre pays est très attendu aux Jeux de la Francophonie que Nice (France) organise en été prochain.

Une présence remarquable qui a aussi un coût. Hélas, le Trésor Public ne pourra pas forcément faire face à tous les frais que vont engendrer la préparation et la participation du Mali à ces prestigieuses compétitions africaines et internationales.

D’où la nécessité de mobiliser des ressources et de lever des fonds indispensables à la préparation et à notre participation à ces échéances. Le ministère de la Jeunesse et des Sports appelle donc à la solidarité de l’ensemble des Maliens, de l’intérieur et de la Diaspora, pour aider le gouvernement à faire face à ces défis qui engagent l’image de notre pays. Et une bonne image, le pays en a plus que besoin aujourd’hui pour se réconcilier avec lui-même et faire face aux multiples défis de l’heure !

Moussa Bolly

C.C/MJS

 Des légendes se sont éteintes

Comme les années écoulées, le sport malien a perdu certaines de ces légendes en 2012. Parmi elles, il faut citer l’ancien défenseur du Club Olympique de Bamako (COB) et de l’Equipe nationale du Mali, Mamadou Sangaré dit  Jo Cuba.

Mal remis d’une série d’interventions chirurgicales, il s’est éteint à Paris dans la nuit du 28 au 29 avril à l’âge de 61 ans après un long combat avec la maladie. Jo Cuba a contribué à la rédaction des belles pages du Club Olympique de Bamako (COB) et des Aigles du Mali !

Une légende de la boxe a aussi été arrachée à l’affection du monde du noble art malien le jeudi 10 mai : Soungalo Bagayoko ! Né en 1944 à Kéléya (environ 100 km au sud de Bamako), Soungalo Bagayoko restera comme l’un des plus grands pugilistes de l’histoire de la boxe malienne et africaine.

De 1971 à 1981, date de sa retraite, Ba Sounkalo a livré 41 combats pour 22 victoires dont 19 par KO, 17 défaites et 2 nuls. Et depuis le 11 Mai 2012, Soungalo Bagayoko repose au cimetière de Niaréla où il a été accompagné par une foule nombreuse composée de parents, d’amis et d’anciens sportifs.

Que leurs âmes reposent en paix dans la grâce éternelle de Dieu. Puisse la nation ne jamais oublier les sacrifices qu’ils ont consentis pour toujours rehausser l’image du Mali !

M.B

C.C/MJS