Match d’ouverture : ça passe pour le Brésil

0
Match d'ouverture : ça passe pour le Brésil
Le gardien croate Stipe Pletikosa est battu, le Brésil égalise en milieu de 1ère mi-temps.
REUTERS/Paulo Whitaker

La Seleção a débuté jeudi 12 juin son Mondial par une victoire face à la Croatie (3-1). Mais la soirée ne fut pas aussi facile pour les Auriverde, menés au score pendant près de trente minutes et bien aidés par l’arbitre. Neymar (2) et Oscar sont les deux buteurs du Brésil, tandis que Marcelo a marqué contre son camp.

De notre envoyé spécial à Sao Paulo,

Hier en conférence de presse, Neymar et son entraîneur, Luiz Felipe Scolari avaient avoué bien dormir. La nuit prochaine, le sommeil risque d’être difficile à trouver pour les deux hommes. Alors que les 61.000 spectateurs s’attendaient à voir une Seleção tout en confiance, c’est une équipe brésilienne fébrile qui s’est présentée face à eux en début de rencontre. Peut-être l’enjeu énorme d’un Mondial contesté depuis des mois et la peur de ne pas accrocher une nouvelle étoile comme en 1950.

« Nous avons l’obligation de gagner le titre. On n’organise pas la Coupe pour être troisième ou quatrième », avait lancé hier le coach de l’équipe la plus titrée de l’histoire du Mondial avec ses cinq étoiles. Sauf que c’est la Croatie qui fait une entame de match tonitruante. Dès la 7e minute, sur un centre de Perisic, Olic place une tête juste à côté du cadre. Quatre minutes plus tard, c’est la consternation dans les tribunes du stade Itaquera de Sao Paulo. Marcelo marque contre son camp, chose inédite en Coupe du monde pour la Seleção. Est-ce un mauvais présage ?

Neymar, le prodige

Mais les Auriverde ont pu compter sur le talent du jeune Neymar qui a égalisé à la 29e minute sur une passe d’Oscar. L’attaquant du FC Barcelone a souvent semé le trouble dans le camp croate et pris un carton jaune au passage (26e). Tout le monde voulait voir comment le petit prodige allait gérer la pression énorme qui pèse sur ses épaules. Et il a été décisif pour éviter une première humiliation depuis la victoire des Auriverde en Coupe des Confédérations avec deux buts, dont un penalty à la 71e minute, après une faute pas évidente du tout de Lovren sur Fred. Si les statistiques ont largement plaidé en faveur des Brésiliens avec 64% de possession de balle en première période, difficile de sentir une équipe en pleine confiance.

 

Sous le ciel bleu de Sao Paulo, la soirée avait bien commencé avec un spectacle haut en couleurs pour un hommage au Brésil et à ses trésors, notamment le football. Elle s’est aussi bien terminée avec le troisième but brésilien signé Oscar (90e) sur un contre, alors que l’arbitre avait refusé un but égalisateur aux Croates quelques minutes plus tôt pour une charge très légère d’Olic sur Julio Cesar. Pour le Brésil, il reste encore six marches à gravir pour toucher sa sixième étoile. Neymar et Scolari vont-ils dormir tranquille ?

Niko Kovac fustige l’arbitrage face au Brésil

Dans quel état doivent être les hommes de Niko Kovac, le sélectionneur croate, après cette défaite face au Brésil. Les hôtes de cette Coupe du monde 2014 ont été visiblement avantagés par deux erreurs d’arbitrage. Un pénalty inexistant sifflé contre Dejan Lovren et transformé par Neymar, puis une égalisation à 2-2 des Croates refusée pour une faute fantôme d’Olic sur le gardien Julio Cesar.

« Je suis fier de mon équipe », a réagit Kovac en conférence de presse à l’issue de cette rencontre électrique. « Je ne comprends pas ce penalty. Je crois que nous méritions au moins un pont après cette prestation. On a bien joué tactictement. J’espère que l’on gagnera notre deuxième match ».

Sur un ton ferme mais pesé, Kovac a fustigé l’arbitrage de ce premier match. « Aujourd’hui, c’était ridicule et si on continue comme ça, cette Coupe du monde sera un grand cirque », a-t-il lancé. Tout en ajoutant : « C’est la vie et on va continuer notre parcours. Le Brésil n’a pas besoin d’un arbitrage favorable, c’est une grande équipe. Je ne veux pas blâmer Fred. Ca fait partie du jeu. Je blâme l’arbitre pour cette décision ».

« Je pense que c‘était un penalty et l’arbitrage l’a vu comme des millions de gens. C’est à l’arbitre de décider et d’interpréter », a déclaré fermenent Luiz Felipe Scolari, le coach brésilien.

Les hommes de Niko Kovac devaient faire sans Mario Mandzukic, suspendu pour cette première rencontre. L’attaquant du Bayern Munich, auteur de 21 buts cette saison, était sous le coup du carton rouge reçu face à l’Islande lors du barrage retour de qualification à la Coupe du monde. Si l’équipe de Croatie a montré un visage très conquérant malgré cette défaite, Mario Mandzukic devrait être un atout pour leur prochaine rencontre.

En attendant, Neymar qui a été désigné l’homme du match a esquivé la question. « Je suis tellement heureux de commencer par une victoire et ses deux butsNous avons une grande équipe et nous avons montré que c’est difficile de nous battre », a-t-il simplement expliqué en conférence de presse.

Propos recueillis par Farid Achache / rfi.fr

PARTAGER