Mondial 2018: face au Mali, la Côte d’Ivoire frappe d’entrée

11
Mondial 2018: face au Mali, la Côte d’Ivoire frappe d’entrée
La joie des Ivoiriens vainqueurs du Mali 3-1 ISSOUF SANOGO / AFP

Malgré l’ouverture du score du Mali, la Côte d’Ivoire est parvenue facilement à battre son adversaire du jour avec trois buts inscrits en l’espace de dix minutes (3-1). Les Eléphants prennent la tête du groupe C.

Après le match nul entre le Gabon et le Maroc (0-0), la Côte d’Ivoire et le Mali entraient en lice dans cette première journée de la phase de groupes. Les Eléphants, champions d’Afrique en titre, devaient faire sans Yaya et Kolo Touré qui ont mis fin à leur carrière internationale.

Sambou Yatabaré dégaine, les Eléphants répliquent

Désormais sous les ordres de Michel Dussuyé, les Ivoiriens pouvaient compter sur les anciens cadres tels que Gervinho ou encore Serey Dié. Pourtant, dès la dixième minute, les Eléphants se sont mis en danger après un contre du Mali et un ciseau retourné de Mustapha Yatabaré qui oblige Gbohouo à une claquette. La domination malienne finit par payer: sur une balle en profondeur, Sambou Yatabaré trompe le gardien d’une frappe piquée splendide (18e).

Ensuite, c’est un vrai retournement de situation avec trois buts en l’espace de dix minutes pour les hommes de Dussuyer. L’égalisation arrive à la 25e minute après une frappe du pied droit tout en puissance de Jonathan Kodjia. Sur un centre d’Aurier, Coulibaly veut dégager mais se troue complètement. Sa reprise du tibia trompe son propre portier (31e). C’est au tour de Gervinho d’enfoncer le clou avec une reprise de volée qui termine dans le petit filet (34e). Les champions d’Afrique tiennent leur rang. Les voilà déjà virtuellement en tête du groupe C. Avec deux buts d’avance sur les Aigles du Mali, les Ivoiriens n’ont plus qu’à gérer la situation, d’autant plus à domicile.

Et de fait, la deuxième période n’a pas donné lieu à autant d’intensité. Les hommes d’Alain Giresse quittent la Côte d’Ivoire sur une défaite alors que tout avait si bien commencé.

Les réactions :

« Le Mali nous a mis en difficulté et nous avons su tirer parti d’un temps fort (3 buts en 10 minutes, ndlr). Nous avons été réalistes. Je suis heureux pour l’équipe. Nous avons bien débuté cette phase de groupe », commente Michel Dussuyer au micro de RFI.

« Nous n’avons pas su profiter de l’avantage du score. Nous avons manqué de maturité face à la Côte d’Ivoire. Il va falloir relever la tête et se remettre au travail », dit de son côté Alain Giresse.

Par RFI

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Moi j’ajouterai qu’Oumar Sissoko ne devrait pas être titulaire en présence de Djigui. Même si Djigui joue encore au Mali il aurait pu nous éviter de prendre les 2 buts que Oumar a encaissés (je ne parle pas de l’auto-gaol sur lequel il ne pouvait rien). Enfin il y a une mauvaise gestion de l’effectif, comment faire jouer Modibo Maiga qui sans club alors que d’autres joueurs présents à Bouaké étaient plus en jambe. Bon en conclusion, la défaite fait mal mais rien n’est perdu, il suffit de ne plus perdre aucun autre match, moi ce qui ferait plaisir c’est un trophée continental senior d’abord avant de songer jouer la coupe du monde.

  2. l’entraineur est nul, il n’a aucune strategie de jeu. Les Aigles ont ouvert le jeu , lors qu’ils devraiemt fermer le jeu . et laisser les ivoiriens ouvrir le jeu, et puis salif dans l’axe central fut la grande deception cote malien. Il joue comme in joueur de quartier, des solutions de facilite, lenteur dans le movement, Hamary et wague ont ete passifs sur
    gervinho, dadie au milieu etait nul. Les deux remplacant Maiga et Samba sow ont reduit le Mali a 9 contre onze.
    La question que l;on devrait se poser est de savoir pourquoi le groupement se fait paris pour in match qui se joue en Abidjan. ( Calendrier FIFa)

  3. A chaque Match CÔTE d’IVOIRE-MALI, les Maliens se comportent sur le terrain comme s’ils n’avaient jamais joué au foot…! IL faut mettre un terme à ce complexe Malien face aux Ivoiriens. Pour le match d’hier, il ne faut pas trop en vouloir aux Nôtres car, depuis toujours les Ivoiriens sont injouables à domicile, pas seulement pour les Maliens… Sauf pour les Camerounais peut-être…?

  4. Le mali a pris le plus mauvais des entraineurs français, et la femafoot espère aller en coupe du monde avec giresse? Impossible!!!
    Ce monsieur est mauvais, même le gabon l’a viré…

    C’est vraiment dommage que nos dirigeants soient teelement complexés, qu’ils sont convaicus que le salue viendra forcement par un entraineur blanc, même nul…

    Je rappelle: un bon entraineur blanc reste toujours en europe! Seul les mauvais vont en afrique. ( Ils savent que nos dirigeants sont complxés…)
    Sinon quitte à prendre un entraineur blanc: faut prendre les meilleurs… bielsa, san paoli…

    • Le coaching de Giresse a été lamentable hier. En Afrique quand on joue à l’extérieur on ouvre pas le jeu comme il l’a fait. Et mettre 2 attaquants de pointe d’emblée marega et yattabare a été une erreur. La femafoot doit le limoger ou mettre un adjoint plus compétent que Pathé. Sinon nous pouvons avoir une bonne équipe.

      • l’erreur a ete de remplacer doumbia par diadie et laisser diadie evoluer sur le cote gauche. diadie doit jouer uniquement au milieu de terrain soit comme 6 ou devant le ou les 6. je ne desespere pas cette equipe avec adama et sacko peut terminer 1ere de cette poule.
        il est aussi temps pour nos dirigeants de grandir

        • Exact ,nos dirigeants se doivent de grandir maintenant et surtout face à la côte d’ivoire . Nous mettons en garde la Femafoot pour le match retour de ce pays au Mali .Aucune erreur ne sera tolerée .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here