Et Nasri a pété les plombs…

0

Leicester a créé l’exploit en éliminant Séville en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions (2-0, aller 1-2), et Samir Nasri a précipité la chute des siens en se faisant bêtement expulser, alors que Steven N’Zonzi a manqué un penalty quelques minutes plus tard.

Il y a un peu moins de trois semaines, Leicester, battu 2-1 sur la pelouse de Séville en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, s’offrait un mélodrame en congédiant, un peu à la surprise générale, Claudio Ranieri, grand artisan du premier titre de l’histoire du club des Midlands.

Un licenciement qui a visiblement servi d’électrochoc à des Foxes alors en grande difficulté au classement. Car après avoir battu Liverpool puis Hull sur le même score (3-1), les joueurs désormais entraînés par Craig Shakespeare, confirmé au moins jusqu’à la fin de saison, ont enchaîné un troisième succès consécutif, et pas des moindres, en éliminant avec la manière Séville de la prestigieuse compétition européenne (2-0), pour leur grande première dans l’épreuve !

Et c’est le capitaine Wes Morgan qui a d’abord montré la voie, de la cuisse, sur un coup franc d’un Riyad Mahrez définitivement retrouvé (27e), avant que Marc Albrighton, dans la foulée d’une frappe sur la barre de Sergio Escudero, ne double la mise d’un tir du gauche à l’entrée de la surface après un centre mal repoussé par Adil Rami (54e). En difficulté, l’ancien Lillois symbolise d’ailleurs bien la soirée compliquée vécue par les Français au King Power Stadium.

Les regrets de N’Zonzi

Wissam Ben Yedder s’est notamment démené, tentant sa chance à plusieurs reprises mais ne parvenant pas à inquiéter Kasper Schmeichel, comme sur ce tir non cadré (30e), alors que Steven N’Zonzi doit lui éprouver encore plus de regrets, puisqu’il a vu son penalty, qui aurait remis les deux équipes à égalité sur l’ensemble des deux matches, arrêté par le portier danois à la 80ème minute.

Mais c’est bien Samir Nasri, pourtant en jambes dès l’entame avec un tir difficilement repoussé par Schmeichel (3e), qui a précipité le revers des siens en se faisant bêtement expulser (74e), quelques minutes avant son entraîneur Cesar Sampaoli. Déjà averti pour un tacle sur Wilfred Ndidi (11e), l’ancien Citizen n’a pas réussi à résister aux provocations de Jamie Vardy, le repoussant de la tête avant d’écoper, comme l’attaquant anglais, d’un carton jaune. Ses partenaires et même certains de ses adversaires ont alors tenté de le calmer, en vain.

publié: le 14-03-2017 par sports

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here