Non sélection des joueurs binationaux : Pour qui roule Alain Giresse ?

0
0

Depuis son arrivée à la tête de notre équipe nationale, le français Alain Giresse a instauré une politique de sélection incompréhensible qui vise à laisser nos joueurs binationaux au profit de la France.

 

Après les indignations face à la politique de quota que certains dirigeants du football français avaient tenté d’instaurer pour éviter que les joueurs de couleurs formés en France n’aillent évoluer avec leur pays d’origine, il y a lieu de se poser des questions sur le comportement de certains sélectionneurs des pays africains originaires de la métropole. Parmi ces cas de figures, nous avons malheureusement notre sélectionneur. Alain Giresse, puisque c’est de lui qu’il s’agit, serait-il entrain d’appliquer certaines consignes reçues depuis la France ? Telle est la question que certains observateurs éclairés de notre football commencent à se poser.

Cette question à tout son sens d’autant plus qu’il ne cesse de s’illustrer par des choix douteux. Plus que jamais, notre pays possède un répertoire de jeunes talents binationaux qui évoluent au sein des équipes de 1ère et 2ème divisions françaises (Bakary Sako, Saint Etienne, Mamadou Samassa, Guingamp, Abdoulaye Keita, Bordeau, Samba Diakité, Nancy….). Seulement, tout comme leur pays d’origine, ces jeunes sont aussi convoités logiquement par la France, patrie de Giresse. Donc, c’est de bonne guerre que tous les prétendants aillent avec ses arguments pour tenter d’enrôler les perles rares. Depuis l’arrivée de l’ex-international français à la tête des Aigles, notre pays ne récolte que des joueurs qui n’ont aucune chance d’évoluer avec la France (Gara Dembélé, Mohamed Fofana et Ousmane Coulibaly).

A la lumière de cette politique d’autruche d’un homme payé par le contribuable malien, il y a lieu de s’indigner. En refusant de sélectionner Bakary Sako de Saint Etienne, Giresse avait laissé entendre qu’il avait déjà Sigamary Diarra. Chose qui nous a paru bizarre d’autant plus qu’aucune équipe digne de ce nom ne peut se permettre d’évoluer sans une doublure dans chaque poste. Aujourd’hui, Sigamary est blessé sans une solution de rechange. En plus, concernant les cas des gardiens Abdoulaye Keita de Bordeau et Mamadou Samassa de Guingamp, il souligne qu’il a déjà de très bons gardiens en occurrence, (Soumbeïla Diakité du Stade de Bamako, Oumar Sissoko de Metz et Almamy Sogoba de l’AS Réal). Connaissant le niveau du championnat français et celui du Mali, cette réponse échappatoire de Giresse est loin de convaincre. Cela d’autant plus qu’Abdoulaye Keita a déjà fait des apparitions en ligue1 et que Mamadou Samassa est titulaire depuis plus de deux ans avec Guingan, club de la ligue 2 française. Face à l’inconstance de nos gardiens en général, il aurait dû donner la chance à ces jeunes qui ont hâte de défendre les couleurs du pays de leurs ancêtres.

En ce qui concerne les milieux de terrains, il ne se donne même pas la peine de vous considérer, arguant qu’il en a déjà suffisamment. Tel aurait été le cas de Samba Diakité de Nancy qui s’est vu boucher toute chance d’évoluer avec les Aigles par Giresse. Heureusement, pour lui et malheureusement pour les Aigles, convoités aujourd’hui par Arsenal et d’autres grands clubs d’Europe, selon certaines sources, il n’a plus la chaleur pour jouer avec les Aigles. Une raison de plus pour se tourner vers la France.

Paradoxalement, Giresse préfère sélectionner des joueurs qui n’ont aucun match dans les jambes (Check Fanta Mady Diarra de Rennes, Sidy Koné de Lyon….).

A la lumière de ces exemples, chacun peut se faire une idée de la mission secrète de Giresse. En se demandant, à qui profite le crime. Notre regard se dirige vers la France du français Giresse qui, même payé par nos maigres ressources, fait ce qu’il veut.

Aujourd’hui, le Mali ne peut que s’en prendre à elle-même, car aucune politique de détection et d’attraction digne de ce nom n’existe au sein de la fédération malienne de Football. Et dire que c’est quand ces jeunes deviennent des stars, qu’ils commencent à faire des yeux doux ! N’est ce pas triste et hypocrite !

A suivre

Lamine Diallo

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.