Nouhoum Diané, entraineur de l’As Réal : Priorité au projet de jeu

3
Diane-ASREAL
Nouhoum Diane

Du Centre Salif Kéita (CSK) à  l’AS Réal de Bamako en passant par l’AS Bakaridjan de Barouéli, la Jeanne d’Arc, les Onze Créateurs et les sélections de jeunes, Nouhoum Diané a toujours imprimé sa marque de coaching et son style de jeu séduisant.

 

Portrait-robot d’un entraîneur ayant  fait ses débuts au Centre Salif Kéita (CSK) en 1999 comme responsable de la formation et qui a fait qualifier aujourd’hui l’AS Réal à la phase de poules de la Coupe de la Confédération.

 

 

L’entraîneur Nouhoum Diané est entré dans l’histoire le dimanche 27 avril dernier suite à la qualification historique de l’AS Réal de Bamako à la phase de poules de la Coupe de Confédération. Une récompense logique d’un projet de jeu basé en priorité sur la technique individuelle des joueurs.

 

Né le 28 septembre 1964 à Kadiolo (Région de Sikasso),  Nouhoum Diané (50 ans) est marié et père de 4 garçons. Arrivé dans le coaching en 1999 Nouhoum Diané a fait du chemin à travers les clubs et les sélections nationales. De tout son parcours assez intéressant, l’on peut qualifier son séjour à l’AS Réal comme une période  faste. C’est seulement en 2012 que Nouhoum Diane dépose  ses valises chez les Scorpions de l’AS Real qui venaient de finir la saison 2011-2012 au milieu de tableau. «Ma première mission était de classer l’AS Réal dans le cercle très fermé des 3 grands clubs historiques du football malien», nous précise Nouhoum Diané. Le challenge est tout de suite réalisé au terme de la saison 2012-2013. L’AS Réal est vice-championne du Mali dernière le Stade malien de Bamako et devant le Djoliba et le Club Olympique de Bamako (COB). Une performance que l’AS Réal n’avait réalisée depuis 20 ans. Cerise sur le gâteau, l’AS Réal est qualifiée pour la Ligue africaine des champions. Une première dans l’histoire du club. Pour mieux entamer la saison 2013-2014 et bien négocier les éliminatoires de la Ligue des champions, le coach Diané monte une équipe composée de quelques anciens cadres, de juniors surclassés et de quelques gamins de l’académie Jean-Marc Guillou, partenaire du club.

 

 

Après un début de saison en dents de scie, l’AS Réal se stabilise et se bonifie lors des éliminatoires de la Ligue des champions. Les FAR du Maroc et Eniymba du Nigéria sont passés à la trappe.

 

 

Hélas, la jeune et talentueuse équipe de l’AS Réal tombe à la porte de la phase lucrative de poules face à l’expérimentée Espérance Sportive de Tunis. C’est donc fort de 6 matches en Ligue des champions que les poulains du coach Diané croisent le Djoliba AC de Bamako au tour de cadrage de la Coupe de la Confédération. Verdict : l’AS Réal se qualifie pour la phase de poules de la Coupe CAF suite à sa victoire (2-1) à l’aller et au nul (0-0) obtenu au retour. Un pas de géant venait d’être franchi par les Scorpions de l’AS Réal. Ils entament la phase   de poules le 17 mai prochain ici à Bamako contre l’ASEC Mimosas de Côte d’Ivoire, avant de croiser le Coton Sport du Cameroun à Garoua recevoir et l’AC Léopards de Dolisie du Congo dans le groupe A. Une belle occasion pour des joueurs talentueux de s’exprimer  au plus haut niveau : Moussa Doumbia, Souleymane Diarra, Diadié Samassékou, Makan Samabally, Moussa Koné «Koffi», Ibourahima Sidibé «Ibra», Jean-Paul Oulaï, Mohamed Camara… «Nous allons jouer la phase de poules sans pression. Ceci dit, mon objectif personnel est d’offrir une place africaine à l’AS Réal pour la saison prochaine», martèle Nouhoum Diané. C’est dire que l’AS Réal jouera à fonds le championnat national pour terminer au moins parmi les 3 premiers et se battra jusqu’au bout pour Dame Coupe du Mali 2014. Au vu de la qualité technique des joueurs et du style de jeu produit, l’AS Réal a de fortes chances d’être à nouveau au rendez-vous africain l’an prochain. C’est tout le mal qu’on souhaite au coach Diané et à sa troupe.

 

 

Si Nouhoum Diané a presque atteint son apogée avec l’AS Réal, force est de reconnaître qu’il a également fait ses preuves ailleurs. Avec les clubs, le coach Diané a donné une forte image à l’équipe des Onze Créateurs de Niaréla lors de la saison 2011-2012. Malgré son rang au milieu du tableau en championnat, les Onze Créateurs ont été finalistes de la Coupe du Mali 2012 pour la première fois de leur  histoire. Toute chose qui a permis au club de représenter le Mali à la Coupe de la Confédération.

 

 

Un pompier de charme

On retiendra également  dans la carrière du coach Diané, deux grandes prouesses. D’abord lors de la saison 2009-2010, il est sollicité d’urgence pour sauver l’AS Bakaridjan de Barouéli relégable dont l’entraîneur Moussa Kéita «Dougoutigui» venait de démissionner. Non seulement Nouhoum Diané maintient le club en Ligue 1 en le classant au milieu du tableau, mais aussi qualifie Bakaridjan pour les quarts de finale de la Coupe du Mali 2010. Ensuite lors de la saison 2011-2012, la Jeanne d’Arc de Bamako, relégable perd son entraîneur, Gueladio Nango. Appelé en pompier, en deux mois, Nouhoum Diané fait monter le club à la 7e place. La Jeanne d’Arc est sauvée.

 

   Un géniteur des talents en herbe

Au-delà des clubs, coach Diané a effectué quelques passages à la tête de l’équipe nationale Cadets, les Aiglonnets. Déjà en 2006, le duo Conty-Diané est commis d’urgence pour conduire les Aiglonnets au match retour des éliminatoires de la CAN 2007 contre le Burkina Faso. Après une cinglante défaite (1-6) à Bamako, l’entraîneur Ibrim Diallo  est limogé et remplacé par Nouhoum Diané et Alou Badra Diallo «Conty». Au match retour à Ouaga, les Aiglonnets tiennent en échec les Etalons Cadets (0-0).

 

 

En 2008, Nouhoum Diané est nommé à la tête des Aiglonnets pour les éliminatoires de la Can 2009. Il est toute fois éliminé au premier tour par le Niger qui avait pratiquement aligné sa sélection locale. On retiendra cependant que le coach Diané a lancé des champions en herbe pendant ces éliminatoires. On peut citer entre autres Cheick Fantamady Diarra, Sidi Koné, Abdoulaye Sissoko, Mohamed Oumar Konaté, Cheick Mohamed Chérif Doumbia «Makoun», Aboubacar Magassa, Amara Malé. C’est donc sans hésiter que la Femafoot renouvelle sa confiance au coach Diané en 2010 pour les éliminatoires de la Can Cadets 2011. Le Mali écrase la RD Congo et le Cameroun pour s’inviter à la phase finale au Rwanda. Hélas, le Mali est éliminé au 1er tour avec 3 défaites lors des 3 matches de poules. Une belle génération de footballeurs talentueux a vu le jour : Aly Yirango, Abdoulaye Kéita, Tiécoro Kéita, Famoussa Koné, Aboubacar Nimaga…

 

On retiendra enfin le statut de sélectionneur adjoint avec les Aigles A de Nouhoum Diané en octobre 2013. Il a secondé Amadou Pathé Diallo à Séoul pour driver le match amical Corée du Sud-Mali.

 

Le début d’une belle histoire

Malgré ce palmarès respectueux, le technicien Nouhoum Diané se souvient surtout de ses premiers pas dans le coaching. C’était en 1999 au Centre Salif Kéita (CSK) avec le statut de responsable de la formation chez les Cadets et les Juniors. En 2003, Diané est engagé comme entraîneur de l’équipe fanion du CSK. Il y reste jusqu’en 2010 avant de démissionner. Au CSK, en 7 saisons, l’entraîneur Diané a toujours maintenu le club parmi les 5 premiers du championnat malgré les départs successifs des cadres : Mintou Doucouré, Mamadou Diallo, Idrissa Traoré «Badié», Rafan Sidibé, Ousmane Berthé, Cheick Tidiane Diabaté, Idrissa Coulibaly, Kalifa Taoré…

 

Un joueur très intelligent

Il est important de souligner que Nouhoum Diané a joué au ballon. Milieu de terrain offensif très technique, Diané avait une grande intelligence de jeu. Il a fait ses débuts à l’AS Commune IV de Bamako avant d’évoluer au COB dans l’élite pendant 2 ans. En 1986, le jeune Diané s’expatrie en Côte d’Ivoire. Il joue une saison en 2e division avant d’enchaîner à l’AS Oumé (D1) pendant 2 ans. En 1992, Diané rentre au bercail et signe au Stade malien de Bamako. Hélas, pour des problèmes de blessures, il n’a pu jouer que le début de saison avec les Blancs de Bamako drivés à l’époque par Mamadou Diakité «Doudou» et Cheick Fantamady Diallo. On retiendra surtout de la courte carrière footballistique de Nouhoum Diané, sa présélection à l’équipe nationale Juniors du Mali en 1985 alors qu’il n’avait que 16 ans. C’était à la faveur du tournoi Cedeao avorté qui devait se jouer au Togo.

 

 

Le plus beau reste à venir

Détenteur de la Licence B de la Caf en 2012, Nouhoum Diané a profité d’un mois de stage en 2012 à Niort (France) et de 2 mois de formation  en Suisse. En plus, il a participé à tous les stages de haut niveau organisé par la Femafoot. C’est dire que tous les clignotants sont au vert pour Diané qui a encore de gros défis et de grands challenges devant lui. C’est donc sans démagogie que Nouhoum Diané ambitionne de coacher un grand club qui a de solides projets sportifs. Il ne cache pas par ailleurs son rêve pour les Aigles du Mali.

Baba Cissouma

 

GROUPE A :

AS Réal (Mali)
ASEC Mimosas (Côte  d’Ivoire)

AC Léopards (Congo)
Coton Sport  (Cameroun)

 

GROUPE B

Sewe Sport (Côte d’Ivoire)
Etoile du Sahel (Tunisie)
Al Ahly (Egypte)
Nkana Red Devils (Zambie)

 

 

LIGUE DES CHAMPIONS

GROUPE A

Al Hilal (Soudan)
TP Mazembe (RD Congo)
AS Vita Club (RD Congo)
Zamalek (Egypte)

GROUPE B

Espérance de Tunis (Tunisie)
ES Sétif (Algérie)

Club Sportif Sfaxien (Tunisie)
Al Ahly Benghazi (Libye)

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

Comments are closed.