Office du Niger sports de Ségou en ligue 1 : Coup d’essai, coup de maître

1

Créé le 11 novembre 2011, l’Office du Niger vient de réaliser son rêve de jouer dans l’élite du football national.  La belle aventure  a pris forme le mercredi 29 août 2012 à Bougouni avec le ticket de champion de la poule B du championnat national de Ligue 2. La ville de Ségou a désormais une équipe en Ligue 1.

Depuis 2005, la ville de Ségou est nostalgique du football de l’élite. L’on se rappelle que le club phare, l’AS Biton, est tombée en deuxième division au mois de juin de la même année. D’où l’agonie du football de Ségou, selon certains observateurs. En 2007, l’AS Bakaridjan de Barouéli a redonné l’espoir à la Ligue régionale de Ségou en s’invitant en Ligue 1. Mais la ville de Ségou était toujours orpheline de l’élite. Le Balazan AC a essuyé deux tentatives infructueuses.

En 2011, on change de fusil d’épaule. Une nouvelle équipe est née : Office du Niger Sports de Ségou (le 11-11-2011). L’objectif primordial des dirigeants du club est d’accéder en Ligue 1 et d’offrir enfin une équipe de référence à la ville de Ségou.

Le 1er janvier 2012, l’ONS lance son grand projet à travers un match amical contre le Stade malien de Bamako (champion du Mali 2010-2011). Pour l’occasion, le stade municipal de Ségou a refusé du monde. Battu (3-0), l’ONS mesure ses forces et faiblesses et s’engage dans le championnat régional de Ségou. En juin 2012, l’ONS est sacré champion régional après sa victoire (1-0) sur l’AS Biton en finale.   Le premier pari est gagné. Désormais, tous les yeux sont tournés vers le championnat national de Ligue 2 pour la montée en Ligue 1 Orange.

Pour mieux entamer cette phase du championnat, le Comité Directeur de l’ONS crée une union sacrée autour de l’équipe. Dans la foulée, un nouvel encadrement technique de consensus voit le jour : l’entraîneur de l’Inter Club, Williams Moïse Diarra est à la tête d’un groupe constitué de techniciens du Balazan AC, de l’AS Biton, de Saint Bartélemi et de la Renaissance. Face à l’AS Sabana de Mopti et l’US-Bougouni dans un championnat en aller-retour, l’ONS valide son billet pour la Ligue 1 le 29 août 2012. Un sacre réalisé à Bougouni face à l’US-Bougouni, détentrice de la coupe du Mali quelques jours plutôt (25 août). L’ONS s’impose par 2 buts à 1 face l’US-Bougouni lors de la 5e journée décisive et arrache du coup le ticket qualificatif de la poule B. L’ONS réalise ainsi son objectif : celui de jouer dans la cour des grands.

Le jeudi 30 août 2012, les héros de Bougouni sont de retour à Ségou. Un accueil mémorable les attendait à Banakoroni (14 km de la ville de Ségou). C’est une longue caravane ponctuée d’applaudissements, chants, danses, klaxons de voitures, motos et de cris de joie accompagnent les héros de Bougouni tout au long de l’itinéraire. A partir du rond-point de Sébougou, la caravane longe l’avenue l’An 2000 jusqu’au rond-point de la BNDA. A ce niveau, la caravane bifurque à gauche pour plonger dans le centre-ville en passant par le château, le rond-point central de l’Hôpital, le Stade municipal, la Mission… pour se rendre au Gouvernorat. Sur le perron de l’exécutif régional, la grande délégation de l’ONS a été reçue officiellement par le gouverneur de Ségou et son cabinet en présence du PDG de l’Office du Niger. Tous les membres de la délégation ont eu droit à une poignée de main et des félicitations. Le gouverneur de Ségou, Bouréïma Séba s’est officiellement exprimé : «Comme vous le voyez toute la ville est en liesse pour vous accueillir parce que vous avez gagné. Si vous continuez à gagner cela ne peut que nous réjouir davantage. Notre souhait que vous continuiez sur cette lancée car seule la victoire peut mobiliser tout le monde. Comme vous êtes des humains et on dit que l’erreur est humaine, on vous pardonnera au cas où vous perdriez. Nous sommes de cœur avec vous. Je vous dis merci d’avoir accompli votre mission…»

Si le plus dur commence pour l’ONS, le président du Club, l’honorable Cheick Oumar Soumbounou rassure : « Nous ne venons pas dans l’élite pour faire de la figuration. Nous avons un devoir de maintien et même de performance pour l’honneur de la ville de Ségou. Nous mettrons à contribution tous les moyens humains et financiers pour relever le défi. Il faudra désormais compter avec l’ONS ».

Aussitôt créé, aussitôt dans l’élite, l’Office du Niger Sports de Ségou nourrit déjà une grosse gourmandise sportive. Les nostalgiques en auront certainement pour leurs comptes.

  Baba Cissouma

Ils ont dit …

Modibo Sakiro Traoré, vice-président ligue de Ségou

«L’ambiance au moment de l’accueil de l’équipe reflète l’enthousiasme de tout Ségou. Ca fait longtemps que la ville de Ségou s’est mobilisée pour un deuxième club en Ligue 1 en plus de l’AS Bakaridjan de Barouéli. C’est  chose faite grâce  aux efforts conjugués de nos plus hautes autorités. Celles-ci n’ont ménagé aucun effort pour une réussite totale. Ce succès est également  le fruit de l’apport des  responsables de l’Office du Niger sans oublier les principaux acteurs : joueurs et encadrement. La dernière fois  où Ségou avait deux représentants en Ligue 1, c’était en 1999 avec  La Renaissance et l’AS Biton. La Ligue de Ségou, par ma voix, fera tout pour que l’Office du Niger Sports puisse se maintenir en première division. Et nous ferons en sorte que d’autres clubs de Ségou puissent accéder à l’élite. Vous savez, temps que le système de Poules continuera, je sûr que chaque année, nous aurons un club de plus en Ligue 1. Le championnat organisé chez nous est meilleur après celui de Bamako.»

HONORABLE CHEICK OUMAR SOUMBOUNOU, PRESIDENT ONS

«Nous nous sommes donné la main afin que d’autres clubs puissent rejoindre l’AS Bakaridjan de Barouéli en Ligue 1. Nous dédions cet exploit à feu Baba Minta, feu Amary Dao et feu Sory Konandji. Ces illustres disparus n’ont ménagé aucun effort pour le développement du football ségovien. C’est en restant unis et solidaires que d’autres clubs de la région rejoindront l’élite et chercher à se maintenir.

Nous savons que le plus dur commence pour l’Office du Niger Sports. Maintenant, nous allons redoubler d’effort pour se maintenir en Ligue 1 et faire des performances en Coupe du Mali. Nous y arriverons avec ce potentiel et l’apport de nos partenaires.»

Par B. Cissouma

 

Bon à savoir : Ségou et l’élite : Toujours roi à l’extérieur

Incroyable mais vrai ! La montée en Ligue 1 des équipes de la Ligue de Ségou mérite qu’on en parle très sérieusement. En fait, dans l’histoire, aucune équipe de la capitale des Balazan n’a triomphé à domicile pour se procurer le ticket de la montée en Ligue 1. Au contraire, toutes ont arraché le précieux sésame à l’extérieur. Les archives et les faits en disent long. En 2003, la Renaissance AC  accède dans l’élite lors de la phase de montée organisée à Mopti. L’AS Biton lui emboite le pas en 2004 lors de la montée à Tombouctou. En 2007, l’AS Bakaridjan de Barouéli arrache son ticket à Gao. Enfin, l’Office du Niger Sports a arraché sa qualification à Bougouni (région de Sikasso) en août 2012.

Le contraste est qu’aucune équipe de Ségou n’a goûté aux délices de la Ligue 1 sur son territoire. Et pourtant, la Ligue de Ségou a organisé plusieurs fois la phase de montée en Ligue 1. Et à tous les coups, son représentant a mordu la poussière. C’est les autres qui en profitent à Ségou : le Centre Salif Kéita (CSK) de Bamako, l’Association Sportive de Bamako (ASB), El Farouk de Tombouctou et le Débo Club de Mopti…

PARTAGER

1 commentaire

  1. 😆 Bravo à L’Office du Niger Sports, comme dit le president Cheick Oumar SOUMBOUNOU le plus dur commence, donc nous devons tous nous donné la main pour que cette equipe honore la region en nous donnant la coupe du Mali, le chanpionnat, et autres.

Comments are closed.