Participation malienne à la Can 2012 : Il y a un trio grand gagnant

0
0

L’atmosphère autour de nos Aigles a longtemps été décriée par les observateurs. Notamment par la presse dans son ensemble. A cause de l’injonction de certains dirigeants et de la mainmise de joueurs à décider de tout. Alors, après une coupe d’Afrique bâclée en Angola, suivie de nombreux dérapages, une assemblée extraordinaire a été organisée. Aujourd’hui, tout le monde est conscient que l’assemblée fut salutaire. Car, au bout du compte le Mali est monté sur le podium avec un trio gagnant.

Partie sur la pointe des pieds, l’équipe du Mali a finalement déjoué tous les pronostics en s’adjugeant de la troisième place de la CAN 2012. Mais, surtout elle est sortie très soudée et conquérante.
Les Aigles du Mali, après un 1er tour en dents de scie ont atteint les ¼ de finales. Ainsi, n’ayant jamais perdu face à un pays organisateurs, ils vont confirmer en s’imposant aux tirs au but contre les Gabonais après un nul d’un but partout après les prolongations. Alors, se dressent devant eux les Eléphants de Côte d’Ivoire. C’est après un match héroïque que Cédric Kanté et ses partenaires vont perdre la rencontre par le minimum 0-1. Alors, n’ayant aucune pression sur eux, ils vont se hisser à la 3ème place face au Ghana grâce à un doublé du Bordelais Cheick Tidiane Diabaté. Rugueux en défense, entreprenants au milieu et tranchants en attaque, les Aigles en voulaient vraiment. Finalement, ils atteignent leur objectif en rendant la monnaie aux Ghanéens qui leurs avaient infligé un 2-0 en matche de poule pour prendre la 1ère place.

Alors, pour cette rencontre les Aigles vont scorer par mi-temps. D’abord, à la 1ère, c’est un corner décomposé qui permet à Cheick Diabaté à la 23ème mn et aux Aigles de pendre l’avantage. Lorsqu’il s’est trouvé bien placé pour reprendre un tir de Gara Dembelé que Kwarasey a repoussé directement dans ses pieds (1-0).
Au retour des vestiaires, blessés dans leur amour, les Black Stars ont pris l’ascendant en marquant par Muntari. Un but refusé pour hors-jeu (53ème). Alors, le tournant du match sera le 2ème carton jaune de Vorsah à la 63ème mn suite à un vilain geste contre Diabaté. Synonyme d’expulsion. C’est ainsi que les Aigles prennent le match à leur compte et puis ce diable de Cheick Diabaté va surgir sur un bon service de Tamboura pour marquer à la 79ème le 2ème but malien, scellant du coup le sort du match.
Après avoir souvent fini à la 4ème place ces dernières années (1994, 2002, 2004), le Mali monte sur le podium virtuel de cette Coupe d’Afrique des Nations à Malabo en Guinée Equatoriale. Ouvrant du coup une nouvelle ère pour le football malien. Après la finale perdue en 1972 à Yaoundé au Cameroun face au Congo Brazzaville.

Trio gagnant  de cette nouvelle ère

A quelques mois de la fin de son mandat, Hamadoun Kolado Cissé peut se targuer d’offrir quelque chose de précieux à notre pays. Contesté, décrié, jalousé, il faut dire qu’il était entouré de mauvaises graines qui ne voulaient que lui créer des ennuis. Finalement, il a le bon flair et la bonne main pour se débarrasser d’eux. Depuis, il engrange des points. Le 2ème grand gagnant, c’est bien sûr le Français Alain Giresse qui se laissait influencer dans ses choix et qui tergiversait. Il a vite compris en écartant le fauteur de trouble Cheick Fantamady Diallo et certains des joueurs qui se croyaient indispensables. Depuis qu’il a décidé de prendre sa responsabilité de reconstruire une nouvelle équipe tout lui sied bien. Aujourd’hui, il peut se s’enorgueillir d’avoir mis une équipe combative qui n’a besoin que du suivi pour de lendemain radieux.

Enfin, les Aigles et tout le staff. Encadrés par les cadres Seydou Kéïta, Cédric Kanté et Adama Tamboura, les jeunes sont apparus très soudés, engagés et combatifs. Ce qui, à n’en pas douter, est à la base de leur succès. N’ayant plus de pression extérieure, de super “homme” en leur sein, ils se sont transcendés et ont obtenu le résultat qui a surpris plus d’un.
Qu’à cela ne tienne, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Dès leur retour, il faut faire une évaluation sans complaisance et puis se projeter rapidement sur les éliminatoires de la CAN 2013 qui aura lieu en Afrique du Sud et de la coupe du monde 2014 prévue au Brésil. Pour réussir ce pari, il faut travailler, travailler et travailler. Il est cependant important de rendre un hommage mérité au Ministre Djiguiba Kéïta dit PPR, au Président Habib Sissoko du CNOM pour leur clairvoyance et leur abnégation.
Alors, bravo aux Aigles et à tous leurs accompagnateurs !

B. DABO

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.