Performances du football malien : Du jamais réalisé au Mali !

2

Pendant qu’au plan international le Mali était associé à l’image d’un pays qui se battait pour sortir d’une crise multidimensionnelle, notre football est venu rappeler que c’est un peuple malien vaillant, debout et conquérant qui fait face à l’histoire. En effet, toutes nos équipes nationales de football étaient qualifiées pour les phases finales de la CAN 2015. Et mieux, les petites catégories ont fait flotter très haut dans le monde le drapeau national, après avoir fait retenti l’hymne national dans des stades où on avait de l’admiration que pour les Aigles du Mali.

S’il y a à l’heure actuelle un secteur de la vie nationale où on n’a pas besoin d’appeler les gens autour d’une table de négociations pour trouver un consensus national, c’est bien le sport en général et le football en particulier. A vrai dire, le football malien nous fait jubiler. Plus précisément, les équipes nationales, toutes catégories confondues, constituent une fierté nationale. Depuis plusieurs éditions de la Coupe d’Afrique des nations dans la catégorie des seniors, le Mali voit son nom inscrit dans le carré d’as du football africain, même si nous sommes encore en train de ruminer l’élimination injuste de notre sélection nationale lors de la dernière CAN jouée en Guinée Equatoriale. En effet, c’est par un tirage au sort qu’on a mis fin au parcours des Aigles, mais pas par des résultats sur le terrain. Dès lors, au niveau du ministère en charge des Sports, tout comme à la Fédération malienne de football, on a tiré les enseignements de cette situation inédite, pour ne jamais plus tomber dans une position qui pourrait donner lieu à des calculs. Prendre son destin en mains, pour ne pas dépendre de la performance -voire la contreperformance – des autres semble donc être, désormais, le leitmotiv au niveau des Aigles du Mali. Et la qualification pour la prochaine phase finale de la CAN 2017 au Gabon, acquise avec la manière, c’est-à-dire bien avant même la dernière journée des éliminatoires, est bien révélatrice de cette option. Reste maintenant à se concentrer sur l’essentiel : la mobilisation unitaire autour de l’équipe pour qu’enfin, après plusieurs années de régularité en demi-finale de la CAN, le Mali puisse aller en finale et mieux, s’adjuger la coupe. Ce qui est notre souhait le plus ardent.

C’est bien possible, puisque le football national a prouvé qu’il peut rivaliser avec les grandes nations footballistiques de la planète. N’a-t-on pas vu nos cadets se hisser sur le toit du football continental en remportant la Coupe d’Afrique des nations de leur catégorie ? Et comme l’appétit vient en mangeant, cette équipe de jeunes talents s’est taillé la deuxième place mondiale en ne perdant que la finale de la Coupe du monde, après avoir éliminé des favoris de la compétition. C’est pourquoi, la nation entière leur a rendu un vibrant hommage et cette équipe continue de nous faire rêver. C’est de la bonne graine semée et la récolte, dans les prochaines années, ne saurait mentir.

Dans le sillage des cadets, les juniors ont décroché la troisième place mondiale après un parcours élogieux lors de la coupe du monde de leur catégorie. C’est déjà beaucoup d’espoir planté dans les cœurs quant à l’avenir radieux de notre football. Comme on le dit souvent : “Petits deviendront grands”. En d’autres termes, la relève est assurée et de fort belle manière !

Fédération malienne de football est actuellement citée comme l’une des plus sérieuses du continent

Même le football féminin, jadis plongé dans la torpeur, voire le désintérêt, se réveille et fait l’objet d’une attention particulière des autorités sportives du pays et plus particulièrement de la Fédération malienne de football. Avec la dynamique enclenchée, sans nul doute que les résultats suivront dans peu de temps.

Mais il fallait bien restructurer la Fédération malienne de football pour en arriver à ces résultats. En effet, on a beau vouloir la dénigrer sur la base de raisons personnelles, mais on finira par reconnaître que la Fédération malienne de football est actuellement citée comme l’une des plus sérieuses du continent, au vu de la gestion impulsée par l’actuel président du Comité Exécutif, l’Inspecteur général Boubacar Baba Diarra. Dans l’application de son programme d’activités, des infrastructures poussent comme des champignons pour permettre le développement du football à la base, sans compter le renforcement des moyens financiers des clubs, notamment avec l’argent du sponsoring. A l’heure actuelle, sur la base du contrat signé avec le sponsor officiel, Orange-Mali, chaque club de première division reçoit 20 millions de francs Cfa, alors qu’avant l’arrivée de Boubacar Baba Diarra, le montant maximum alloué ne dépassait guère 16 millions de Fcfa. L’argent du football doit aller au football a-t-il l’habitude de prôner et cela se voit à travers les travaux de gazonnage et d’électrification de terrains de football jusque dans les régions du pays.

Une première de la part de la Fédération malienne de football.C’est donc un tableau reluisant que présente à l’heure actuelle le football malien et la Fédération malienne de football peut s’en prévaloir comme un bilan très élogieux.  L’agitation ambiante d’un petit groupe de frondeurs n’y fera rien : les résultats contiennent en eux-mêmes la vérité sur les performances et selon les promesses des fleurs, le meilleur est à venir…

                              A.B.N.

 

 Le ministre des sports, Housseini Amion Guindo :

“Je félicite tous les acteurs à commencer par la Fémafoot pour la qualification des Aigles du Mali à la CAN 2017”

Housseïni Amion Guindo
Housseïni Amion Guindo

C’est avec beaucoup de fierté et de joie que le ministre en charge des Sports, Housseini Amion Guindo a accueilli la qualification des Aigles du Mali à la phase finale de la CAN 2017 au Gabon. L’occasion est bonne pour lui de féliciter et de saluer tous les acteurs du football malien, à commencer par le Comité exécutif de la Fédération malienne de football dirigé par l’Inspecteur Général de Police, Boubacar Baba Diarra, les joueurs et leur encadrement technique, ainsi que les responsables des ligues et des clubs.

“Dieu merci, nous n’avons pas besoin de faire des calculs pour voir les Aigles du Mali se qualifier pour la CAN 2017. Ils ont fait vraiment un parcours honorable lors de ces éliminatoires. Cela dénote que le football va désormais dans le bon sens. Je profite de cette opportunité pour féliciter les responsables de la Fédération malienne de football, avec à sa tête Boubacar Baba Diarra pour les efforts fournis pour qu’on puisse arriver à ce stade. C’est pour dire que je suis aujourd’hui un ministre heureux et comblé. Mon souhait est de voir une participation honorable des Aigles du Mali à la phase finale de cette CAN. Pour ce faire, le gouvernement ne cessera de jouer sa partition pour une meilleure préparation de notre sélection nationale” nous a confié le ministre des Sports.

Par ailleurs, il se dit très surpris de la belle prestation de l’équipe nationale lors du match contre le Soudan du Sud sanctionné par une victoire de 3 buts à 0. “J’avoue que j’étais très content de cette victoire qui nous a permis de conserver notre première place du Groupe C. Lors de cette rencontre, l’effectif a été remanié à presque 50% avec de nouveaux jeunes joueurs qui ont démontré leur envie de défendre le drapeau national. Je pense que cela est très important. Cela prouve que nous avons désormais d’énormes potentiels” a-t-il conclu.

               A.B. HAÏDARA

 

Le président du Comité National Olympique et Sportif du Mali, Habib Sissoko

“Je dis bravo aux Aigles du Mali”

Tout comme le ministre des Sports, le président du Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm) Habib Sissoko était très heureux de la belle qualification des Aigles du Mali à ce grand rendez-vous du football africain en 2017.

Habib Sissoko, president du CNOSM
Habib Sissoko, president du CNOSM

Selon lui, le mérite revient d’abord aux joueurs et leur encadrement pour le travail abattu en vue de décrocher leur ticket avant même la dernière journée de ces éliminatoires. “J’apprécie aussi les efforts fournis par la Fédération malienne de football durant ces éliminatoires. Je profite aussi pour remercier le département des Sports pour son soutien et son accompagnement durant cette campagne” a-t-il déclaré. Avant de rappeler que : “Cette qualification des Aigles du Mali à la CAN 2017 honore le mouvement olympique et sportif et bien sûr tout le peuple malien. Puisque ce sont les 16 meilleures nations du football qui seront au Gabon. Et le drapeau national sera défendu avec les Aigles du Mali”. Pour conclure, le président du Cnosm salue aussi la détermination et l’engagement des joueurs pour obtenir leur qualification : “Je dis Bravo aux Aigles du Mali” a-t-il précisé.

 

“Nous félicitons les jeunes pour avoir mouillé les maillots”

Pour tout bon Malien, nous aimerions voir notre équipe nationale qualifiée pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations. D’ailleurs, c’est notre souhait le plus ardent. Cette fois-ci nous félicitons les jeunes pour avoir mouillé les maillots et d’être à ce niveau.  Je tiens à souligner qu’avant d’aller à cette phase finale, il faut que l’encadrement et les joueurs se donnent la main pour travailler beaucoup plus car il n’y a que les meilleurs qui se trouveront à cette étape de la compétition.

 

Des maliens se prononcent sur la qualification des aigles du mali a la Can 2017 :

Djibril Traoré, chroniqueur sportif

“Cette qualification prouve la bonne santé du football malien”

Djibril Traoré
Djibril Traoré

Les Aigles du Mali en se qualifiant sans calcul casse-tête viennent de prouver si besoin en est la bonne santé de notre football. Dans le sillage des juniors et des cadets les seniors ont fait respecté la hiérarchie dans une poule qui était considérée après le tirage à leur portée. Depuis assez longtemps, un tel scénario échappait aux Aigles qui avaient pris la mauvaise habitude de faire souffrir leurs supporteurs et sympathisants dans les éliminatoires en les obligeant à faire des calculs casse-tête jusqu’au coup de sifflet final du dernier match de la poule.La prochaine étape, c’est de ne rien lâcher, de rester mobiliser et faire respecter la hiérarchie contre le Bénin à Bamako en septembre. Il s’agira ensuite de ne rien négliger et d’entamer une vraie préparation surtout mentale en vu de la phase final du Gabon afin de se fixer un objectif au-delà de la fameuse 3eme place. Oui nous en avons les moyens puisque au-delà du monde sportif les autorités sont engagées à mettre les moyens nécessaires comme d’habitude pour booster l’équipe pour que notre drapeau soit dignement représenté. La FEMAFOOT doit dès à présent prendre toute les dispositions en mettant en place avec l’encadrement technique et le département des sports un vrai programme de futur vainqueur. Ne jamais attendre, et suivre tout de très près pour éviter toute fausse note et monter dès à présent un vrai staff de choc de six personnes au plus avec un rôle précis pour chacun autour de l’équipe.

Il faut des gens compétents et dynamiques qui doivent rendre compte régulièrement au comité exécutif qui doit être très réactif à son tour. Et c’est maintenant sans attendre que le travail doit commencer, oui si tu veux mieux faire que les autres il faut commencer avant les autres.

 

Oumar Baba Traoré, président de l’Ajsm :

“Je remercie la presse sportive pour son professionnalisme

Oumar BabaTraoré, président AJSM
Oumar BabaTraoré, président AJSM

En tant que Malien, en tant que président de l’Ajsm, aussi en tant qu’amoureux du football, je ne peux que me réjouir de cette qualification des Aigles du Mali à la CAN Gabon 2017, la 9e de notre histoire. Il est aussi important de rappeler qu’elle a été acquise avant la dernière journée, ce qui nous évite les traditionnels calculs. Tout au long des éliminatoires, on ne peut pas dire qu’on a vu une équipe homogène, une équipe complète, une équipe séduisante. Nous avons plutôt vu une équipe réaliste qui, malgré des prestations de qualité moyenne à domicile, s’est fait le maximum de points. Les Aigles du Mali ont quand même fait respecter leur statut de favori du groupe C avec un partage de points contre les Ecureuils du Bénin et en dominant respectivement le Nzalang Nacional et la jeune et sympathique équipe du Soudan du Sud, donc invaincus jusqu’à cette 5e journée. Le sélectionneur national, Alain Giresse, et son équipe méritent toutes nos  félicitations pour ce résultat. Les mêmes félicitations iront à l’endroit du ministère des Sports avec une mention spéciale au Ministre Housseini Amion Guindo, à la Fédération malienne de football et à tous ses démembrements (ligues, districts, clubs…).

Je ne pourrais jamais oublier la presse sportive qui a fait preuve de professionnalisme et patriotisme en accompagnant les Aigles par la recherche d’infos sur les adversaires, la collecte et le traitement de l’information par rapport aux matchs du Mali en particulier, sans compter la sensibilisation du public avant les matches à domicile, ce qui occasionna des stades pleins.

Félicitations donc à l’ensemble de la chaine du football et j’ose espérer que cette qualification acquise avant la 6e et dernière journée sera un tremplin pour planifier et exécuter un programme sérieux de préparation, ce qui augurera d’une bonne CAN en terre Gabonaise.

Cheickna Demba, vice-président de l’UNASAM

“Je dis aux supporters de jeter leur calculatrice puisque les Aigles du Mali sont déjà qualifiés”

Cheickna Demba
Cheickna Demba

Le vice-président de l’Union nationale des supporters des Aigles du Mali (Unasam) Cheickna Demba, était aussi très fier de cette qualification en tant que l’un des plus grands supporters de cette sélection nationale. “Vraiment, je suis aux anges depuis que j’ai entendu cette bonne nouvelle de la Confédération africaine de football. J’étais tout simplement très fier. Cela fait plusieurs années qu’à chaque fois lors des éliminatoires, les Maliens se contentent toujours de faire des calculs pour trouver une hypothèse de qualification. Je pense que cela est désormais terminé. En tant que vice-président de l’Unasam, je dis à nos supporters de jeter leur calculatrice puisque nous sommes déjà qualifiés de manière digne et de la plus belle manière. C’est une occasion pour moi, au nom du président Souleymane Diabaté, de saluer l’encadrement technique, la Fédération malienne de football et le département des Sports, pour les nombreux efforts déployés pour cette qualification” dira-t-il.

Après cette qualification, Cheickna Demba souhaite désormais une bonne préparation des Aigles du Mali afin de faire une bonne Coupe d’Afrique des Nations. “Vous savez, le Mali a toujours réalisé un bon parcours au Gabon comme la 3ème place de la CAN 2013. Il faut mettre les bouchées doubles. Je pense qu’il ne faut pas rester comme ça parce que nous sommes qualifiés. C’est maintenant que le travail commence. Lors du match amical contre le Nigeria à Rouen, en France, j’étais obligé de faire le tour de différents foyers pour mobiliser nos compatriotes pour aller suivre les Aigles. Je profite de cette occasion pour dire à la Fédération malienne de football d’organiser dorénavant ce genre de matches dans une localité  parisienne puisque Rouen est à une centaine de kilomètres de la capitale. Cela permettra à l’ensemble de nos supporters d’effectuer massivement le déplacement pour soutenir notre équipe nationale”. Parole de Cheickna Demba.

Notons que l’Union nationale des supporters des Aigles du Mali (Unasam) est confrontée depuis belle lurette à un problème de matériels. Dieu merci, le Président directeur général du Pari mutuel urbain (Pmu-Mali) Arouna Modibo Touré, vient de promettre de nouveaux matériels à cette association des supporters et la remise fera l’objet d’une cérémonie dans les jours à venir. Pour cela, Cheickna Demba lance un vibrant appel à tous les supporters d’être mobilisés pour les futures échéances à venir. “J’insiste encore une fois de plus pour dire que l’Unasam est la seule structure qui soutient le sport malien dans tous ses compartiments. C’est pourquoi, nous sommes respectés par l’ensemble des acteurs de ce sport” a-t-il conclu.

Alassane Souleymane, journaliste et ancien membre du C.E de la FEMAFOOT :

“Il est temps que nous nous hissions sur le toit de l’Afrique”

Cette qualification était attendue et elle est bellement  arrivée au grand bonheur des Aigles et de leurs supporters. Même si on ne taira pas cette façon assez insolite de se qualifier.

Alassane Souleymane
Alassane Souleymane

La joie aurait dû exploser juste après la belle victoire de Juba, mais il a fallu 24h, suite aux calculs faits par la CAF et l’annonce sur son site officiel. Mais la qualification est là et c’est le plus important. C’est le fruit du travail de Giresse et ses jeunes.  Je salue surtout le fort caractère que l’équipe a montré en tant que tête de poule et donc favori du groupe. Lors de cette campagne, Yacouba Sylla et ses camarades n’ont pas laissé de temps au doute pour leurs supporters et ils ont tenu leur rang jusqu’à cette avant-dernière journée qui les voit obtenir leur ticket avant la finale annoncée de septembre face au Bénin. Il restera donc de se préparer pour ce rendez-vous ultime à Bamako et de faire un show final en communion avec les fans avant la phase finale.  Je note que cela va être la 8è phase finale d’affilée pour notre pays, à part la parenthèse manquée de 2006. C’est la preuve que notre football se porte bien et nous ne pouvions pas rater le rendez-vous gabonais après une année 2015 faste pour le Mali qui était sur tous les rendez-vous africains et mondiaux avec une belle part des équipes de petites catégories. Notre football se porte à merveille.

Il faut noter aussi que Gabon 2017 sera notre 10è phase finale. C’est un symbole. Alors je dirai aux Aigles, aux dirigeants et aux supporters: nous avons assez participé, il est temps que nous nous hissions sur le toit de l’Afrique.

Souleymane Bobo Tounkara :

“Les Aigles ont fait honneur à leur statut”

Souleymane Bobo Tounkara
Souleymane Bobo Tounkara

J’ai envie de dire que cette qualification des Aigles est une divine surprise. Jusque-là, ce sont des pays comme le Cameroun, l’Egypte, le Ghana, la Côte d’Ivoire, l’Algérie pour ne citer que ces noms qui nous avaient habitués aux qualifications précoces. A partir de cette année, on peut dire que le Mali a également intégré le cercle restreint des grosses écuries du continent avec cette qualification des Aigles à une journée de la fin des éliminatoires. Cette fois, personne ne prendra les calculettes lors de l’ultime journée des éliminatoires, la sélection nationale a déjà fait le boulot et l’exploit réalisé par le capitaine Yacouba Sylla et ses coéquipiers ne doit rien au hasard. Au contraire, il est logique et était attendu par tout le monde. Dès la première journée des éliminatoires, le Mali a affiché ses ambitions en allant accrocher chez lui son concurrent le plus sérieux dans la course à la qualification, à savoir le Bénin (1-1 Cotonou).  Lors des deuxième et troisième journées, l’équipe fera carton plein à domicile face, respectivement au Soudan du Sud (2-0) et à la Guinée Equatoriale (1-0), prenant ainsi la tête de la poule C. Après ces deux succès, les protégés de Giresse ne lâcheront plus prise, ils signeront deux nouveaux succès pleins d’autorité à l’extérieur contre les mêmes adversaires.

Il y a longtemps qu’on n’avait pas vu une sélection malienne aussi régulière dans les performances et l’histoire retiendra que les Aigles, version Giresse II, ont été les premiers à décrocher leur billet pour la phase finale avant même la fin des éliminatoires. En tant que journaliste sportif ou tout simplement amoureux de football, on ne peut qu’être fier de la performance de notre pays. Les joueurs de Giresse ont fait honneur à leur statut et au drapeau national, ils ont donné leur fierté à nos concitoyens et méritent d’être félicités. Certains diront que la qualification à la phase finale ne peut être un objectif pour le Mali qui a déjà été finaliste et deux fois troisième d’Afrique. Mais chaque campagne a ses vérités et chaque génération doit faire sa propre histoire. Les Aigles version Giresse II ne sont qu’à leur début et ils ont déjà écrit une belle page de l’histoire de notre football en se qualifiant avant même la fin des éliminatoires. Ce qui est encore intéressant et qui différencie ce groupe de ses devanciers, c’est l’efficacité offensive de l’équipe qui n’a livré aucun match sans marquer (8 buts marqués en 4 rencontres pour seulement 1 encaissé). C’est énorme et il faut simplement souhaiter que le capitaine Yacouba Sylla et ses coéquipiers confirmeront tout ça lors de la phase finale de la CAN. Une fois encore, bravo aux Aigles et bonne chance pour la suite des événements”.

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Bravau aux Aigles je vous souhaite un bonne chance a la fase final de la cane 2017
    que Dieux nous donne la coupe nous somme assoifer de ce la

  2. Bravau aux Aigles je vous souhaite un bonne chance a la fase final de la cane 2017
    que Dieux nous donne la coupe nous somme assoifer de ce la

Comments are closed.