Platini se dit condamné par avance par la commission de la FIFA

0

PARIS (Reuters) – Michel Platini a accusĂ© la commission d’Ă©thique de la FIFA de bafouer ses droits dans l’enquĂȘte dont il fait l’objet pour des accusations de corruption, et de l’avoir condamnĂ© par avance.

Le prĂ©sident suspendu de l’Union europĂ©enne de football (UEFA) a refusĂ© de venir se dĂ©fendre vendredi devant la commission, chargeant ses avocats de lire une lettre dont le contenu a Ă©tĂ© rendu public samedi.

“J’ai dĂ©cidĂ© de ne pas venir devant vous prĂ©senter moi-mĂȘme mes explications. Pour une raison et une seule : je suis dĂ©jĂ  jugĂ©, je suis dĂ©jĂ  condamnĂ©”, dĂ©clare l’ancien international français.

Il avait dĂ©jĂ  reprochĂ© Ă  la commission d’Ă©thique de la FIFA de se livrer Ă  un “simulacre de procĂ©dure” depuis la suspension de 90 jours prononcĂ©e Ă  son encontre dĂ©but octobre Ă  la suite de rĂ©vĂ©lations sur une rĂ©munĂ©ration dont il a bĂ©nĂ©ficiĂ© de la part de la fĂ©dĂ©ration internationale.

Le prĂ©sident de la FIFA Sepp Blatter est Ă©galement suspendu pour la mĂȘme durĂ©e dans le cadre de cette affaire sur laquelle l’instance mondiale du football enquĂȘte pour dĂ©terminer la rĂ©gularitĂ© du versement en 2011 Ă  Michel Platini de deux millions de francs suisses (environ 1,8 million d’euros) pour une mission effectuĂ©e entre 1998 et 2002.

Dans la lettre, Michel Platini s’en prend Ă  des dĂ©clarations publiques de responsables de la FIFA, y compris une “source anonyme” de l’instance s’exprimant dans un journal, prouvant Ă  ses yeux que son “procĂšs est jouĂ©”.

“Je n’ai plus confiance dans les instances disciplinaires de la FIFA. Elles ont montrĂ© leur partialitĂ©, leurs prĂ©jugĂ©s, leur incapacitĂ© Ă  respecter la confidentialitĂ©, la prĂ©somption d’innocence et les droits de la dĂ©fense”, dit-il.

Sepp Blatter a lui-mĂȘme Ă©tĂ© entendu jeudi par la commission d’Ă©thique, qui doit se prononcer prochainement sur des sanctions Ă©ventuelles contre les deux hommes.

L’ancien prĂ©sident de la FIFA a dĂ©noncĂ© lui aussi l’attitude selon lui “tendancieuse et dangereuse” des enquĂȘteurs de la commission d’Ă©thique. “Ce procĂšs me rappelle ceux de l’Inquisition”, a-t-il dit.

Le patron de l’UEFA espĂšre toujours briguer la succession de Sepp Blatter Ă  la tĂȘte de la FIFA lors d’un congrĂšs Ă©lectif extraordinaire le 26 fĂ©vrier.

(Yann Le Guernigou, édité par Eric Faye)

PARTAGER