Point de presse de la FEMAFOOT : L’étau se resserre sur le Comité Exécutif

0

En répliquant à la lettre  du Collectif de 11 Clubs de l’élite à son point de presse du lundi 22 avril dernier, la Femafoot s’est  enfin résolue à monter elle aussi au créneau  pour communiquer enfin sur les conditionnalités de la convocation de l’Assemblée Générale Ordinaire élective. C’était le samedi 27 avril dernier à son siège à la faveur d’un point de presse animé par l’éminent juriste, Djibril Kané, président de la Commission des Questions Juridiques.
point femafootAnnoncé pour 10h00, le point de presse de la Femafoot a finalement débuté à 10h08 devant une marée de journalistes. Le conférencier, Djibril Kané était assisté de Boubacar Touré (3e vice-président) et Idrissa Sissoko (président Commission Ethique et Fair-Play).
Dans son exposé liminaire, Djibril Kané tient à rassurer qu’il n’a aucune envie ni prétention de réponse à distance à des dirigeants sportifs qui ont émis des avis sur certaines violations des textes  par rapport à la convocation de l’Assemblée Générale élective (A.G).

Pour justifier les dates validées par le C.E de la Femafoot pour l’A.G (6 et 7 décembre 2013), le conférencier a axé ses arguments juridiques sur les articles 30.1 et 104.1 des Statuts et Règlements  de la Femafoot en vigueur : «L’Assemblée Générale se réunit tous les ans au plus tard quatre-vingt-dix (90) jours après l’arrêt des comptes » (article 30.1), « L’exercice social et budgétaire de la Fédération malienne de football a une durée d’une année. Il commence le 1er octobre et se termine le 30 septembre » (article 104.1.) Et Djibril Kané de conclure que l’Assemblée Générale ne peut se tenir qu’à partir du 1er octobre 2013, lendemain de l’arrêt des comptes.
C’est dire que, ajoute-t-il, le Comité Exécutif est obligé de tenir l’A.G élective au plus tard le 29 décembre 2013. « La Femafoot est donc dans le respect des textes. C’est le fait de convoquer l’Assemblée Générale avant l’arrêt des comptes qui est une violation des textes», affirme Djibril Kané. Mais dans les débats proprement dit, le conférencier nuance ses propos quand les articles 48.1 et 49.1 ont été mis dans la balance. «Le C.E est élu pour un mandat de quatre (04) ans renouvelable par l’Assemblée Générale » (article 48.1), «Quatre-vingt-dix (90) jours avant la fin du mandat, le Secrétariat Général lance par écrit un appel à candidature pour le renouvellement du Comité Exécutif» (article 49.1). Le conférencier Djibril Kané ne veut pas nier l’évidence. Il reconnait sans détour que le mandat du Comité Exécutif élu le 12 juillet 2009 prend fin le 12 juillet 2013. Avant de reconnaître qu’il y a eu des dérapages. «Forcément il y a un embouteillage dans les textes, mais nous n’avons nullement l’intention de les violer», assure-t-il. Le conférencier admet qu’il comprend tous les acteurs du football parce que «Nous sommes dans une année électorale.» Et Djibril Kané d’ajouter que le mandat du CE sortant s’explique par les mesures transitoires dans l’application des nouveaux textes. C’est dommage que cela coïncide avec la fin du mandat, dit-il. «Nous n’avons aucun intérêt à nous maintenir au pouvoir pour cinq mois supplémentaires», confesse le conférencier.
A la question de savoir : pourquoi avoir attendu ce moment précis pour informer ? Djibril Kané répond : «Je pense que c’est le meilleur moment pour éviter que le feu  soit plus grand.»
Au scénario de l’élection d’un nouveau bureau par le Collectif à la fin du mandat du Comité Exécutif sortant pour le 12 juillet prochain, Djibril Kané est catégorique : «Nous ne reconnaîtrons pas de bureau parallèle», avant de se ressaisir : «La Fifa et la Caf ne reconnaissent qu’une seule Fédération.»
En bon pédagogue, Djibril Kané a invité tous les acteurs du football à se retrouver autour de l’essentiel.
    Baba Cissouma

PARTAGER