Point de presse du collectif des clubs pétitionnaires : Exiger le respect des textes

0

Face au mutisme coupable de la Femafoot sur l’organisation de l’Assemblée Générale Ordinaire élective, le Collectif de 11 Clubs pétitionnaires de l’élite a  organisé un point de presse pour éclairer la lanterne du monde sportif et de l’opinion nationale et internationale. Le Collectif pointe du doigt les violations par la Femafoot des articles 48 et 49 de ses propres Statuts et Règlements. C’était le lundi 22 avril dernier au siège de Capitole Transit à l’ACI 2000 de Bamako.

Les pétitionnaires de la conférence de presse
Les pétitionnaires de la conférence de presse

Le Collectif de 11 Clubs pétitionnaires de Ligue 1 dégaine sur la Femafoot à travers une lettre qui met à nu la volonté manifeste de l’instance dirigeante du football national de violer les textes pour se maintenir au pouvoir. Dans ladite lettre en date du 16 avril dernier, le Collectif accuse la Femafoot de vouloir créer une crise au sein du football malien (lire la lettre en encadré).
L’ordre du jour a motivé la presse sportive qui a effectué un déplacement quantitatif et qualitatif pour la circonstance. Au présidium  du point de presse, on notait la présence du président des Clubs pétitionnaires, Général Boubacar Baba Diarra (président du Djoliba AC), le juriste maison, Me Ousmane Thierno Diallo, Mamadou Diallo du Stade malien de Bamako, Yély Sissoko, Moussa Diakité dit Papa et le président des supporters du Djoliba, Lassana Diamé.
Comme indiqué à  15h00, le point de presse s’ouvre par un exposé liminaire du président Boubacar Baba Diarra. «L’objet de notre démarche est d’informer l’opinion sportive sur la grave violation des textes et de la dérive autoritaire de la Femafoot. Nous ne sommes pas des va-t-en guerre, mais nous voulons que la raison triomphe sur la passion», a-t-il résumé. Avant d’ajouter que le Collectif est dans la dynamique de mobilisation et d’accompagnement des Aigles du Mali pour une qualification historique à la Coupe du monde 2014.
Prenant la parole, le principal conférencier, Me Ousmane Thierno Diallo (un des rédacteurs des textes de la Femafoot) crie au scandale et argumente qu’il y a une crise dans le football malien. «L’oubli ou le refus de la Femafoot d’observer l’article 49, alinéa 1 de ses Statuts et Règlements est une violation flagrante et grave au processus de convocation de l’Assemblée Générale Ordinaire élective. En violant cette disposition de la Femafoot expose notre football à une crise», a martelé Me Diallo. Selon ses propos, l’article 49, alinéa 1 fait obligation au Secrétariat Général de la Femafoot d’adresser par écrit un appel à candidature pour le renouvellement du Comité Exécutif, 90 jours avant la fin du mandat. C’est dire que cet appel à candidature devrait être effectif le 11 avril. Le  mandat du C.E arrive à terme le 11 juillet prochain à 23h59mn59s.
Me Diallo s’approprie également l’article 48, alinéa 1 des Statuts et Règlements qui dispose : «Le Comité Exécutif est élu pour un mandat de 4 ans renouvelable.» Pour lui, au-delà du 11 juillet 2013, le C.E présidé par Hammadoun Kolado Cissé sera dans l’illégitimité et l’illégalité totales. La fin du mandat n’est pas une date négociable.  C’est une date contraignante car le mandat est impératif.
Les conférenciers ont également mis à nu l’article 30, alinéa 1 dont la Femafoot s’arroge pour faire l’impasse sur une quelconque A.G élective. L’alinéa 1 de l’article 30 stipule : «L’Assemblée Générale Ordinaire se réunit tous les ans au plus tard 90 jours après l’arrêt des comptes.» Les conférenciers pensent que cet article est vide de sens et de contenu. Pour eux, l’arrêt des comptes ne peut en aucun cas primer sur la durée du mandat (article 48) et l’appel à candidature (article 49).
Les conférenciers du Collectif des 11 Clubs pétitionnaires vont plus loin dans leurs propos. Ils affirment que conformément aux textes de la Femafoot «30 jours avant la fin du mandat, ils peuvent contraindre le  Secrétariat Général de la Femafoot de convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire  pour élire un nouveau Comité Exécutif. Le cas échéant, il leur faut 50%+1 des délégués de l’Assemblée Générale pour organiser l’élection du nouveau C.E. Au vu des textes, l’actuel C.E est désormais forclos pour convoquer ou organiser une quelconque Assemblée Générale», conclut Me Diallo.
A la lecture de la liste des 11 Clubs de Ligue 1 pétitionnaires, on retrouve le Djoliba AC, le Stade malien de Bamako, l’AS Bakaridjan de Barouéli, l’ASKO, les Onze Créateurs de Niaréla, l’Office du Niger Sports de Ségou, l’ASB, l’Atar Club de Kidal, la Jeanne d’Arc et le Centre Salif Kéita. Aux dires des conférenciers, l’Usfas partage leur combat mais n’a pas voulu signer la pétition pour des raisons militaires. C’est dire que seuls 4 clubs sur 16 de Ligue 1 n’ont pas signé ou n’ont pas été contactés, à savoir le Nianan de Koulikoro, le CS Dougouwolofila, le COB et l’AS Réal.
En clôture du point de presse, les conférenciers ont promis de rester légalistes et de se battre jusqu’au bout pour que seuls le droit et la vérité triomphent.
      Baba Cissouma

LETTRE DES CLUBS PETITIONNAIRES

Les Présidents des clubs signataires
A
Monsieur le Président de la Fédération malienne de Football

Objet : Naissance d’une crise au sein du football malien
Monsieur,
Nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur la naissance d’une crise au sein du football malien.
En effet, le mandat de l’actuel bureau du Comité Exécutif de la Fédération malienne de Football (Femafoot) dont vous êtes le président, arrive à terme le 11 juillet 2013 à 23h59mn59s. En application de l’article 49-1 de nos statuts, l’appel à candidature pour le renouvellement du Comité Exécutif (C.E) devrait être lancé le 11 avril 2013.
Mais, à notre grand étonnement, cette disposition statutaire devant conduire à l’élection d’un nouveau bureau de la Femafoot n’a pas été respectée à la date indiquée.
Sachant que c’est un processus dont la première étape est déterminante et ne voulant pas cautionner cette situation, nous aurions donc le droit de ne plus reconnaitre votre bureau à l’expiration du mandat de 4 ans pour lequel il a été investi le 12 juillet 2009 à Tombouctou. Vous conviendrez avec nous qu’il perdra toute légitimité à partir du 12 juillet 2013 à 00h00mn. Nous pensons donc que cette violation flagrante des statuts en fin de mandat n’a d’autre dessein  que de vous maintenir illégalement à la tête du football malien.
Par ailleurs, tout Malien doit savoir que notre pays qui traverse la période la plus éprouvante depuis son accession à la souveraineté nationale et internationale acquise le 22 septembre 1960, se passera volontiers de cette crise inutile dont vous êtes le seul responsable.
Tout en vous précisant que nous prendrons toutes les dispositions statutaires indiquées pour le respect des textes qui régissent le football malien, nous vous prions Monsieur le Président, de recevoir l’expression de nos salutations distinguées.
Sentiments sportifs.
Bamako, le 16 avril 2013
Ampliations : FIFA, CAF
Ont signé : Djoliba AC de Bamako, Stade malien de Bamako, AS Bakaridjan de Barouéli, Onze Créateurs de Niaréla, Office du Niger Sports de Ségou, Centre Salif Kéita, Atar Club de Kidal, Jeanne d’Arc de Bamako, ASOM, ASB, ASKO.

PARTAGER