Pour service rendu à la Nation : Notre confrère Djibril Traoré a reçu hier sa médaille de Chevalier de l’Ordre national du Mali

6
Djibril Traoré recevant sa médailles des mains de Djigarey Touré
Djibril Traoré recevant sa médailles des mains de Djigarey Touré

C’est par décret N°0011/P-RM du 15 janvier 2015 du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéîta,  portant attribution de distinction honorifique que huit personnes proposées par le département des Sports ont été décorées. Il s’agit de Dramane Coulibaly (Ancien Directeur National des Sports), Bakary Diawara (Fédération Malienne de Taekwondo), Abdoul Wahab dit Bob Traoré (Fédération Malienne de Karaté), Seydou Kéïta dit Seydoublen (Capitaine des Aigles du Mali), Feu Demba Coulibaly (journaliste sportif) Mamadou dit Doudou Diakité (ancien footballeur), Mohamed Saliha Maïga (Administrateur de l’action sociale) et notre confrère Djibril Traoré (journaliste sportif). Parmi ces récipiendaires, seul l’actuel Conseiller diplomatique à Paris, en France, Djibril Traoré n’avait pas reçu  sa médaille de Chevalier de l’ordre National du Mérite.

Profitant de ses vacances à Bamako, il a officiellement reçu, hier mercredi, sa distinction des mains du Grand Chancelier des Ordres Nationaux, le Colonel Djigarey Touré. C’était au cours d’une cérémonie modeste mais pleine de signification  dans les locaux de la Grande Chancellerie, en présence de plusieurs invités : parents, amis, collaborateurs…

C’est aux environs de 9 h 30 mn que le Colonel Djigarey Touré a fait son entrée dans la salle. Du coup, il a remercié Djibril Traoré pour avoir organisé une telle cérémonie pour recevoir sa distinction. Il a profité de cette opportunité pour expliquer tout le processus pour être parmi les récipiendaires. Sans oublier les différentes catégories de décorations dont le plus gradé est celui de Grand Officier  attribué, pour le moment, à seulement un Malien.

La médaille ne se demande pas, elle se mérite

Après, ce fut un grand moment d’émotions lorsque le Grand Chancelier des Ordres Nationaux a fait porter la médaille de Chevalier de l’Ordre National du Mali par Djibril Traoré. Une certaine émotion était lisible sur le visage du récipiendaire et certains membres de sa famille. Certains n’ont pu retenir leurs larmes. “Je suis très fier de la décoration de Djibril Traoré que j’ai connu il y a plusieurs années. Je pense même que cette décoration a trop tardé. Mais, ce n’est que partie remise. Djibril, soyez fier de cette médaille. Vous l’avez tout simplement méritée. La médaille ne se demande pas, elle se mérite. Ce que vous devriez savoir, c’est que cette distinction ne vous appartient pas. Elle appartient surtout à vos enfants et petits enfants pour service rendu à la nation” précisera le Colonel Djigarey Touré. Pour sa part, Djibril Traoré a remercié le président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta à travers le ministre des Sports pour cette marque de considération. Il a dédié cette médaille à tout le peuple malien. “Je suis vraiment fier de recevoir cette distinction. Je pense que  nos cadets continueront à travailler davantage pour mériter une telle décoration. Pour moi, cette médaille m’oblige aussi à fournir plus d’efforts pour que je puisse avoir d’autres distinctions” dira Djibril Traoré.

Une fierté pour la presse sportive

Ensuite, ce furent  des témoignages, notamment de la famille, des amis et anciens collaborateurs. Pour notre confrère Kalifa Naman Traoré de l’ORTM, Djibril Traoré est plus qu’une fierté pour la presse sportive malienne. “C’est Djibril qui m’a donné pour la première fois le micro en tant que jeune journaliste à l’ORTM. J’ai beaucoup appris auprès lui. Depuis mon bas âge, il était mon idole. Nous le félicitons pour cette médaille. Pour nous, elle est bien méritée” parole de Kalifa Naman Traoré. Une séance de prise de photos a eu lieu pour immortaliser cette cérémonie exceptionnelle.

Qui est Djibril Traoré ? 

l est nécessaire de rappeler que Djibril Traoré est un grand amoureux du sport, particulièrement du football. “Dès mon plus jeune âge, j’ai voulu être journaliste sportif et, surtout, reporter. Cela, à travers le Guinéen Boubacar Kanté qui reste pour moi un modèle et le plus grand reporter sportif africain de tous les temps” dira-t-il. Après avoir passé un séjour en Côte d’Ivoire, Djibril Traoré a commencé sa carrière de reporter sportif à l’ORTM par un stage d’une année (1978-1979) avec la biennale sportive de Ségou. Il était aux côtés de Souleymane Doucouré et Boubacar Diallo.

En 1981, il a couvert la biennale sportive de Mopti en tant qu’envoyé spécial de l’ORTM avec Mamadou Kaloga. “Ma première mission à l’extérieur remonte à 1982 au Nigéria avec Gaoussou Drabo et le technicien Youssouf Traoré de l’ORTM. Tout cela, sous la houlette de feu Demba Coulibaly” se souvient-il. De 1989 à 1992, il a fait un break pour une formation à l’ESJ en France. En tant qu’agent de l’ORTM, Djibril Traoré a occupé plusieurs postes de responsabilité. Il fut chef du service des Sports pendant 11 ans (1993 – 2004). Il a également occupé le poste de chef de division marketing et relations extérieures de l’ORTM de 2009 jusqu’à sa nomination au Consulat du Mali à Paris. Il fut membre de la Confédération Africaine de Football (CAF) de 1998 à 2000. Comme journaliste, il a couvert six Coupes du monde de football,  deux Jeux Olympiques et 17 Coupes d’Afrique des Nations pour le compte de la Confédération Africaine de Football (CAF). Sans compter les différents championnats d’Afrique de basket-ball, les Coupes du monde des moins de 20 ans (juniors) et des moins de 17 ans (cadets).

Pour ceux qui ne le savent pas, Djibril Traoré a été entraîneur formateur de football d’abord au niveau du quartier de Badialan 1, notamment à la tête des Lionceaux, ensuite du Stade Malien de Bamako.                                               A.B. HAÏDARA     

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Cette médaille sera bien gardée car elle est méritée. Toute la jeune génération remercie le président IBK pour cette distinction. Je me rappelle qu’en 1988, Djibril a fait le trajet Casablanca -Rabat à taxi pour que les maliens puissent vivre les deux demi-finales de la CAN. Ce sacrifice valait une médaille.
    Merci Djibril, le journaliste du monde.

  2. c’est à travers l’homme, Djibril traoré que j’ai admiré le sport malien, bravo il la bien mérité. Dieu merci, au moins la nation lui à été reconnaissante.

  3. Djibril Traoré était un reporter partial ( stadiste fieffé) chez qui il arrivait de commettre des bévues comme du genre ” à la nez et au barbe”.et ou ha! ha! il( le joueur) ne connait pas YABA, est ce qu’il connait bien Yaba.”…
    Mais ceci n’enlève en rien à la valeur de l’homme que j’ai connu chez mady Keita à N’tomikorobougou. Bon vent Mr Traoré- tu l’as mérité.

  4. Djibril traoré est un monument du sport malien. Son parcours est très elegieux. Il a commencé à encadradé les jeunes depuis les années 1976 au Badialan I . Il est à la base de beaucoup de joueurs comme Gaoussou Traoré du Stade malien ( joueur des années 80) Amadou Samaké vieux gaucher, Aldoulaye Kalogo, Ibrahim Samaké dit Prijean , lelelé, Isobio. Son club s’était les Lionceaux . Les sportifs des années 1980-1990 connaissent bien ce club à l’instar de Africa de Ouolofobougou et de cheval blanc de Dravela , première équipe de Platini du Stade malien.

    Djibril merite plus d’une medaille. Un stade doit porter son nom.

    merci grand frère.

Comments are closed.