Quart de finale : De belles affiches et…de belles empoignades

0
0

Les quarts de finale de la 28è édition de la CAN démarrent du samedi 4 février au dimanche 5 février 2012 en Guinée Equatoriale et au Gabon. En attendant, la  tension reste vive de part et d’autre. Les Gabonais et les Equato-guinéens sont plus que jamais engagés dans de rudes épreuves.

Zambie- Soudan, Côté d’Ivoire-Guinée Equatoriale, Gabon-Mali et Ghana-Tunisie : ce sont ces quatre  affiches qui donneront lieu aux quarts de finale de la CAN. Ces empoignades  entre les différents challengers risquent de réserver encore d’autres  surprises car des têtes vont encore tomber. Pour l’heure, la tension est lourde à Bata, à Malabo  (Guinée Equatoriale) à Libreville et à Franceville (Gabon). Si la mission paraît dès lors presqu’accomplie pour les Panthères, elle est loin de l’être pour le  N’Zalang car les deux adversaires sont distincts, notamment de par leur poids et leur ossature.

Le dimanche 5 février à Libreville, les Panthères du Gabon affronteront les Aigles du Mali qui se sont qualifié « méli-mélo » pour les quarts de finale. Au même moment, la farouche et impressionnante équipe gabonaise, tel un fleuve en furie dans un labyrinthe, frappait et piétinait tout sur son passage. Les Panthères seront impitoyables face aux Aigles maliens. Malgré  sa qualification  au terme du troisième match du groupe contre le Botswana (2-1), l’équipe malienne n’est jusqu’ici pas convaincante. Caractérisés par une lenteur à tous les niveaux, les Aigles ont fait preuve d’inefficacité dans leur jeu. Au sortir des trois matches, les Aigles ont largement irrité le public sportif qui est resté depuis lors sur sa faim à cause du manque de pragmatisme, de dynamisme et d’agressivité dans les duels. Toute chose qui souligne que les Aigles risquent de signer leur mea-culpa devant la saga des Panthères du Gabon qui joueront devant leur public.

Rappelons toutefois qu’en football, la logique se confirme sur le gazon. Au regard de leur comportement anodin durant les trois rencontres du groupe « D », les Aigles partent largement outsiders face aux Gabonais qui, très prompts, bénéficient de l’avantage du terrain et restent jusqu’ici sous la houlette de leur meilleur buteur Obame  N IA qui compte déjà 3 buts. En effet, l’ossature de l’équipe gabonaise est composée de champions du Championnat d’Afrique des moins de 23 ans qui s’est tenu au mois de novembre 2011. Ce qui présage déjà l’homogénéité et le réalisme des Panthères. Par ailleurs, le Gabon doit faire attention à cette équipe malienne qui a comme sélectionneur un ancien entraîneur des Panthères qui n’était autre qu’un certain Alain Giresse. C’est dire que le coach malien connaît à  fond l’équipe gabonaise.

Par contre, les Eléphants de Côte d’Ivoire doivent encore prouver leur expérience ce samedi 4 février 2012 à Malabo face à la « petite » équipe de la Guinée Equatoriale. Même bénéficiant des faveurs du terrain, le N’Zalang risque d’avoir très chaud face à Didier Drogba et ses camarades qui restent aussi engagés pour la victoire finale en vue de « régénérer » les deux précédentes CAN et renouveler l’exemple de la CAN 1992 où Abdoulaye Traoré, Gadji Celi, Alain N’Gouaméné avaient remporté ladite édition. Les Eléphants savent déjà que les Equato-guinéens viendront sûrement avec des arguments très précis. Cette première expérience du N’Zalang aux quarts de finale d’une Coupe d’Afrique des Nations sera amplement discutée entre les deux formations. En tout cas, les hostilités ne manqueront nullement à ce rendez-vous.

Les deux autres chocs opposeront d’une part les Tchipolo-polo de la Zambie et les Crocodiles du Soudan, d’autre part les Blacks  Stars du Ghana et les Aigles de Carthage. Deux belles confrontations, mais distinctes. Tantôt, deux équipes à base  locales croiseront durement les crampons, notamment le premier face à  face  qui mettra au coude à coude  la Zambie et le Soudan, tandis que l’autre duel opposera un football semi-local (Tunisie) et un football professionnel (Ghana).  Concernant le match de Franceville, Ghanéens et Tunisiens se coinceront sans répit.  Si les Aigles de Carthage s’acharnent contre le Ghana pour augmenter leur « arsenal » de participation à  la CAN, les Blacks Stars  tiennent eux aussi leur 5è titre.

Zambiens et Soudanais, eux aussi, ne se feront pas de cadeau. Les Tchipolo-polo qui n’ont pas remporté une CAN jusqu’ici, tenteront également de briguer cette manche. Les Crocodiles sont plus que jamais avertis des « coups de patte » de Mayuka et Cathongo. Toutefois, la machine zambienne est souple, bien rodée et demeure très efficace et réaliste. Quant aux Crocodiles, ils ne sont pas non plus des « avatars » de cette CAN. Vainqueur depuis 1970 et avec un football rayonnant et limpide, les Soudanais sont également attendus à l’occasion de ces quarts.  A suivre !

Soumana Touré Miguel

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.