Que le spectacle commence !

0
2
Les Sénégalais Demba Ba, Moussa Sow et Dame N'Doye prêts à enflammer la CAN 2012. Retuters/AFP

La CAN, vingt-huitième édition du nom, donne son coup d’envoi ce samedi à Bata, en Guinée Equatoriale. Pays hôte et néophyte à ce stade de la compétition, la Guinée Equatoriale ouvrira le bal, dans le groupe A, face à la Libye. La seconde rencontre entre les deux favoris de cette même poule, le Sénégal et la Zambie, promet d’être explosive.

Guinée Equatoriale-Libye

Ce match est une équation à plusieurs inconnues. Les seuls stages et rencontres amicales de la Guinée Equatoriale ne permettent pas de dégager les véritables caractéristiques du Nzalang Nacional. Par ailleurs, le peu de stabilité qui avait prévalu avec la nomination d’ Henri Michel a volé en éclat. Le Français qui a préféré jeter l’éponge, en décembre 2011, pour ingérences et incohérences sportives, a été remplacé par le Brésilien Paulo Gilson. Quelle sera également la réaction des joueurs face aux attentes du public? Pour sa compétition, à domicile, la pression populaire peut aussi bien galvaniser que paralyser les Equato-guinéens.

De son coté, la Libye a eu un parcours remarquable dans des conditions improbables. Une qualification acquise de haute lutte, en tant que meilleure deuxième, en pleine révolution visant à chasser l’ex Guide Mouamar Kadhafi. Une belle performance pour une équipe qui a quasiment joué tous ses matches à l’extérieur. Reste à savoir si la dynamique enclenchée par ce mouvement de l’histoire n’a été qu’un feu de paille ou si elle se poursuivra lors de cette CAN. Face à l’absence de références, sur les confrontations directes entre les deux nations, la Libye semble la mieux armée pour s’imposer face au pays organisateur.

Sénégal-Zambie

C’est la rencontre phare de cette première journée entre les deux ténors du groupe A. Le Sénégal apparait dans cette compétition comme l’un des sérieux prétendants au sacre final. Son parcours en phase de poule, cinq victoires, un nul et l’élimination du Cameroun, est le témoignage d’une implacable montée en puissance. Depuis la nomination d’Amara Traoré (décembre 2009), la dynamique est en marche. Le point fort des Lions de la Teranga est sans aucun doute sa redoutable force de frappe. Avec Demba Ba, Papiss Cissé, Moussa Sow et Mamadou Niang, l’attaque sénégalaise, deuxième des éliminatoires avec 16 buts, a de quoi faire pâlir n’importe quelle défense.

La Zambie, quant à elle, est une habituée du tournoi avec quatorze participations. Sa régularité l’a souvent hissée dans le dernier carré (74,82,90,94,96). Les deux équipes se sont croisées à plusieurs reprises lors des différentes CAN. Sur le terrain, l’avantage en revient aux Chipopolo Boys avec deux victoires, deux nuls et une défaite. Mais aujourd’hui, le vent semble plus favorable aux coéquipiers de Mamadou Niang. Nonobstant le retour d’Hervé Renard à la barre technique zambienne, les absences de Jacob Mulenga et Emmanuel Mbola vont cruellement se faire sentir. Le Sénégal, qui a de réelles ambitions dans l’épreuve, ne peut se permettre de rater son entrée.

Par Nasser Mabrouk

vendredi 20 janvier 2012

Source: rfi.fr

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.