Un Real Madrid record rejoint les quarts de finale de la C1 après sa victoire à Naples

0
Sergio Ramos a signé un doublé à Naples pour le Real. (Reuters)Sergio Ramos a signé un doublé à Naples pour le Real. (Reuters)
Sergio Ramos a signé un doublé à Naples pour le Real. (Reuters)

Déjà vainqueur à l’aller (3-1), le Real Madrid s’est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des champions en s’imposant à Naples avec un doublé de Ramos (3-1). L’équipe espagnole n’a plus perdu depuis douze matches dans l’épreuve, son record.

Le match : 1-3

Tenant du titre, le Real Madrid sera bien présent en quarts de finale de la Ligue des champions pour défendre son bien. Mais que les Merengue ont tremblé durant près d’une heure à Naples ! Ballottés de toute part, secoués comme un cocotier, les Madrilènes ont failli être menés 2-0 dans le volcan du Stade San Paolo, un score qui aurait entraîné leur chute après leur victoire 3-1 du match aller.

Particulièrement offensive, auteur d’un pressing incessant et tout terrain, l’équipe de Maurizio Sarri a logiquement ouvert le score par l’inévitable Dries Mertens (1-0, 24e). Superbement lancé par Hamsik, le Belge a trompé Navas d’une frappe puissante du gauche, signant son 17e but lors de ses 16 dernières apparitions pour le club italien.

Auteur d’un doublé samedi face à la Roma (2-1), l’attaquant belge aurait même pu récidiver et faire basculer la rencontre si son tir, à la 37e minute, avait connu meilleur sort. De son côté, le Real, à la peine, avait lui aussi touché du bois par Ronaldo, qui n’avait pas réussi à redresser suffisamment la trajectoire du ballon (28e).

 [VIDEO] Naples-Real : Un poteau partout ! https://t.co/5Dth4Cvk4H #NapoliReal#NAPRMA pic.twitter.com/tTMbmP15uI

La délivrance pour la formation de Zinédine Zidane est venue par les coups de pied arrêtés. En l’espace de cinq minutes, Sergio Ramos a mis un terme aux espoirs transalpins en marquant de la tête sur corner (1-1, 52e et 1-1, 57e). Le Real a ensuite tranquillement géré son affaire, et même accru son avance par Morata (90e+1), pour se diriger pour la septième fois d’affilée en quarts de finale de l’épreuve. Un stade que Naples n’a jamais atteint dans son histoire dans la compétition.

Le joueur : Sergio Ramos a la tête dure

Il est vraiment l’homme des grands rendez-vous. Buteur en finale de la Ligue des champions en 2014 et 2016 (les deux fois contre l’Atlético), de nouveau sauveur des siens en toute fin de match en août dernier lors de la Supercoupe d’Europe face au Séville FC (3-2 a.p.) comme en décembre lors du Clasico (1-1 au Camp Nou), le défenseur a offert une gigantesque bouffée d’oxygène à ses partenaires. Sur deux corners tirés côté droit par Toni Kroos, l’international espagnol s’est imposé de la tête pour tromper Pepe Reina et offrir la qualification au Real (52e et 57e, après une déviation de Mertens). Quel serait le palmarès de la Maison Blanche ces dernières années si Sergio Ramos ne figurait pas dans son effectif ?

La cabeza de Ramos! ??4?? #UCL pic.twitter.com/w39qVGzboT

Le tournant : le poteau de Mertens

Le tournant de cette double confrontation se situe sans doute à la 37e minute de jeu. Alors qu’il a ouvert le score près d’un quart d’heure plus tôt, Dries Mertens profite d’un ballon qui traîne dans la surface, après une passe contrée d’Allan, pour surgir et tenter une frappe soudaine et croisée du droit. Keylor Navas est battu mais le tir du Belge est repoussé par le poteau droit du gardien costaricien. Que se serait-il passé si le Napoli avait mené 2-0, un score qui l’aurait virtuellement qualifié ?

Source: lequipe.fr /Publié le mardi 7 mars 2017 à 22:36

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here