Recrudescence de la Violence dans les stades : Les recommandations des acteurs du football

1

Les acteurs du football (représentant de la ligue régionale du football de Bamako, les secrétaires généraux des clubs de ligue 1, la commission centrale d’organisation, la commission centrale de sécurité, l’Association des journalistes sportifs du Mali, des supporters des clubs, des responsables des instances dirigeantes du football) étaient en conclave le 23 juillet 2012, à la Fédération malienne de football (Femafoot). But : amener l’ensemble des acteurs du football à réfléchir sur la recrudescence de la violence surtout physique, verbale et morale dans nos stades afin d’enrayer le problème. C’était sur initiative de la Commission de Fair-play et d’éthique de la Femafoot. A l’ouverture des travaux, le deuxième vice de la Femafoot, Boubacar Monzon Traoré, s’est réjoui de l’initiative de la commission de fair-play avant de saluer la participation massive des acteurs du football surtout des clubs (qui sont plus concernés par la question) à la rencontre. «La violence dans nos stades est une préoccupation de tous surtout l’instance dirigeante du football. Avec votre travail en amont, on parviendra certainement  à éradiquer le phénomène. La fédération compte de ce fait sur vos recommandations pour que soit trouvée une solution à la violence dans les stades», a déclaré Boubacar Monzon Traoré.

Le Stade Omnisports de Bamako

Juste après l’ouverture officielle des travaux, trois commissions composées des participants ont été mises en place pour  plancher sur la nature, les causes, les solutions de la violence et le rôle des acteurs du football pour l’éviter.  Après discussions et exposés des différents groupes, il est ressorti que les violences sont d’ordre physique, moral et verbal. Leurs causes sont, entre autres, la méconnaissance des lois du jeu, la mauvaise communication, le mauvais arbitrage, le manque de vigilance des services de sécurité, la rivalité entre les clubs, le manque de fair-play et de sensibilisation.  Il a été retenu aussi que le rôle des instances du football (sous district, district, ligue de foot, fédération) doit être de former, éduquer, sensibiliser et de sanctionner. Celui des acteurs (dirigeants des clubs, encadrements des équipes, joueurs, supporters) doit être de respecter les décisions de l’arbitre, de sensibiliser les supporters et les joueurs. Il a été retenu que les forces de l’ordre veillent avec vigilance avant, pendant et après la rencontre. Aux journalistes, il a été demandé de respecter l’éthique et la déontologie.

Le président de la commission de fair-play et d’éthique de la Femafoot, Idrissa Sissoko, a indiqué que les recommandations formulées seront transmises au comité exécutif de la Femafoot  pour application. « Soyez sûrs que les sanctions seront appliquées à l’endroit des fauteurs de troubles. La fédération n’est pas là pour une personne  ou un club, mais pour l’avancée du football malien. Donc, elle jouera pleinement son rôle », a-t-il promis aux participants. Et de conclure : « avec donc la qualification de deux de nos clubs en phase de poule de la coupe Caf, on doit être discipliné, car nul n’ignore que nous sommes sous les loupes de la Caf et de la Fifa. C’est pourquoi, on doit bien se comporter pour éviter que nos matches soient délocalisés par la Caf.»

Hadama B. Fofana

PARTAGER

1 commentaire

  1. Ce titre est le thème du Sous Lt Aboubacar Kola CISSE, qu’il a traitĂ© Ă  l’Institut National de la jeunesse et des Sports il y’a de celĂ  deux ans jour pour jour. ce jeune lt serai mort (exĂ©cutĂ©) Ă  kati par le CNRDEmerde. hommage Ă  AKC. Malheureusement sa femme n’arrive pas Ă  savoir sur quel pied dansĂ©, car n’a jamais vu son corps. MĂŞm le soit disant ministre de la justice (qu’on croyait bien car ayant dĂ©missionnĂ© au tps d’ATT pour corruption), ne sais pas lĂ  oĂą il est.

    On oublie jamais, et des gens en rendront compte un jour. Kola Ă  Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© Ă  la tĂ©lĂ© et aujouird’hui, il n’est nulle part : gendarmerie, Kati, liste, rien. Wait and see.

Comments are closed.