Scandale du Calcio: dure sanction pour la Juventus, l'AC Milan s'en sort mieux

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

ROME (AFP) – La Juventus Turin, la Fiorentina et la Lazio Rome ont été reléguées vendredi soir en 2e division dans le procès disciplinaire des matches truqués du Calcio, tandis que l’AC Milan, privé de Ligue des champions de football, demeure en 1re division mais avec 15 points de handicap la saison prochaine.

A peine cinq jours après le sacre de la "Squadra Azzurra" en Coupe du monde, le tribunal de la Fédération italienne de football a choisi la fermeté pour sanctionner les quatre équipes accusées d’avoir obtenu des arbitrages favorables lors de la saison 2004-05.

Les clubs ont maintenant trois jours pour faire appel et les sanctions définitives seront connues d’ici fin juillet.

La sanction la plus lourde a touché la Juventus, club le plus prestigieux d’Italie, mais également le plus gravement mis en cause dans ce scandale, qui traumatise depuis deux mois le Calcio et a jeté le discrédit sur les derniers Championnats.

Avec une relégation en 2e division, mais aussi 30 points de pénalisation à remonter sur ses adversaires lors de la saison 2006-07, les magistrats du tribunal disciplinaire ont peut-être choisi de jeter les Bianconeri pour deux ans au purgatoire.

"C’est ahurissant", a réagi le nouveau président du club, Giovanni Cobolli Gigli, qui espère une sanction plus clémente en appel.

"J’espère que quelques-uns de nos joueurs très importants vont rester", a-t-il ajouté, avec un message clair au Real Madrid, qui a déjà montré son appétit pour plusieurs vedettes. "S’ils veulent nos joueurs, ils devront les payer", a-t-il prévenu.

Peine plus symbolique mais tout aussi infâmante, la "Vieille Dame" se voit supprimer ses deux derniers titres de Champion d’Italie (2004-05, 2005-06).

L’ancien directeur général du club, Luciano Moggi, considéré comme le "grand ordonnateur" du système de "conditionnement" des rencontres, a pour sa part écopé d’une suspension de cinq ans de toute fonction sportive et de 50.000 euros d’amende, mais le tribunal a également proposé sa radiation définitive à la Fédération.

Moins impliqué que la Juventus, l’AC Milan de Silvio Berlusconi s’en sort un peu mieux avec son maintien en 1re division, mais il ne jouera pas la Ligue des champions la saison prochaine, les magistrats ayant choisi de lui retirer 44 points pour la saison 2005-06.

L’agence italienne Ansa soulignait vendredi soir que l’AC Milan, rétrogradé du coup à la 8e place du classement, pourrait prendre la place de l’Empoli, 7e, qui aurait déjà renoncé à la Coupe de l’UEFA la saison prochaine.

Les Rossoneri compteront aussi 15 points de moins lors du Championnat 2006-07, un retard important dont doivent certainement se frotter les mains l’Inter Milan et l’AS Roma, devenus les principaux favoris de la Série A, avec en bonus une qualification directe en Ligue des champions, où les suivront Chievo Vérone et Palerme en tour préliminaire.

La Lazio Rome et la Fiorentina se voient pour leur part condamnés à la 2e division, avec sept points de pénalisation pour le club de la capitale et douze points de moins pour l’équipe toscane.

Les peines touchent également tout le gratin du football italien, de l’ancien président de la Fédération Franco Carraro, suspendu pour quatre ans et six mois, au président honoraire de la Fiorentina Diego Della Valle (quatre ans), en passant par l’administrateur-délégué de l’AC Milan et président démissionnaire de la Ligue professionnelle des clubs Adriano Galliani, suspendu pour un an.

Tour à tour, ces personnalités s’étaient retrouvées impliquées dans cette sombre affaire, éclaboussées par des écoutes téléphoniques où l’on discute de choix d’arbitres, de coups de mains sur la pelouse et autres échanges de faveurs.

Seule la Juventus avait semblé reconnaître la responsabilité de ses dirigeants dans le scandale, en réclamant une relégation en 2e division, alors que les trois autres clubs s’étaient dit innocents et avaient demandé leur relaxe.

 

« 

SOURCE:  du   17 juil 2006.