Semaine sportive universitaire 2016 : L’Université de Ségou remporte le trophée de belle facture

0
Semaine sportive universitaire 2016 : L'Université de Ségou remporte le trophée de belle facture

La finale de la coupe interuniversitaire 2016 de football a opposé l’ULSHB à l’Université de Ségou le samedi à 16H au stade du 26 mars. Et c’est par le score de 1 but à 0 que la talentueuse formation de Ségou s’est adjugé le trophée tant convoité par tous les établissements universitaires du Mali. Ségou a joué, Ségou a convaincu, Ségou a gagné. De quelle manière ?

D’entrée de jeu, les Ségoviens ne sont passés par mille chemins. Disciplinés et très engagés, ils ont semble-t-il respecté les consignes de l’encadrement technique : serrer l’adversaire à la gorge dès le coup d’envoi dont l’honneur leur est revenu. Ils l’ont fait de belle facture, se présentant les premiers sur toutes les balles, exerçant une occupation territoriale sans relâche, et faisant montre d’une technicité qui déroutait une défense adverse aux abois. Oui le génie du football était ségovien sur le terrain face à une équipe bamakoise timorée, sans âme, dont le gardien de but fut contraint de prendre en main la destinée du groupe en cumulant les parades de sauvetage tant la noyade collective des siens était perceptive.

C’est alors que la domination ségovienne fut stérile en première mi-temps. Au décompte, Ségou a réussi 5 tirs cadrés contre 2, obtenu 3 corners contre 1 et 0 carton jaune contre 1, essuyé 3 hors-jeux contre 1. Bref, le match s’est déroulé dans le camp bamakois qui avait pourtant les faveurs du vent soufflant et du soleil braqué contre les Ségoviens. Mais à cœur vaillant rien d’impossible, Ségou a joué pour déstabiliser et neutraliser l’adversaire. La mi-temps intervient sur le score nul vierge. Côté arbitrage, c’était le fiasco, tout laisse croire que les arbitres étaient venus pour décerner la victoire à l’ULSHB. Nous avons vu un Ségovien lever la main et dire : ” Dieu est là “. La suite vous en dira plus.

A la reprise, l’ULSHB est venu avec de nouvelles dispositions. Mais Ségou surprendra l’adversaire avec un placement tactique, Mamadou Koné (n°10) qui évoluait plutôt au flanc droit de l’attaque rejoint l’axe en permutation avec son attaquant de pointe. Le latéral du même côté devient plus offensif alors que le capitaine de l’équipe assure vaillamment la garde à l’arrière. Dès la deuxième remontée de la balle à l’axe via le flanc droit, Mamadou Koné interceptant une passe lumineuse ne se fait pas prier pour ouvrir le score : Université de Ségou 1 – 0 ULSHB. Le gardien adverse n’a rien vu du tir croisé déclenché par ce vrai buteur. C’est alors que les Bamakois se réveillent et rentrent dans le match petit à petit. En témoigne le décompte de cette deuxième mi-temps : 4 corners pour l’ULSHB contre 1, cette fois-ci 1 carton jaune pour Ségou, 3 tirs croisés pour l’ULSHB contre 2.

Cependant, il faut noter que ce sont les arbitres qui ont volé la vedette lors de cette rencontre, particulièrement l’arbitre de touche adossé à la tribune d’honneur et le quatrième arbitre. Le premier a signalé des fautes imaginaires (hors-jeux) et le second a fait expulser l’entraîneur et un autre encadreur de Ségou. Si nous ignorons ce qu’il a dit à l’arbitre central pour expulser l’entraîneur, nous dénonçons avec la dernière rigueur son abus injustifié à faire expulser celui qui, sous le choc de cette expulsion et des interminables erreurs d’arbitrage est venu signaler au principal organisateur en place à la tribune, avec véhémence c’est vrai, que si désormais ces arbitres sont retenus Ségou ne jouera pas. L’arbitre est juge du terrain mais est-il juge de la tribune ? Les réclamations et observations qui s’adressent aux organisateurs ne doivent-elles pas être appréciées et traitées par ceux-ci et non par le quatrième arbitre qui a directement ordonné aux policiers d’expulser le sieur Diarra qui regagnait sa place au banc de touche ? Ainsi, le mental brisé, l’Université de Ségou avec son staff réduit baissait un peu les bras, mais sera à son tour sauvée par son gardien de but impérial.

Enfin, Dieu a vu et entendu, le score n’a plus évolué malgré la volonté affichée des arbitres de faire échouer les braves jeunes de Ségou qui viennent d’honorer toute une région en commençant par le Recteur Abdoulaye Traoré, le Président Doumbo du Conseil de l’Université, le ministre Mountaga Tall (originaire de Ségou), les Doyens dont Nianguiri Kanté de la FASSO aux côtés du Recteur pour la circonstance…

A la fin du match, ce fut l’heure des récompenses : Meilleur gardien de but Moussa Traoré de l’ULSHB, Meilleur buteur Mamadou Koné de Ségou, Meilleur joueur Boubacar Dembélé de l’ULSHB, la coupe à l’US et la fleur à l’ULSHB.

Il faut observer que le gardien de but de Ségou n’a pourtant pas encaissé de but du début à la fin de la compétion contrairement à celui de l’ULSHB qui a encaissé 8 buts dont 3 buts au deuxième tour et 1 but à la finale toutes les deux fois contre l’Université de Ségou. Le titre de meilleur gardien doit revenir au gardien de Ségou et ce serait justice : « A César ce qui appartient à César ». Comment des responsables de l’Education peuvent-ils se permettre une telle bassesse face aux jeunes ?

Pour rappel, en demi-finales, l’Université de Ségou a écrasé l’USSGB 2 buts à 0, et l’ULSHB a écarté l’USTTB 1-0.

Auparavant au deuxième tour, l’ENSUP avait été écartée par l’USSGB 0 -1, l’IPR par l’USTTB 1 – 2 et l’US (SEGOU) avait battu l’ULSHB 3 -0. Mais à la suite de la Réunion d’homologation des rencontres avec les responsables sportifs des établissements d’enseignement supérieur, présidée par le Coach DJIBRIL DRAME et assisté de quelques arbitres internationaux maliens, l’ULSHB a été repêchée suite au tirage à un sort pour accompagner les trois vainqueurs (US, USTTB et USSGB) en demi-finale.

Liste des joueurs de l’Université de Ségou

  1. Paul Diassana
  2. Youssouf Maîga
  3. Sékou S. Kéita
  4. Cheick H. Diabaté
  5. Hamidou Ombotimbé
  6. Boubacar Traoré dit Pélé
  7. Mahamadou Koné
  8. Sékou Modibo N’Diaye
  9. Sidi Fomba
  10. Amadou Togo
  11. Siaka Sanogo
  12. Djibril Mariko
  13. Abdoulaye Sidibé
  14. Mamadou Diagouraga
  15. Moussa Diallo
  16. Cheick Abou Coulibaly
  17. Diakaridia Dembélé
  18. Lamine Traoré
  19. Demba Dembélé
  20. Mahamadou Dao
  21. Sidiki Koïta
  22. Aly Sinéta
  23. Issa Tangaré
  24. Diakaridia Tangara

Vivement les prochaines fêtes sportives entre universités, pourvu que les mauvais arbitres et les mauvais responsables soient sanctionnés (écartés) ! Le ministre est interpellé.

Fatoumata CISSE, Correspondante à Ségou

Mamadou DABO

 

PARTAGER