Serie A – La Roma refroidit Naples

0
0

L’AS Roma a créé la sensation de cette 15e journée de la Serie A en allant s’imposer 3-1 dans le Chaudron du Napoli, dimanche soir. De Sanctis contre son camp (3e), Osvaldo (59e) et Simplicio (90e) ont scellé le succès d’une Roma qui remonte à la 7e place. Naples cale en sixième position.

La Louve respire. Personne ne sait vraiment si Luis Enrique jouait son avenir à la tête de l’AS Roma, ce soir, sur la pelouse de Naples, mais nul doute que cette victoire convaincante (3-1) sur la terre  napolitaine accordera quelques semaines de répit à l’ancien joueur du Barca. Condamné par la presse italienne qui voyait dans cette rencontre sa dernière sur le banc des Giallorossi, l’entraineur espagnol a pu compter sur une équipe plus motivée que jamais.

Alors que beaucoup mettaient en doute la popularité de l’ancienne tête forte du Barça dans le vestiaire romain, ses joueurs ont apparemment tenu à lui envoyer un signe fort: non, il n’y a pas rupture entre lui et son groupe. Oui, sa volonté de prôner un football basé sur la possession de balle et l’attaque commence à prendre forme. Plus que la qualité de jeu développée, il suffisait de voir l’acharnement de Totti en défense dans les dernières minutes du match – alors que le champion du monde 2006 est souvent décrit  comme l’ennemi principal de Luis Enrique – pour comprendre que c’est toute une équipe qui a fait bloc derrière son coach.

Le caviar de Totti

Rapidement devant au score grâce à un but contre son camp du peu inspiré De Sanctis dès la 3e minute, l’équipe romaine a su tenir et souffrir en défense dans le sillage d’un Gaby Heinze retrouvé. Souvent brillant balle au pied, Hamsik a manqué, seul face au but vide, l’occasion de remettre les deux équipes à égalité. Dommage pour les Azzuri car la Roma n’offrira plus d’occasion aussi franche aux coéquipiers de Cavani. A la 59e minute, Osvaldo se pressait de donner deux buts d’avance aux joueurs de la ville éternelle sur un centre au cordeau de Totti. Malgré les entrées de Pandev et Dossena, Naples, rapidement orphelin de Lavezzi sorti sur blessure en début de seconde période (59e), n’arrivait pas à créer le danger devant les cages de Stekelenburg. Et si Hamsik a apporté de l’espoir aux locaux (82 e), Simplicio (91e) redonnait au succès romain une ampleur plus juste au regard de la prestation de l’AS Roma.

En difficulté avant la rencontre, la Roma remonte à une septième place plus conforme à ses ambitions de début de saison. A la peine depuis plusieurs semaines, Naples stagne à une 6e place qui la place loin de ces mêmes ambitions  Plutôt fringant en début de saison, le Napoli semble paradoxalement s’être relâché depuis sa surprenante et brillante qualification pour les 8e de finales de la Ligue des Champions. Les vacances vont lui faire du bien…

H. SA. / Eurosport

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.