Super coupe : Aura lieu, aura pas lieu

0
0

La super coupe n’aura probablement pas lieu cette année. C’est le moins que l’on puisse dire après la décision du Stade malien de boycotter hier la cérémonie de remise des équipements aux deux finalistes.

La cérémonie était initialement prévue à 14h au siège de la Fédération malienne de football (FMF), mais les Blancs ne se sont pas présentés à l’heure indiquée. L’absence du champion du Mali en titre était prévisible quand on sait que 24h plutôt, l’équipe de Sotuba avait adressé une lettre à la Fédération malienne de football pour dire qu’elle « se réserve le droit de ne participer à aucune compétition nationale, tant que le recours déposé à la fédération par le collectif des clubs n’est pas transmis à la FIFA avec accusé de réception ». « Nous avons adressé cette lettre à la fédération le mercredi, mais nous n’avons reçu aucune réponse. Pour nous, les choses sont claires : tant que la fédération n’envoie pas notre recours à la FIFA, nous ne participerons à aucune compétition nationale », martèle le président du comité des supporters du Stade malien Mohamed Seyba Lamine Soumano. Notre interlocuteur ajoutera que le collectif a déjà saisi le ministre de la Jeunesse et des Sports sur le problème ainsi que le président de la commission des sports de l’Assemblée nationale et le premier responsable du Comité national olympique et sportif. « Nous sommes prêts au dialogue, mais tant que la fédération ne met pas de l’eau dans son vin, nous ne participerons pas aux compétitions nationales. S’il le faut, nous sommes prêts à descendre en division inférieure », répètera un Mohamed Seyba Lamine Soumano visiblement très remonté contre le président de la FMF, Hammadoun Kola Cissé.

Mais du côté de l’instance dirigeante du football national, on veut encore croire que la super coupe aura lieu et qu’il y aura une issue à la crise d’ici demain samedi. « Le fait de boycotter la cérémonie de remise d’équipements ne signifie pas forcément un boycott de la compétition. En tant que premier vice-président de la fédération, mon vœu le plus ardent est que le Stade malien revienne à de meilleurs sentiments d’ici samedi. Aujourd’hui, je comprends la position de certains clubs qui sont dans des dispositions contraires à notre vision. Mais ce que je ne comprends pas, c’est cette affaire de requête. Les clubs contestataires eux-mêmes ont saisi la FIFA qui leur a répondu par l’intermédiaire de la fédération. La FIFA a clairement dit qu’elle ne répondrait pas directement aux clubs, elle a juste demandé à la fédération le PV de l’Assemblée générale et des compléments d’information sur les revendications des clubs. Je ne vois vraiment plus où est le problème », affirme le premier vice-président de la fédération, Moussa Konaté. Dans la lettre en question, le secrétaire général de la FIFA Jérôme Valcke écrit : « Nous avons reçu les courriers que nous joignons en annexe au sujet de suppossés irrégularités liées à la tenue de l’Assemblé générale ordinaire de la Fédération malienne de football qui s’est tenue à Bamako les 11 et 12 novembre 2012. Ces allégations semblent relever des affaires internes de la FMF. Par conséquent, la FIFA ne répondra pas directement aux signataires de ces courriers. Cela étant, nous vous saurions gré de bien vouloir nous faire parvenir le procès verbal de ladite Assemblée générale ainsi que vos commentaires sur les allégations contenues.

Nous soulignons dans ce contexte que toute saisine de la justice ordinaire est interdite selon l’article 64 des statuts de la FIFA, ce genre de dispute devant être portée devant une instance arbitrale ». La lettre est datée du 5 décembre et a été adressée au secrétaire général de la FMF. « J’espère franchement que le Stade malien va revenir à de meilleurs sentiments d’ici samedi et que la super coupe aura lieu pour le bonheur de tout le monde. A mon avis, les revendications des clubs n’ont pas un caractère suspensif et ne doivent pas entraver le déroulement des compétitions nationales », estime Moussa Konaté qui dirige également le Collectif des clubs de première Division. C’est justement en sa qualité de premier responsable de ce Collectif que le premier vice-président de la fédération a convoqué hier tous les clubs de l’élite pour examiner la situation (la rencontre était prévue à 18h). « J’espère qu’on trouvera une solution au cours de cette rencontre ; le cas échéant, la fédération a déjà un plan « B » qui est l’organisation d’un match de gala à la place de la super coupe. Mais une fois de plus, notre souhait est que le Stade malien revienne sur sa position et participe à la compétition », insistera Moussa Konaté. Alors question : le plaidoyer du premier vice-président de la fédération sera-t-il entendu par le collectif des clubs ? Difficile de répondre par l’affirmative, tant les positions semblent inconciliables. D’un côté, le collectif des clubs pose comme condition préalable à tout dialogue la transmission du recours à la FIFA avec accusé de réception et de l’autre, la fédération répond que le dossier a déjà été examiné par la FIFA et qu’elle n’a plus rien à envoyer à l’instance dirigeante du football mondial. Dans ces conditions, on ne voit pas comment les deux parties parviendront à accorder leur violon et ce, d’autant que chacun pense que la vérité se trouve de son côté et affirme se battre pour le respect de l’étique sportive.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.