Trois questions à Oumar Tounkara, SG Ligue de Koulikoro : Quelle analyse faites-vous du parcours du Mamahira AC lors du Top 12 ?

0
Oumar Tounkara

Tout d’abord, je tiens à remercier Le Katois pour cette occasion qui m’est offerte de m’exprimer. Voilà bientôt deux ans que nous, les anciens basketteurs de Kati, nous sommes regroupés au sein d’un Comité avec comme objectif majeur, la relance de la pratique du basket à Kati à travers le Mamahira AC et les autres centres de basket de Kati. Nous sommes fiers des prestations de l’équipe dame du Mamahira AC qui, d’ailleurs, a été première du championnat  régional tenu à Kayes et a pu atteindre les quarts de finale du championnat national Top 12. Malheureusement, on est tombé sur le Djoliba qui était mieux en jambes.

En tant que Secrétaire général de la Ligue de Basket-ball de la région de Koulikoro, quel bilan tirez-vous de votre participation?
Nos représentants, le Mamahira AC et le Centre Bintou Dembélé, ont su montré à travers cette compétition qu’elles ont leurs mots à dire dans l’élite du basket-ball. Nous les encourageons, tout en les rassurant de la totale disponibilité des responsables de la Ligue.

Quel jugement portez-vous sur l’arbitrage ?
Le basketball, de façon générale à travers les prestations des équipes nationales et l’effort fourni par la Fédération malienne de basket-ball,  fait parti des disciplines phare de notre sport. Au vu de tous cela, un système de sélection des arbitres pour chaque compétition doit être instauré. Le choix des arbitres doit être basé sur les performances individuelles jugées par la commission technique et un questionnaire pédagogique basé sur la moralité et le comportement, rempli par les équipes affiliées à la Fédération.
Ceci nous permettra de créer un système de compétition entre les arbitres et conduira à l’amélioration du niveau de l’arbitrage malien. Car, nous sommes au regret de constater, par moments, certains comportements des hommes en noir qui nuisent à la bonne santé de notre sport.
Par M. DIALLO

Commentaires via Facebook :

PARTAGER