Une crise profonde au sommet du football kayesien.

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Le football kayesien est malade, si non, disons le, il souffre d’une déchirure  si profonde qu’il risque un enlisement mortel.

Limitons-nous simplement aux faits pour vite découvrir le mal. La dernière assemblée générale du district de football de Kayes  tenue dans les locaux de la bourse de travail de Kayes a illustré éloquemment la crise qui secoue et qui mine depuis des mois, voire des années. Le football kayesien vit au jour d’aujourd’hui, les plus sombres moments de son histoire. L’élimination précoce de nos clubs depuis les 16ème de finale de la Coupe du Mali, la descente en 2ème division du Sigui de Kayes sont des preuves d’une léthargie totale du sport roi dans la cité des rails. Nous sommes bien loin des années de gloires : 1970, la Kayesienne finaliste de la coupe du Mali,  1987 le Sigui de Kayes remportant la coupe du Mali pour la première fois par un club régional.

Et aujourd’hui ? Ce sont des mésententes, des querelles de personnes, des intérêts individuels, la guerre des postes qui frappent de plein fouet le monde sportif de Kayes. Cette phrase  dans le dernier rapport de la 2ème assemblée générale du district résume à elle seule le mal qui ronge notre sport à Kayes : « Chers délégués, nous avons caressé en vain l’espoir de voir le calme se rétablir au sein du sport à Kayes ». Hélas, nous sommes bien loin de voir le bout du tunnel. Car cette dernière assemblée du district a encore brillé par des querelles et la guerre de poste. Même si les doyens  Al Fousseyni Konaté dit Thié, Iwa Kanté ont pu ramener le calme, un climat de tension a régné dans la salle pendant plusieurs heures.  Au terme d’une journée houleuse, Mamadou Sangaré a été élu président par intérim en lieu et place de Mamadou Camara démissionnaire.

En tout cas cela n’est plus un secret pour personne, les Kayesiens  savent qu’il y a aujourd’hui des problèmes réels au sein de leur football et qui empêchent les clubs de la région d’avoir des résultats performants au niveau national et international. Entre  entraîneurs et administrateurs du football kayesien, des obstacles empêchent de franchir la ligne de démarcation pour retrouver la joie sur les gradins et sur  la pelouse. Nos clubs de football ont besoin d’être mieux organisés, mieux encadrés, mieux équipés pour que la qualité du jeu livré revienne rapidement au grand bonheur des milliers d’amateurs du ballon rond dans la région de Kayes.

Boubacar Niane

 
SOURCE:  du   20 nov 2012.