visite du ministre des sports à Sikasso : Le partenariat public-privé souhaité pour rentabiliser les infrastructures sportives

0
visite du ministre des sports à Sikasso
visite du ministre des sports à Sikasso

Le Ministre Housseini Amion Guindo dit Poulô est en visite de terrain à Sikasso où il s’est rendu aujourd’hui (7 juin 2014) la Direction régionale de la Jeunesse et des Sports et le Stade Babemba Traoré. Il était accompagné des membres de son cabinet, du Directeur national des Sports et de l’Education physique ainsi que des autorités administratives, politiques et sportives de la région.

 

«La charité bien ordonnée commence par soi-même», a-t-on l’habitude de dire. Et sans doute l’interprétation qu’on pourra donner à la visite du Ministre des Sports dans la 3e région administrative du Mali, Sikasso qu’il a représentée pendant deux législatures à l’Assemblée nationale.

 

Mais, c’est surtout dans le souci de partager sa vision de développement des sports et s’enquérir de leurs attentes et préoccupations, que le Ministre Housseini Amion Guindo dit Poulô a initié cette visite. Une joie pour les responsables du mouvement olympique sportif de la région qui ne pouvaient que se sentir honorer en recevant la toute première sortie du Ministre des Sports à l’intérieur du pays.

 

Accompagner du gouverneur de la région de Sikasso, Mahamadou Diaby, et d’une forte délégation  (agents du Gouvernorat et responsables du Département des Sports, dont le Directeur National des Sports et de l’Education Physique), le Ministre Guindo a successivement rendu visite à la Direction régionale de la Jeunesse et des Sports et au Stade Babemba Traoré de Sikasso.

 

A la Direction, le constat sur le personnel sur place était amer. Ainsi, «sur 12 agents, il y a seulement 1 instructeur de jeunesse et de sport qui est chargé des questions de sport dans toute la région». Et pourtant, l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (INJS) met chaque année des agents bien formés sur le marché de l’emploi.

 

D’autres préoccupations ont été évoquées par la Directrice régionale, Mme Ayama Touré. Il s’agit notamment des besoins en équipement de bureau et de réhabilitation des locaux. Après avoir pris bonne note des doléances du personnel, la délégation ministérielle s’est ensuite rendue au Stade Babemba Traoré.

 

Avec la visite guidée par le directeur Samba Sow, le ministre s’est vite rendu compte de l’état déplorable des lieux. Le gazon synthétique est par exemple en mauvais état et le toit laisse infiltrer des gouttes d’eau, surtout dans la loge officielle…

 

«Prenez des initiatives pour rentabiliser vos services en les rendant  plus visibles et proposez les à votre hiérarchie» ! Voilà ce que le Ministre a laissé entendre à ses interlocuteurs après la visite des deux services. Pour Housseini Amion Guindo, les infrastructures sportives ont surtout besoin d’être réhabilitées pour une meilleure rentabilité.

Il faudra aussi penser à solliciter les entreprises de la place dans le cadre d’un Partenariat Public-Privé car, a-t-il rappelé, «aucun Etat ne peut à lui seul financer totalement le sport». Le premier responsable du Département des Sports a ensuite rencontré les cadres et tous les acteurs du mouvement sportif et olympique sikassois pour des échanges à bâton rompu.

«Faites des études, formulez vos besoins et proposez les à votre hiérarchie pour que des dispositions puissent être prises dans la mesure du possible», a conseillé Poulô aux agents. Ce qui a surtout attiré l’attention de l’assistance, c’est l’annonce de l’élaboration d’un document de politique nationale de développement et de promotion du sport et la récompense du mérite sportif.

 

«Le sport reste le seul moyen de rapprochement et d’unité nationale. Et il se pratique dans un Etat de paix, un Etat stable», a conclu le Ministre Guindo.

Après cette rencontre fructueuse, le Ministre et sa délégation ont assisté à un derby sikassois qui a opposé le Tata National à l’AS Douane de Sikasso. Et c’est le Tata qui l’a emporté par 1-0.

Youma Coulibaly

C.C/M-SPORTS

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER