Yacouba Traoré dit Yacoubadjan, ex-secrétaire général de la Femafoot : Un administrateur de football chevronné.

1

Le dénouement de la crise du football malien a jeté en pâture un homme, sous la forme d’un remerciement forcé. Parce que le protocole d’accord exigeait son remplacement. Il s’agit du désormais ex-secrétaire général de la Fédération malienne de football (Femafoot), Yacouba Traoré dit Yacoubadjan. L’homme reconnu pour sa connaissance des règles du football et sa loyauté a servi le football malien sans état d’âme. Mais Hélas !

ll est évident qu’on peut ne pas aimer Yacoubadjan, ancien secrétaire général de la Femafoot, mais dire qu’il ne maîtrise le sujet, relèverait de la pure méchanceté. L’homme est un administrateur de football aux qualités exceptionnelles. Il a commencé depuis la base et gravi tous les échelons : club, ligue, fédération. Donc un véritable sac à dos, avec une connaissance avérée des règlements dont il a participé à la perfection. Yacoubadjan a les qualités morales requises de la fonction de secrétaire général. Ce qui a fait de lui un homme engagé, cultivé et loyal. Malheureusement, cette loyauté l’a poussé à être toujours au centre des adversités. Autrement dit, il a focalisé sur sa personne, par l’application des textes, l’exacerbation des opposants. Bref, il incarne le rôle de parechoc.  En un mot, à chaque fois qu’une crise ou un malentendu a éclaté entre les acteurs et la Fédération, Yacoubadjan, par sa maîtrise des règles footballistiques, a  toujours pu tirer d’affaire la Femafoot. Il s’est tellement engagé dans l’administration du football, à telle enseigne qu’on a de la peine à croire qu’il a d’autres compétences dans d’autres domaines.

Incontournable dans la bonne administration du football, il demeure une bibliothèque, une personne ressource du monde du football dans son ensemble.  Ses anciens collaborateurs retiennent de lui un homme rigoureux, respectueux des bonnes règles de gestion. Le tout soutenu par un sens élevé du social. Mais hélas ! Cela n’a pas suffi pour qu’il ne soit pas vilipendé par ses détracteurs. L’homme a payé cash sa loyauté au président de la Femafoot, il a été persécuté jusque dans son dernier retranchement. Son unique tord : avoir dit et appliqué  le droit dans toute sa rigueur.

L’une des clauses du protocole d’accord signé entre le Comité exécutif de la Fédération malienne de football  et le soi-disant Collectif, portait sur la dislocation du secrétariat général et son remplacement par des cadres qui ont un diplôme supérieur. Puisque le président de la Femafoot, Boubacar Baba Diarra ne voudrait être en aucune manière un blocage dans la résolution de la crise du football, a accepté ce compromis. Mais comment convaincre son désormais ancien secrétaire général de sa bonne foi face à une situation imposée par la force des choses? Parce qu’une complicité s’était forgée entre les deux hommes. Et puis rien n’explique un tel acharnement sur l’homme. Mais Yacoubadjan en bon responsable a rassuré Boubacar Baba Diarra en ces termes : “Vous m’aviez appelé pour servir le football malien et des circonstances indépendantes de votre volonté, et de la mienne,  font que je dois quitter. En tant qu’administrateur de football je ne saurai être une entrave pour le développement du même football. L’essentiel et le réconfort pour moi se résument à deux choses : la réussite de ma mission et ma loyauté à votre égard. Le reste appartient au temps, pour le triomphe de la vérité dont le C.E de la Femafoot que vous dirigez détient la clef”.

Après sa rencontre avec le président de la Fédération, l’émotion était à son comble, quand il devrait faire ses adieux au personnel dont il était responsable. Les uns et les autres se consolaient, mais Yacoubadjan n’a pu retenir ses larmes, face à ce qu’on peut qualifier de séparation douloureuse. Certes il s’en va, mais  son crédo ? Que ses collaborateurs qu’il a formés réussissent là où par le pur hasard, lui Yacoubadjan a échoué. Une chose est sûre : le monde du football se souviendra longtemps d’un homme pour sa bonne connaissance de l’administration de la discipline.

Aujourd’hui, Yacoubadjan est conseiller spécial du Président Boubacar Baba Diarra.                    A.B. HAÏDARA

PARTAGER

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here