Chronique du web : Samsung broie du noir !

0

S’il est une entreprise qui est traversée par une bourrasque en cette période de l’année, c’est bien Samsung, le géant sud-coréen de l’électronique. Telle est la substance de plusieurs articles parus sur le sujet dont celui de Ridha Loukil, publié le 27 octobre 2016. En effet, son Galaxy Note 7 qui était attendu comme le top de la technologie a fait long feu. Contraint et forcé, Samsung a même  dû retirer du marché son smartphone vedette en raison d’un problème persistant d’incendie de la batterie. Il n’en fallait pas plus pour que le chiffre d’affaires de Samsung s’effondre de 30% au troisième trimestre et plonge l’empire sud-coréen dans la pire tourmente de sa prestigieuse histoire : baisse de 30% de ses bénéfices opérationnels au troisième trimestre, passant de 5,8 milliards de dollars à la même période l’an passé à 4,1 milliards d’euros. Dans la maison Samsung, la sinistrose s’invite : « le bénéfice opérationnel de la division mobile de Samsung a dégringolé de 98% entre juillet et septembre, à 80,2 millions d’euros ».  Les spécialistes du secteur ne font pas dans la dentelle ; en effet, ils prédisent que le fiasco industriel lié au Galaxy Note 7 pourrait coûter jusqu’à 10 milliards de dollars à Samsung. Le coup est particulièrement rude pour le fabricant sud-coréen dans la mesure où il comptait concurrencer frontalement l’iPhone 7 avec ce modèle, concluent les spécialistes.

Thomas Husson, analyste chez Forrester, est convaincu que Samsung n’est pas au bout de sa peine : “Il faut attendre le quatrième trimestre pour mesurer l’étendue des dĂ©gâts car le Galaxy Note 7 n’a Ă©tĂ© retirĂ© que deux semaines après la clĂ´ture des rĂ©sultats du troisième trimestre 2016. L’impact se ressentira davantage sur les rĂ©sultats du quatrième trimestre”. Aux yeux des analystes, ces rĂ©sultats sont cohĂ©rents avec les chiffres de ventes de smartphones du troisième trimestre 2016 publiĂ©s par IDC. Samsung a Ă©coulĂ© 72,5 millions d’unitĂ©s, soit 13,5% moins qu’au troisième trimestre 2015, alors que le marchĂ© mondial a progressĂ© de 1% Ă  363 millions de pièces. Son principal concurrent dans le haut de gamme, Apple, a lui aussi baissĂ© mais dans une moindre mesure, avec un recul de ses ventes d’iPhone de 5,3% Ă  45,5 millions d’unitĂ©s.

A terme, le ciel s’alourdit dangereusement sur l’Empire Samsung et bien malin qui pourrait prĂ©dire les dĂ©tails de l’impact dĂ©vastateur du fiasco du Galaxy Note 7. Thomas Husson est sans concession : “Samsung a clairement mal gĂ©rĂ© le problème. Cela va avoir un impact nĂ©gatif sur les autres gammes Galaxy de smartphones et par ricochet sur la marque Samsung en gĂ©nĂ©ral. Aujourd’hui, quand vous vous enregistrez pour un vol, on vous empĂŞche de monter dans l’avion avec le Galaxy Note 7. L’effet est dĂ©sastreux sur la marque. Reste Ă  voir comment cela va ĂŞtre perçu par le grand public et comment Samsung va gĂ©rer la communication de crise notamment Ă  travers les rĂ©seaux sociaux”. A l’interne, la première consĂ©quence de cet Ă©chec technologique retentissant se traduit par un changement majeur dans le management.

 

En effet, l’hĂ©ritier prĂ©sumĂ© du groupe, Lee Jae-yong, 48 ans, vient d’entrer au conseil d’administration. Thomas Husson est convaincu que cette arrivĂ©e est le prĂ©lude Ă  une prise en main de l’entreprise en succession Ă  son père Lee Kun-hee malade depuis 2014. “Samsung a beaucoup souffert des flottements au sommet, et l’arrivĂ©e de l’hĂ©ritier aux commandes clarifie les choses”, conclut l’analyste. Connaissant la forte rĂ©silience de la culture entrepreneuriale asiatique, le fiasco du Galaxy Note 7 pourrait n’être qu’un malencontreux Ă©pisode et le prochain smartphone vedette, le Galaxy S8, attendu courant 1er trimestre 2017, pourrait faire durablement oublier la prĂ©sente dĂ©convenue.

Serge de MERIDIO

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here