BDM-Sa : Le marche de l’UEMOA en ligne de mire

0
0

C’est un des défis inscrits dans le programme de développement à moyen terme sur la période 2011-2015 de l’institution bancaire.

La Banque de développement du Mali (BDM-SA) a tenu mardi, à son siège, la 43è session ordinaire de son conseil d’administration. La session a examiné les documents des rapports financiers de l’exercice allant de janvier au 30 septembre de l’année en cours et dégagé des perspectives pour l’horizon 2015. La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le président directeur général (PDG) Abdoulaye Daffé. Elle s’est déroulée en présence de Azzedine Alami, administrateur et représentant la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE), et de l’ensemble des administrateurs. En dépit des effets de la crise qui touche les économies mondiales et les institutions financières, la BDM-Sa est créditée de prouesses significatives. Ses résultats tangibles enregistrés s’élèvent à plus de 5,8 milliards Fcfa. La session, conformément à son ordre du jour, a examiné et adopté les projets de budgets d’exploitation et d’investissements de l’institution de l’exercice 2012.

A l’issue de la rencontre, les administrateurs ont adopté un programme de développement à moyen terme sur la période 2011- 2015. Dans son discours introductif, Abdoulaye Daffé avait déjà noté que l’exercice budgétaire qui s’achève avait été excellent. Au cours des neuf mois d’activités, le résultat d’exploitation affiché a, en effet, été évalué à plus de 5,8 milliards Fcfa pour un objectif programmé de 5,3 milliards Fcfa. Ce chiffre dépassait déjà largement celui de la même période de l’année 2010 qui était de 4,5 milliards Fcfa. Selon le PDG de la BDM-Sa, en cette période, les dépôts des clients auprès des agences se sont établis à 313 milliards Fcfa. Abdoulaye Daffé a néanmoins souligné que la banque devait relever certains défis. Il s’agit notamment de l’installation progressive des agences BDM-Sa sur le territoire, pour assurer une meilleure couverture du pays et dans les autres Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) pour permettre un meilleur accompagnement de nos opérateurs économiques. Cette implantation est l’un des objectifs du programme de développement à moyen terme sur la période 2011-2015. La BDM Sa doit s’atteler aussi à relever le défi de la prise en charge effective des besoins de la diaspora malienne avec notamment un renforcement de ses structures auprès des compatriotes résident hors de la zone UEMOA. Abdoulaye Daffé a jugé que ces objectifs étaient à la portée de la banque.

Ousmane Berthé

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.