Lucarne politique : L’Uemoa à l’épreuve face au projet de construction de forages au Sénégal : «Pour un léger retard, on veut salir l’image de Soumaila Cissé»

0
0





Apres un léger retard enregistré dans l’exécution de la réalisation des forages d’hydrauliques villageoises au Sénégal, pour un coût global de financement de cinq (5) milliards de FCFA, sur décaissement de l’Agence Française de Développement(AFD) envers l’Union Economique et Monétaire de l’Ouest Africain (UEMOA), on veut salir la réputation de Soumaila Cissé, sur un problème purement sénégalo-sénégalais, et qui n’a rien à voir avec sa candidature.

En effet Soumaila Cissé, après huit années de bons et loyaux services passés à la tête de la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest  Africain (UEMOA), c’est El Hadj Abdou Sacko qui était pressenti comme commissaire du  gouvernement sénégalais pour la succession de notre compatriote à la tête de l’UEMOA.

Mais, pour des raisons que nous ignorons, le président de la République du Sénégal, SEM Me Abdoulaye Wade, a finalement porté son choix sur son ancien premier Ministre, Cheick Sadibou Soumaré. Une chose qui ne passât pas inaperçu dans la classe politique sénégalaise du pays de la Teranga.

C’est ainsi que M Sacko, qui ne serait pas en très bon terme avec le président sortant de la Commission Soumaila Cissé, aujourd’hui candidat investi du parti de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) à l’élection présidentielle malienne du 29 avril 2012, a engagé une campagne médiatique de lynchage et de dénigrement contre lui.

C’est à ce titre, que l’ancien président de la Commission de L’UEMOA est devenu une cible facile, pour ses détracteurs, dès lors devenus plus nombreux qu’on ne le laisserait penser.  Qui, qui lui tire dessus à  boulet rouge, un autre qui  le descend tout bêtement dans ses colonnes de journal, et vous savez pourquoi ? Pour un prétendu détournement de fond.

C’est dire qu’au Sénégal, les mêmes pratiques impulsées par feu Mame Less Dia du journal Le Politicien, pour avoir de quoi monnayer en chantage de fausses nouvelles à faire courir dans ses colonnes, restent encore des pratiques de corruption passive et consentante entre une presse mal muselée et des esprits très échafaudés.

Mais rassurez-vous militants et militantes de l’URD, car comme on dit chez «Nan koumana sogoma fo woulafé, nan ma bên, min fora woulafé, no koufora sogoma, kouma koumbé ban». En traduction claire, «si l’on a échangé du matin au soir, sans s’entendre, ce sur quoi on aurait eu à échanger le soir, si l’on avait eu à le dire le matin, il n’y aurait plus rien à échanger». Car selon le rapport des experts  sénégalais et français de l’AFD et l’UEMOA, le projet a été exécuté sans aucun problème majeur à  part le léger retard enregistré au début de l’exécution des travaux. Donc en conclusion «kélé kélé bé ni ko la, gnémayéko kélé do». On se comprend entre maliens aussi : pas d’immixtion dans les affaires intérieures d’un Etat voisin.

MAN

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.