Discours de clôture du 27ème sommet de l’Union africaine

1
Discours de clôture du 27ème sommet de l’Union africaine
Idriss Deby

Mon cher frère Paul Kagamé,

Chers Frères et Sœurs Chefs d’Etat et de Délégation,

Madame la Présidente de la Commission de l’Union Africaine,

Mesdames les Premières Dames,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs.

 

Nous voici arrivés au terme de la 27ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine qui s’est déroulée dans un climat de cordialité, de fraternité et d’entente.

 

Le Sommet de Kigali a été un test grandeur nature de notre volonté commune de transcender les pratiques du passé et d’envisager le futur sous l’angle de l’action et de l’efficacité. 

 

Je me félicite de tous les actes forts et exemplaires de nos assises, ainsi que de l’organisation sereine et parfaite de nos travaux, même si nous n’avons pas pu faire élire les membres de la Commission de l’Union Africaine.

 

Nous avions décidé collectivement d’organiser de nouvelles élections en janvier prochain à Addis-Abeba en s’accordant le temps nécessaire pour leur préparation et en donnant l’occasion à toutes les nouvelles candidatures de se manifester.

 

Au nombre d’importantes décisions à saluer figure l’institution d’une taxe sur nos importations pour assurer une indépendance financière à notre organisation. Je sais que c’est une décision courageuse qui exige des sacrifices supplémentaires de la part de nos Etats, au regard de la situation économique et financière difficile qu’ils connaissent. Mais c’est le prix à payer pour conférer à notre Organisation plus de marge et de crédibilité.

Nous avions également adopté le budget de l’Union, une déclaration sur le thème de l’année, ainsi qu’un certain nombre de décisions et de déclarations, y compris celles relatives aux crises au Soudan du Sud et au Burundi, ainsi que sur l’institution d’un Fonds de lutte contre le terrorisme à contributions volontaires. 

 

L’option courageuse que nous avons prise pour changer notre méthode de travail désormais axée sur la quête des résultats, du concret et du tangible doit être organisée et renforcée. Je suis convaincu que le Président Paul Kagamé à qui revient la lourde tâche de nous proposer une réforme d’envergure de l’Union, saura imprimer sa marque à la nouvelle structure que nous voulons mettre en place.

 

Les résultats enregistrés au cours de cette Session montrent que notre Continent va s’engager plus que par le passé sur le chemin du progrès et de l’émergence.

 

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs.

 

Nous avons également montré les preuves de notre engagement en faveur de l’intégration de notre continent en lançant officiellement le passeport de l’Union. Plus qu’un simple document de voyage, ce passeport constitue un symbole fort et appelle de notre part des efforts supplémentaires pour le rendre valable dans nos pays et accessible à tous nos concitoyens.

 

Bien évidemment, tout n’est pas encore pour le mieux dans le meilleur des mondes. Nous avons du chemin à faire pour que l’Afrique soit unie, solidaire, forte, stable et prospère.

 

Avant de conclure, je voudrais vous remercier tous de vos contributions pertinentes et de votre appui inestimable dans la conduite de nos assises. Je voudrais également réitérer nos sincères remerciements à mon frère Paul Kagamé et à son gouvernement pour la parfaite organisation de nos assises.

Je remercie également à votre nom à tous les interprètes et l’ensemble du personnel technique et de sécurité de la Commission et du pays hôte pour leur appui inestimable au succès de nos travaux.

 

Tout en vous souhaitant à tous et à toutes un bon retour dans vos pays respectifs, je déclare close la 27ème session ordinaire de la Conférence de l’Union Africaine.

 

Je vous remercie.

PARTAGER

1 commentaire

  1. Que de bonne nouvelle venant de l ‘UA.l’INTEGRATION A DEJA COMMENCER .RAYONNE L’AFRIQUE !

Comments are closed.