Hollande et Zuma (UA) appellent Ă  la poursuite du dialogue au Mali

2
La prĂ©sidente de l’Union Africaine Nkosazana Dlamini Zuma et le prĂ©sident François Hollande, le 14 novembre 2012 Ă  l’ElysĂ©e Ă  Paris

PARIS — La prĂ©sidente de la commission de l’Union Africaine Nkosazana Dlamini Zuma et le prĂ©sident français François Hollande ont appelĂ© mercredi Ă  la poursuite du dialogue politique au Mali afin de convaincre des “groupes armĂ©s” de se dĂ©tacher des “terroristes”.

“Nous aimerions convaincre les groupes armĂ©s maliens Ă  venir aux nĂ©gociations et Ă  se dissocier des groupes criminels et terroristes. Si cela pouvait arriver, ce serait un grand pas en avant”, a dĂ©clarĂ© Mme Zuma lors d’un point-presse Ă  l’ElysĂ©e avec François Hollande.

“Les prĂ©paratifs pour une intervention continuent et nous les ferons Ă©tape par Ă©tape. Evidemment, si nous pouvons obtenir la paix au Mali et le retour Ă  l’intĂ©gritĂ© territoriale sans aller Ă  la guerre, tant mieux !”, a ajoutĂ© Mme Zuma.

“C’est la responsabilitĂ© des Africains de trouver des solutions pour que le Mali retrouve son intĂ©gritĂ© territoriale, pour qu’il puisse y avoir des Ă©lections et pour que le dialogue politique puisse ĂȘtre encore poursuivi le temps nĂ©cessaire afin que des groupes se dĂ©tachent des terroristes”, a affirmĂ© de son cĂŽtĂ© François Hollande, rappelant qu’une Ă©ventuelle intervention devrait ĂȘtre “dĂ©cidĂ©e par les Africains eux-mĂȘmes”.

Ansar Dine, l’un des groupes islamistes armĂ©s occupant le nord du Mali avec Aqmi et le Mujao, a renoncĂ© mercredi Ă  imposer la loi islamique dans tout le pays, exigeant de l’appliquer dans son seul fief de Kidal.

Ce revirement spectaculaire d’Ansar Dine survient alors que la menace d’une intervention militaire africaine se prĂ©cise: des dirigeants de la CommunautĂ© Ă©conomique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CĂ©dĂ©ao) et d’autres pays africains ont dĂ©cidĂ© dimanche Ă  Abuja d’envoyer 3.300 militaires pour un an pour aider l’armĂ©e malienne Ă  chasser les groupes islamistes du Nord.

Mardi, l’Union africaine a donnĂ© son aval Ă  l’envoi de cette force. Le plan d’intervention militaire doit ĂȘtre transmis avant la fin novembre au Conseil de sĂ©curitĂ© de l’ONU, pour qu’il donne son feu vert.

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Dialoguer pourquoi et avec qui? Pour la rĂ©partition, l’autonomie, la fĂ©dĂ©ration! Il n’est pas question. Avec des criminels, assassins,violeurs
    coupeurs de mains, de pieds et pilleurs de patrimoines culturelles? Des individus qui doivent rĂ©pondre de leurs actes devant la justice nationale et internationale! Pas Ă©vident. Souvenons nous du 11 septembre. Les Occidentaux ont ils nĂ©gocier avec les auteurs et les commanditaires? On ils attendu le feu vert de l’ONU pour envahir l’Irak et l’Afghanistan? Pourquoi veulent ils nous appliquer se qu’ils ne sont pas appliquer Ă  eux-mĂȘmes? Donc, si je comprend, il faut effacer les crimes et repartir Ă  zĂ©ro. Si ce n’est pas cela, c’est quoi? Mme Nkosozana Dlamini Zuma, vous ĂȘtes rĂ©putĂ© femme de fer, alors vous avez une occasion de nous le prouvĂ©.

  2. Ça, les soldats maliens du clavier d’ ordi, n’ aimeront pas. Ce qui les interesse c’ est celui- lĂ  qui viendra leur mater leurs barbus ” pour laver l’ affront” comme ils aiment dire. Comme si, si la communautĂ© internationale chassait ou tuait les barbus se sont les maliens qui l’ ont fait.

Comments are closed.