L’Union africaine va créer une force de réaction rapide pour le continent

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Les dirigeants africains réunis en sommet à Addis Abeba ont décidé de créer une force de réaction rapide chargée d’intervenir dans les conflits sur le continent, a annoncé lundi le président en exercice de l’Union africaine.

 

 

Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, actuellement à la tête de l’UA, a fait état devant la presse « d’une décision historique (du sommet) d’avoir une force de réaction rapide à laquelle de nombreux pays ont proposé de contribuer ».

 

 

Une telle force serait opérationnelle « immédiatement » grâce aux contributions d’ores et déjà offertes par l’Afrique du Sud, l’Ouganda et l’Ethiopie, a précisé devant les journalistes Ramtane Lamamra, commissaire de l’UA en charge de la paix et de la sécurité.

 

 

La mise en place d’une telle force « se veut une mesure provisoire en attendant que (le projet de) Force africaine en attente soit totalement opérationnelle », a poursuivi M. Lamamra.

 

 

Les dirigeants africains discutent depuis des années de cette Force africaine en attente (FAA), prévue dès la constitution de l’UA, mais sa mise en place, initialement prévue pour fin 2010 a été repoussée et n’interviendra au mieux qu’en 2015.

 

 

La nécessité, d’ici là, d’une force de réaction rapide est encore apparue lors de la crise au Mali, où la France a envoyé quelque 4.000 soldats pour repousser les milices islamistes qui avaient conquis le nord du pays, tandis que les pays africains peinaient pendant ce temps à apporter une réponse militaire immédiate.

 

 

L’idée d’une telle force rapide a été avancée au cours du sommet de l’UA qui s’est achevé lundi par le président sud-africain Jacob Zuma, « et l’Assemblée (des chefs d’Etat) a accepté, de nombreux pays se proposant de contribuer des forces, à la fois des soldats et des forces de police », a précisé le Premier ministre éthiopien.

SOURCE:  du   27 mai 2013.