[Vidéo]: Le Tchad appelle au déploiement de la MISMA

0

ID

 

 

Al Qarra – Idriss Déby Itno hausse le ton. Mercredi, lors du sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, le président tchadien n’a pas caché son impatience. Devant les chefs d’Etats de la région réunis à Yamoussoukro, il a appelé à un déploiement rapide de la Mission internationale de soutien au Mali.

La force africaine est censée appuyer les troupes maliennes, françaises et tchadiennes, qui combattent en ce moment les djihadistes dans le nord du pays.

Idriss Déby Itno, président du Tchad

« We are calling ECOWAS joint staff to be quicker in sending troops to the freed zones to protect the populations. »

Selon le président tchadien, environ 70% des quelques 8000 soldats attendus dans le cadre de la MISMA ont déjà été déployé au Mali, dont 1200 Nigérians.

Mais la plupart des unités africaines restent stationnées dans le sud du pays.

Le chef de l’Etat tchadien s’en est aussi pris à l’armée malienne, qu’il a appelée au combat.

Idriss Déby Itno, président du Tchad

« To you, my Malian military brothers, your place is on the frontline to defend the integrity of the territory. We are waiting for you at the border with Algeria. »

Le Tchad n’est pas membre de la CEDEAO. Mais N’Djamena a dépêché près de 2400 soldats au Mali. Il s’agit du contingent africain le plus important.

Des soldats en première ligne dans le massif des Ifoghas. C’est dans cette région à l’extrême-nord du Mali, que se sont retranchés les combattants islamistes.

L’armée tchadienne déplore déjà 27 morts et 50 blessés dans ses rangs.

Idriss Déby Itno, président du Tchad

« The Chadian soldiers will stay as long as there are still jihadis in the area. The Chadian soldiers will stay at the side of the African forces to stem the tide of jihadis, and by that I mean in the entire Sahel region. »

Si le déploiement de la force de la Cedeao est jugé lent, c’est en partie à cause de difficultés budgétaires.

La communauté internationale s’est engagée fin janvier à verser plus de 455 millions de dollars à la Misma, à l’armée malienne et à l’aide humanitaire.

Mais la Côte d’Ivoire, qui exerce la présidence de la CEDEAO, a jugé lundi ce montant insuffisant. Le pays a réclamé 950 millions de dollars à la communauté internationale, soit plus du double.

 

Par Camille Dubruelh

PARTAGER