2e édition pour l’Appel à projet du FAIC : 06 films maliens récompensés

0

Le ministre de l’Artisanat de la Culture, de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo a procédé à la remise des prix de la 2e édition 2021 « Cinéma et Citoyenneté » pour le financement des projets de Coproduction, de production, de postproduction et de développement de scénario de films, organisé par le Fonds d’Appui à l’Industrie Cinématographique (FAIC). C’était le jeudi 30 décembre au Mémorial Modibo Kéïta.

09 film étaient en compétition pour cette 2e édition de l’appel à projet pour le financement des projets de production, de postproduction et de développement de scénarios de films organisée par le Fonds d’Appui à l’Industrie Cinématographique (FAIC) sous le thème : « Cinéma et Citoyenneté ». Le montant global de l’appel à projet s’élève à 20 millions FCFA. Après examen des différents dossiers, le jury présidé par Fodé Moussa Sidibé a récompensé 06 films.

Il s’agit en développement des films Faso Woloko Barika réalisé par Salimata Tapily, Carrefour de Procom réalisé par Fatoumata Toiye Coulibaly. En Production, ce sont les films Psychose de films Cissé réalisé par Souleymane Cissé et Dolo de Ds Prod réalisé par Ousmane Samassékou en poste production le jury retenu les films Beiryey-Hou de Ds Prod réalisé par André S Diarra, Kéléma de film du 7, réalisé par Boubacar Gakou.

Dans le but d’améliorer les prochaines éditions, le jury a recommandé de recourir aux services d’un cabinet spécialisé pour l’élaboration de dossier d’appels à proposition, définir les montants à pourvoir dès le lancement du processus d’appel, améliorer le travail de dépouillement préliminaire, explorer la piste d’une candidature en ligne, organiser des ateliers de formation à destination des structures de production et enfin envisager un guichet « Réalisateur en herbe ».

Une crise sans précédent

Cette 2e édition est placée sous le sceau de la professionnalisation du secteur cinématographique et reste une continuité dans l’opérationnalisation du FAIC pour la consolidation de son expertise acquise en 2020. C’est ce qu’a rappelé le ministre de l’Artisanat de la Culture, de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo, selon qui le cinéma est un art majeur qui contribue à façonner une société, à forger une mémoire collective, gardienne de la cohésion sociale.

Toutefois, le cinéma malien longtemps référence dans la sous-région ouest-africaine traverse une crise sans précédent. La preuve est que le n’a présenté aucun film long métrage en compétition lors des deux dernières éditions du FESPACO en 2019 et 2021. Le ministre Guindo a assuré que le FAIC à travers cette 2e édition compte combler ce vide en identifiant les films de bonne qualité pouvant faire l’objet d’accompagnement afin que le Mali occupe son rang de grand pays producteur de films compétitifs.

Avant de terminer, le ministre Guindo a exhorté les acteurs à poursuivre ensemble sans relâche, et avec détermination le combat engagé, pour soutenir les initiatives positives afin de doter notre pays d’instruments et outils performants pour que rayonne le cinéma malien sur l’échiquier international.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here