“BOGO DJENINEN KAN” : Critique de la société par Ousmane Sow

0

               Apès les pièces de théatre  “Wari”,  “Bougounieri, et“Fereke Guaka ni bougou”, Ousmane SOW signe son retour avec une autre pièce inspirée sur les tares de notre société. La pièce intitulée “Bogo Djeni nen ka” dans laquelle jouent plusieurs jeunes comédiens maliens a été regardée par un grand public avant hier lors d’une prestation dans les locaux du centre de recherche et de création artistiques.rn

                Dans cette pièce, on voit comment le pouvoir de l’argent   devient une dominante dans la société. La pièce jouée par des jeunes comédiens est présentée dans une scène qui montre comment, par le pouvoir de l’argent d’un  opérateur économique sous l’appellation de Bathily, des agents chargés de défendre les intérêts de l’Etat craquent devant les billets de Banque que cet opérateur véreux  jette à leurs pieds. De même, à travers la pièce, on pourrait se rendre compte de la complicité que les Maires voudraient entretenir avec les autorités judiciaires pour ne pas récolter les conséquences de leurs actes marqués par la spéculation foncière dans laquelle ils s’illustrent.

rn

                Dans la pièce, on joue, dans le rôle d’un peulh escro, M.  Cheick Ould Hamady. De par son intelligence, il arrive à rouler dans la farine le puissant opérateur Bathily et un avocat capable de tout pour de l’argent. M. Traoré, jouant le rôle de chef de village,  est facilement induit en erreur par son conseiller chaque fois que le besoin se fait sentir , il  soutire de l’argent à des personnes en difficulté. Badara Alou Konaté,  économe d’une école, n’a pas échappé à ses tac-tics. Le cadre de la pièce existe dans tous les pays du monde.

rn

Et c’est pourquoi d’ailleurs  son metteur en scène a indiqué qu’il ne vient jamais à l’esprit des Maliens qu’ils sont les seuls concernés par cette critique sociale. La pièce veut tout simplement montrer comment, aujourd’hui, ici comme ailleurs, l’homme s’érige en maître. Celui qui se sent le plus fort voudra dominer  les autres, en cherchant à faire basculer la justice sans mesurer tout ce que cela comporte comme conséquences pour la société.

rn

Laya DIARRA

rn

Commentaires via Facebook :

PARTAGER