Lundi 19 Novembre 02:47 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Politique
Focus - Le vice et la vertu
 L'Indépendant, 23/02/2007 Commentaires [ 2 ] E-mail Imprimer
Le "Club Perspective et Développement ", que dirige Ahmed DIANE Séméga, fieffé laudateur du chef de l'Etat, savait-il que Olivier Stirn qui est venu leur magnifier le "consensus malien" n'est autre que cet homme politique français qui, en 1988, a fait remplir une salle de figurants pour tenir un colloque sur l'avenir de la gauche ? Certainement pas. Sinon, comment prêter le flanc au recyclage de ses intellectuels vomis dans leur pays ? Les amis "intellectuels" d’ Amadou Toumani Touré, réunis au sein du  "Club Perspectives et Développement", un des ces multiples cénacles ventriloques qui s'agitent dans la constellation autour d’ATT, ont tenu à Bamako, un " colloque " international sur le thème bien épaissi de "Démocratie et gestion partagée du pouvoir : l'expérience malienne depuis 2002".

Pour donner un cachet scientifique à leur manège, les organisateurs ont fait appel à deux personnalités : le journaliste Kassé, ancien directeur du Soleil, le quotidien national  du Sénégal, et M. Olivier Stirn homme politique français, tous deux parés du manteau de la grande réputation dans le domaine de la science politique. Des politologues ou des "politistes" ? Ils ont préféré se faire distinguer par le cachet de "politologues", cette détermination qui s'apparente, depuis un certain temps, plus au lyrisme, à l'ésotérisme des joueurs de cauris qu'à une science rationnelle.

L'exercice qui a égayé les participants a même enregistré une "communication" d’Amadou Toumani TOURE, orfèvre à nul autre pareil  de la pierre philosophale : l'exception malienne. En tout cas, il n'est pas sûr que les actes du colloque puissent retenir cette adresse d’ATT comme un modèle. C'est du reste, pourquoi sa présence a été simplement signalée, de façon "furtive ". Ne l'appelle -t-on d'ailleurs le furtif, dans les hauts milieux de la politique internationale ?

Kassé s'est cru fort, dans des interventions, plus lyriques que frappées de la démarche de l'analyste adossé à la science  des déclarations péremptoires sur la base de constats secs.  Voilà la synthèse osée de cet "expert", venu tout droit du Sénégal, sur la démocratie : "quête de majorités électorales, gouvernement par la majorité, opposition de la minorité, marginalisation des compétences suspectées de sympathie pour l'adversaire, campagne électorale permanente sous fond d'oblitération des problèmes majeurs de développement, camp contre camp et ceci jusqu'à la prochaine élection". Il aurait pu ajouter simplement que les élections n'ont aucun sens à partir du moment où le consensus peut être obtenu autour d'un chef.

Sinon, KASSE sait que dans son Sénégal natal, la démocratie n'est pas ainsi. Ou s'il en est, c'est qu'il se trouve des "intellectuels" aptes, comme lui, à toutes les olympiades pour justifier même le fait du diable. La situation au Sénégal n'est pas reluisante. Et pourtant Kassé ne le dénonce pas.  C'est au Mali, le pays de toutes les impostures depuis peu, qu'il peut se faire entendre.  Des intellectuels alchimistes de ce genre l'Afrique en a connu.

Tous les matériaux de l'artefact ayant été réunis, il faut juste trouver des ouvriers qualifiés pour élaborer le "consensualisme", doctrine de Amadou TOURE du Mali. Quid du contexte ? Quid du comportement de certains acteurs, qui même lorsque les juges constitutionnels se sont couverts de ridicule dans l'examen du contentieux électoral ont su " raison garder ", là ou d'autres chantres actuels du consensus auraient mis le pays à feu et à sang, au nom de leur victoire confisquée ? Pour autant avait clamé, un des candidats à l'élection présidentielle. Les Maliens savent que c'est à partir de cette phrase seule que le pays n'a pas basculé. Des partis et des hommes politiques s'égosillent pour dire qu'une autre façon de faire est possible au Mali, mais KASSE n'en a cure. Il a peut être raison, car il ne regarde que la télévision avachie du Mali; une télévision qui ne montre en boucle que  ATT et ses copains ! Est-ce aussi au nom de ce consensus que rien d'autre ne peut paraître à la télévision qui ne soit proche du chef de l'Etat ? Est-ce au nom de ce consensus que les biens de l'Etat sont gérés dans la légèreté la plus totale ?

Le consensus ? Est-ce cette théorie au nom de laquelle tous les prédateurs s'agglutinent auprès du chef de l'Etat pour ne pas avoir à répondre de leurs forfaits, devant les tribunaux ? Qu'a dit, d'autre, Dioncounda TRAORE, Président de l'Adéma, un des acteurs de ce consensus, sinon qu'ils sont avec ATT pour se couvrir ? Mais KASSE, tout journaliste qu'il est, pour faire ses communications ne fait pas de revue de presse. Il est déjà informé car briefé et bridé.

N'était-ce  pas  déjà, la fameuse "révolution authentique" prônée par un certain Mobutu au nom d'un retour aux sources africaines ? Le guide, ô combien bien éclairé, Mohamar Khadafi n'a t-il pas dans son fameux livre tenté une justification primaire de la démocratie, dans son pays et au plan universel ?

On aurait accordé un quelconque crédit à ces déclarations inconsistantes de KASSE s'il avait adopté la démarche rigoureuse au nom d'une science qui "étudie", avant de classer et de noter hâtivement. Hélas ! Mais KASSE n'était pas seul. Il avait à ses côtés M. Olivier STIRN, pompeusement présenté comme "homme politique français, conseiller de Nicolas Sarkozy, candidat à l'élection présidentielle". Il est vrai que le parcours de ce personnage est des plus sinueux. Brillant pensionnaire du Lycée Janson-de-Sailly, ce même établissement fréquenté par un certain Ibrahim Boubacar KEITA, Olivier STIRN a oscillé de la gauche à la droite, pour même être ministre de Michel ROCARD, en 1988. C'est à ce poste qu'il a été rattrapé bruyamment par le scandale duquel il n'est jamais sorti.

En 1990, pour se faire monter la côte, Olivier STIRN a eu la fulgurante initiative d'organiser un forum sur l'avenir de la gauche en France. Le forum s'est bien tenu, mais la presse relatait quelques instants après que l'auditoire devant lequel M. Olivier STIRN a tenu sa communication n'était composée que d'auditeurs fictifs, des figurants, comme on le ferait au cinéma ! Le scandale a éclaté et l'homme a été contraint de renoncer à son portefeuille ministériel. Dans la même lancée, il a renoncé à tous ses mandats électifs, chassé par les socialistes.

Mais voilà que notre bonhomme se refait une santé et se montre en 1994, cette fois-ci du côté des militants de droite : d'abord au sein du MDR de Jean-Pierre Soisson et ensuite à l'UMP de Sarkozy dont il est même devenu l'un des conseillers. C'est cet homme discrédité, "mort" et sans doute en quête d'un rebondissement que le cercle des amis de ATT a été heureux de brandir  à la face des Maliens comme un communicateur de grande réputation établie. Olivier Stirn dans la bonne tradition des paternalistes est venu lui aussi dire aux Maliens que leur exception doit être sanctifiée, à partir du moment où "ATT est beau, tout le monde il est gentil" !

Il faut l'Afrique pour recycler ce genre d'homme politique. Hélas, que ce soit au Mali! Nul ne peut qualifier Olivier Stirn mieux que le Canard enchaîné pour qui il n'était qu'une "andouille de Vire à gauche". Alors vraiment "espèce d'andouille", comme dirait l'autre ancien combattant.

Hambodédio BARRY
L'Indépendant, est seul responsable du contenu de cet article  
942 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Chronique de l’arène politique - ATT : Général, IBK :... ?  ( 6)
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
Posté par Dongo  885,  le 28 Feb 2007 19:25:01 GMT
 
Bien, car nos dirigeants actuels et tous les cercles de courtisants qui gravitent autour ne
cessent de se deculloter devant ces conteurs de fable. Le comble est qu'ils se recrutent
dans tous les domaines (stratèges en développement économique, socio-antropologues et que
sais-je encore).
 
  Répondre à < Dongo >
Posté par Vraidevrai  72,  le 23 Feb 2007 18:07:46 GMT
 
Excellent rappel Hambodédio. Emir du Kounari et de Guinbala !!!
 
  Répondre à < Vraidevrai >

 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011