Samedi 20 Avril 20:20 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Économie
Sommet des pauvres a Sikasso : Les malheurs viennent des riches
 Le Malien, 08/06/2007   E-mail Imprimer

Les alter mondialistes s’insurgent contre la poursuite aveugle des politiques d’asservissement des peuples, notamment les privatisations des secteurs stratégiques vitaux et dénoncent les règles actuelles du commerce international.

Comme les précédentes, la présente édition se tient en contrepoint au sommet des huit pays les plus industrialisés du monde, en Allemagne. Cette année, le Forum des peuples, qui se déroule à Sikasso, a mis l’accent sur le droit des pays à choisir leurs propres stratégies de développement en vue de satisfaire leurs besoins spécifiques.

Dans un contexte marqué par la fanatisation de l’ouverture des marchés et les privatisations, la rencontre a inscrit au cœur des échanges ces sujets. La mondialisation libre-échangiste a porté atteinte aux droits démocratiques et à la souveraineté des citoyens, visant à mettre en œuvre une politique de développement endogène et durable. D’où la nécessité de réviser les règles actuelles du commerce international et de les remplacer par des règles équitables et plus justes.

Facile à dire qu’à faire. Du fait de l’absence d’une réelle volonté des dirigeants africains de briser les chaînes du diktat néo-libéral dont les instruments sont le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale pour jeter les bases d’un développement autonome répondant aux aspirations profondes des citoyens.

Une des multiples conséquence se résume à la poursuite aveugle des privatisations des secteurs stratégiques tels que l’eau, l’électricité, les télécommunications, les transports. Ces solutions ne sont pas neuves. Loin de régler les problèmes structurels, ces politiques imposées par la Banque mondiale, le FMI et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) soutenues par les sociétés multinationales, ont plutôt accentué le fossé qui sépare une poignée de riches de l’immense majorité de pauvres à travers le monde. En témoigne le cortège de malheurs comme le chômage, la pauvreté, l’insécurité grandissante dans les villes, l’émigration.

L’exportation aux dépens du marché local ou régional

Une des solutions proposées par les pays riches pour résoudre le problèmes de la faible production et le bas revenus dans le monde rural consiste à encourager les producteurs du sud à produire pour le marché extérieur. Cette politique a comme incidence de détourner les paysans de la production vivrière destinée à la consommation locale en les poussant à mettre en place des cultures d’exportation.

Ces pays se voient ainsi contraint d’imposer des denrées alimentaires subventionnées, produites par les secteurs agro-industriels des pays industrialisés pour couvrir leurs besoins élémentaires. Il s’en suit la marginalisation des marchés locaux, nationaux, régionaux.

La plupart des pays pauvres souffrent du peu de capacité à exporter. Ils n’ont pas d’excédent important à exporter et leur capacité de production et de commercialisation reste marginale. De plus, les produits agricoles sont soumis à des normes d’hygiène très strictes par les pays industrialisés. L’accès aux marchés du nord est rendu plus difficile. En outre les subventions à l’exportation émanant des pays industrialisés compromettent la production agricole des pays du sud et constitue un des facteurs d’appauvrissement provoquant la perte du marché pour les produits locaux au profit des importations bon marché. Les agriculteurs doivent recevoir une compensation et les subventions à l’exportation doivent être interdites.

Le commerce équitable permet aux producteurs, aux artisans de sortir de la pauvreté. Ce geste autorise de croire qu’on peut sauver le monde. C’est une solution juste à la différence de la proposition d’introduire les organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l’agriculture sous le fallacieux prétexte qu’ils confèrent l’avantage de réduire les charges consécutives au traitement des plants contre certains déprédateurs et ainsi accroître la productivité et rendre les produits agricoles plus compétitifs.

Georges François Traoré

Le Malien, est seul responsable du contenu de cet article  
4550 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Rareté de l’argent au Mali : Les dessous d’une crise  ( 10)
Tiona Mathieu Koné, Conseiller en communication d’EDM-SA : « EDM-SA va de mieux en mieux »  ( 1)
Remonter


 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011