Lundi 22 Octobre 02:13 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Art & Culture
Fatoumata Coulibaly dite FC à Bamako Hebdo : Une communicatrice doublée d'une comédienne et d'une réalisatrice
 Bamako Hebdo, 16/06/2007   E-mail Imprimer
Fatoumata Coulibaly dite FC - © Bko Hebdo
Cette dame toujours souriante et très distinguée, qui a tout compris de la vie, se comporte constamment de la façon la plus convenable avec tout le monde. Elle est aussi reconnue pour sa simplicité et son humanisme. Initiée au Wird Tidianiya, il s'agit de Mme Somé Fatoumata Coulibaly, surnommée F.C par ses intimes et tous les Maliens qui s'intéressent aux petit et grand écrans. Agée d'une cinquantaine d'années, FC est en effet animatrice sur la chaîne de radio nationale, comédienne, réalisatrice et chargée de production à l'ORTM.

Descendante de Koumi Djossé, guerrier bambara qui dut quitter Ségou pour cause de guerre pour s'installer à Banan, dans le Bougouni, Fatoumata Coulibaly a étudié jusqu'en 11e année secondaire. A ce niveau, celui de la première partie du baccalauréat, elle n'a plus eu aucune envie de poursuivre son cursus.

Son père l'inscrira donc au Cours Pigier, afin qu'elle y apprenne la comptabilité et la dactylographie, puis à des cours par correspondance à l'UNECO de Paris, qui formait des attachés de presse. Elle a, par la suite, bénéficié d'une bourse d'étude sur Paris, toujours par le biais de son papa, qui était militaire, pour suivre des cours d'informatique. Le décès du père de l'indépendance du Mali, le Président Modibo Keita, se produira alors qu'elle était encore en France. A son retour au Mali, un an plus tard, elle voulait travailler soit à Air Mali soit à la radio nationale. Baba Diarra, à l'époque ministre du Plan, l'aidera à obtenir un poste à radio Mali comme secrétaire à la direction des programmes. Elle saisissait les programmes et dactylographiait les listes des disques demandés.

Au bout de deux ans, on lui fit passer un test pour devenir animatrice. Il fut concluant. F.C bénéficiera, dès lors, des conseils formateurs de celle qu'elle appelle "Grande sœur", Tossoh Diarra, de feu Thierno Hamed Thiam et de feu Balla Moussa Keita. Younouss Hamèye Dicko était alors le Directeur général de la boîte. C'est comme cela qu'elle commencera à animer des émissions comme "Ménage en musique", se déplacera en milieu rural pour la réalisation de "Sahel vert " et s'occupera de la tranche horaire "Huit - dix ". Elle co-animait ces émissions avec Mory Soumano et feu Seydou Touré.

En 1983, à la naissance de la télévision, elle fut choisie comme téléspeakerine et, en même temps, comme présentatrice, avec Amy Sow, d'une émission de recettes culinaires et d'un magazine de la femme à la télé, travaillant aussi à la radio avec Badji Touré. Déçue à la suite de ses premières fiançailles, dont elle a eu deux enfants (une fille et un garçon qui est malheureusement décédé) F.C ne s'est pas mariée tôt. Elle a aujourd'hui une douzaine d'années d'union avec Abdramane Somé, "qui m'appelait Petite sœur", producteur - réalisateur à l'ORTM.

La comédie, selon elle-même, elle l'avait dans le sang, car elle vient d'une famille qui compte des artistes depuis trois générations.

Sa grande sœur, Korotoumou Coulibaly, juriste, l'encourageait même à évoluer dans le domaine de la musique, car elle voulait devenir chanteuse. Un jour, elle décida de se lancer comme actrice avec feu Djibril Kouyaté, le réalisateur de "Falato" "Depté" et "Walaha", entre autres œuvres. Ce grand du cinéma avait décelé ses atouts et talents de comédienne. Tout est parti de là. FC interprétera donc le rôle de la méchante femme dans Falato. "Le public n'a pas compris que c'était de la comédie et m'a identifié à ce rôle.

Cela a un peu joué sur moi. Mais, aujourd'hui, ça va. Les gens commencent à faire la différence entre la vie réelle de l'acteur et les rôles qu'il interprète". F.C a suivi des formations en réalisation et écriture de scénario en France, au Mali, au Burkina Faso et en Côte d'Ivoire. Elle est aujourd'hui formatrice de femmes qui veulent s'orienter vers la réalisation, un peu partout en Afrique.

FC a joué dans nombre de grands films maliens et africains. Elle en a elle-même réalisé quelques-uns, notamment "N'Golo dit Papi" qui a reçu deux prix. Elle revient d'ailleurs d'un long voyage sur l'Espagne, où elle est très connue et surnommée la "battante" et les Etats-Unis, plus précisément à Chicago, où elle a reçu un prix pour sa participation remarquée, dans le rôle principal du dernier film du grand Sembène Ousmane, qui nous a malheureusement quitté dimanche dernier, Paix à son âme, "Moolaade".

Elle y joue Collé Ardo Galo Sy, une femme qui lutte contre l'excision. Le roi Mohamed VI du Maroc lui a offert un trophée en or et le prince de Dubaï lui a donné un miroir en argent. A Paris, elle vient d'être retenue dans le casting d'un film qui sera bientôt tourné en France. F.C a aussi joué dans "Pacte social" et "Dou, la famille" du réalisateur malien Boubacar Sidibé de l'ORTM.

Parlant de la presse malienne, cette grande dame estime qu'elle a énormément percé ces dernières années. Seulement, certains communicateurs "balancent" souvent des informations sans, au préalable, les vérifier. "Il ne faut pas se laisser corrompre. La presse est un pouvoir qui peut créer la guerre. C'est pourquoi on dit qu'il faut remuer sept fois la langue dans la bouche avant de parler" déclare la comédienne.

Sa plus grande satisfaction, depuis qu'elle exerce ce métier, est que, depuis la prolifération des radios libres, les gens ont compris, à travers le "Journal des journaux" que le pays ne peut pas marcher sans la presse, pour la bonne raison que les gens ont besoin de s'informer. «La radio a fait de moi une célébrité, ce qui fait qu'à mes débuts je me prenais pour une vedette, en quelque sorte».

FC estime que dans la vie il faut des déceptions pour réussir. Son père l'avait préparée à cela, car il savait qu'elle allait un jour travailler avec d'autres personnes et qu'il lui faudrait savoir se comporter convenablement avec tout le monde. "Ce qui est sûr, c'est que le travail bien fait crée la différence". FC en profite pour rendre un hommage mérité à ses sœurs, grande et petite, Fanta Traoré et Kadiatou Konaté, avec qui elle a un projet commun.

La première réalisatrice femme du Mali lui a dit un jour dit "Si tu veux faire un film, prend ton dossier et va toi-même voir les gens. Ne le laisse jamais dans les mains du planton". "On m'a un jour fait un coup bas concernant un financement que je devais recevoir pour un de mes films. Ce jour-là, j'ai pleuré et crié derrière l'ORTM, sur le terrain de football des enfants. J'ai compris ainsi que l'homme avec un grand H est très mauvais. Je m'en remets en fait à Dieu, car je ne suis contre personne. Il est malheureux que l'on ne connaisse pas la valeur de ce qu'on a. Moi, je suis à la disposition de tout le monde " martèle la comédienne.

Du temps libre, elle n'en a presque pas. Le peu qu'elle a, elle le consacre à sa famille. Elle en profite pour donner un "big up" à son mari, encore plus engagé dans la vie active qu'elle et qui ne lui pose aucun problème à l'occasion de ses voyages incessants. FC a un projet de film sur l'excision qu'elle va débuter dans les jours à venir, un nouveau projet de tournage avec Boubacar Sidibé et vient de déposer le scenario d'une série de 40 épisodes intitulée provisoirement "Moussa l'enchanteur" à l'ambassade de France, dans le cadre d'une compétition.

Sa référence de la vie demeure celle qui s'est toujours engagée pour la cause de la femme, Fatoumata Siré Diakité, actuel ambassadeur du Mali à Berlin. La réalisatrice vient d'ailleurs de finir un film sur elle, qui bat des records d'audience à travers le monde. Après les législatives, F.C compte faire une projection en avant-première de ce documentaire au Centre Culturel français, où le grand public sera invité. Elle voue également estime et respect à ses aînées Aïssata Cissé et Rose Bastide. Cheick Oumar Sissoko est l'un de ses mentors " je profite de vos colonnes pour lui décerner une mention spéciale." Mme Somé est très engagée, socialement comme politiquement.

Elle préside un bureau mixte du Mouvement Citoyen à Kalaban Coura et est la Présidente-fondatrice de l'association "Bassinsso" qui lutte contre l'excision. Les qualités qu'elle apprécie chez les autres sont la droiture, la solidarité, la pitié. F.C déteste l'injustice, le mensonge, l'escroquerie et l'hypocrisie. Son souhait le plus cher est d'avoir toujours la confiance des gens, car, estime t-elle, "quand on a le monde, on peut tout avoir et tout faire dans la vie. Pour ce qui me concerne, j'ai le sens du partage car Dieu est grand".

Réalisé par Fatoumata Mah THIAM DOUMBIA

Bko Hebdo du 15 juin 2007


Bamako Hebdo, est seul responsable du contenu de cet article  
1088 hits
Remonter


 Réagir cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la dfense de la rpublique Codem en appelle l'union sacre
    Mali: ramnagement du gouvernement, ngociations Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le dveloppement en Afrique de lOuest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colre lancent une expdition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako at-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011