Lundi 22 Avril 10:32 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Musique
Nayanka Bell : Pourquoi on ne l'entend plus
 Bamako Hebdo, 22/03/2008 Commentaires [ 4 ] E-mail Imprimer

Depuis quelques années, la chanteuse Nayanka Bell est confrontée à des problèmes fonciers à Agboville. Sa région d'origine. Bien que préoccupée par cette situation qui met un frein à son projet d'installation au village, Nayanka Bell reste toujours zen et garde malgré tout le sourire.

L'une des grandes sorties internationales de Nayanka Bell qui a marqué les mélomanes, remonte au 19 février 2000 à Paris. C'était avec le chanteur congolais Koffi Olomidé. Et cela s'est passé sur la scène du palais omnisport de Bercy, devant près dix-sept mille spectateurs en délire. A travers une interprétation de Je t'aime, moi non plus de Serge Gainsbourg et Jane Birkin, Olomidé et Nayanka avaient érotisé cette salle, dite mythique. Sept ans plus tard, c'était à la cérémonie des Kundé d'or à Ouaga au Burkina que nous avons retrouvé une Nayanka toujours pétillante de charme. Mais rare sur les podiums et scènes des concerts. Pourquoi un repli de si longue durée ?

Selon la chanteuse, il ya un temps pour faire rêver le public et un autre pour préparer ses arrières. Et pour assurer ses vieux jours elle a commencé par acheter, en 1996, 118 hectares de forêt près de son village (Ofa) dans la région d'Agboville.

Heureuse et fière d'avoir réalisé l'un de ses rêves d'enfant, Nayanka part à Paris toute rassurée.

Chaque fois qu'elle a l'occasion de débarquer à Abidjan, elle fait un tour à Agboville pour s'enquérir de l'état de ses terres. Le scénario continue ainsi sans anicroche jusqu'en 2004.

Un jour, qu'elle était en prospection, elle est accueillie dans sa forêt par des individus armés de machette. Qui menacent de la découper si elle ne déguerpit pas des lieux.

Nayanka n'en revient pas. Mais remise de sa désagréable surprise, elle porte l'affaire devant les autorités militaires et juridiques de la ville.

Après plusieurs confrontations, les occupants refusent de quitter le terrain malgré tous les papiers de propriété qu'elle a fournis pour justifier son acte d'achat.

"J'ai montré tous les papiers d'achat possibles légalement cosignés avec le vendeur et qui attestent que ces terres m'appartiennent désormais. Jamais je ne les céderai à qui que ce soit.", confie-t-elle avec fermeté.

Pour comprendre l'obsession de cette jeune femme pour la terre et ce penchant si fort pour la nature, il faut remonter à son enfance.

Née à Danané, à l'ouest de notre pays, Louise de Marillac "Nayanka Bell" a grandi à Agboville. Adolescence marquée par sa vie au campement et dans les plantations de son père.

Chaque week-end, son père, Paul Aka N'cho, gendarme à la brigade de la ville et sa mère, Massana Juliette, venaient la chercher à l'internat Notre Dame des Apôtres pour aller ensemble dans la grande plantation du village à Ofa. "Notre campement était entouré de grandes plantations de café et de cacao. Chaussée dans mes bottes, je gambadais partout dans la plantation. Je crois que c'est à partir de cette vie à la campagne que l'amour de la terre est née en moi", soutient-elle. Fascinée par la nature, elle s'est juré d'avoir plus tard ses propres terres pour y vivre, entourée de ses enfants.

Aujourd'hui, propriétaire de terre, Nayanka n'est pas prête à céder un centimètre carré de ses parcelles.

"Pas question de céder ma forêt. Car les toutes autorités d'Agboville savent que je suis propriétaire de cette terre. Et je sais que justice me sera rendue un jour ou l'autre", espère-t-elle. L'on se rappelle qu'en 1999, les travaux de sa résidence à la Riviera Golf avaient été stoppés. Selon, les techniciens communaux, le plan de sa maison n'était pas conforme au plan d'urbanisation du quartier.

Mais quinze mois plus tard, le maire l'enjoignait pour achever ses travaux. Pour Nayanka, cette affaire finira par se tasser. Alors elle pourra faire son manoir. "J'espère que dans peu de temps ce conflit prendra fin. Alors, j'enverrai des machines pour exploiter le terrain et faire de la pisciculture, une plantation de palmiers à huile…".

Mais et la chanson dans tout ça ? Selon Nayanka, la chanson fait toujours partie de ses activités. Mais elle occupera une place plus prestigieuse désormais après son installation. "Je compte chanter désormais pour des causes nobles. Je donnerai plus dans l'humanitaire", conclut-elle.

21 mars 2008

 

Bamako Hebdo, est seul responsable du contenu de cet article  
7809 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Le jeune rappeur Yeli Mady Konaté à Bamako Hebdo : «Au Mali, le rap ne nourrit pas son homme ...»  ( 14)
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
Posté par garconfatal  1,  le 16 Apr 2009 00:47:34 GMT
 
la puavre nayanka a été victime dans ce litige foncier d'un tres grave accident de
circulation ou est morte une femme enceinte. nayanka quand a elle a manké de peu de perdre
son pied et son bras qui ont échappé de peu a l'amputation apres 10 heures d'intervention
chirurgicale. et cela s'est passé le jour ou elle a quitté ce satané village ou on lui a
promis la mort
 
  Répondre à < garconfatal >
Posté par idriss  77,  le 22 Mar 2008 08:43:06 GMT
 
C'est ton problem!!!!!!!! kallas. Si un riche s'en va acheter les champs des pauvres ,en
disant ke je les acheter legalement sa c'est pas normal oubien.
 
 
Réponse de < Mima0  47 > à < narémakan >,  le 23 Mar 2008 12:08:14 GMT
 
je suis parfaitement d'accord avec vous car d'apres le texte elle possede tous les papiers de vente on ne peut pas avoir la poule et aussi les oeux si les pauvres ont vendus leur terre ils n'ont qu'a assumer, et il ne faut pas qu'ils se reconstituent en victimes juste parcequ'ils ont a faire avec une riche.
 
  Répondre à < Mima0 >
Réponse de < narémakan  236 > à < idriss >,  le 22 Mar 2008 19:17:20 GMT
 
si les pauvres ont accepter de vendre, qui a tort ?relisez le texte svp
 

 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011