Mercredi 21 Novembre 02:37 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Elections / CENI
Communales du 26 avril 2009 : Corruption et fraude massives
 Le Républicain, 28/04/2009 Commentaires [ 9 ] E-mail Imprimer

La corruption à ciel ouvert et le trafic de cartes d’électeurs ont fait le lit à la fraude massive, lors des élections maliennes de proximité du 26 avril 2009. Faible mobilisation et interpellations de personnes impliquées dans la fraude à Bamako ; bagarres à l’arme blanche dans certaines localités de l’intérieur, ce scrutin frise l’impréparation et la légèreté dans le traitement du dossier électoral.

Le vote du 26 avril a eu lieu. Le scrutin n’a pas été l’occasion d’un choix démocratique des représentants des populations, car les voix ont été massivement achetées ou volées. Alors qu’elles devaient faire figure de test, trois ans avant la présidentielle de 2012, ces communales ont confirmé le grand malaise qui entoure le système électoral malien. Ils étaient plus de 7 millions d’électeurs inscrits (inscription automatique) appelés aux urnes pour élire plus de 10 780 conseillers municipaux. Le scrutin s’est déroulé dans les 703 communes que compte le Mali, mais le constat est amer car aucune amélioration n’est visible par rapport aux dernières législatives en juillet 2007.

Si le taux de participation est plus élevé dans le nord du pays, le scrutin y a été marqué par des incidents, perturbant ainsi la sérénité du vote, notamment dans les régions de Kidal et Tombouctou. Selon des sources dignes de foi, des actes crapuleux ont été perpétrés dans certaines communes où des urnes ont été portées disparues. C’est le cas du cercle de Bourem qui aura connu des perturbations entrainant la disparition des urnes de près de dix bureaux de vote et d’un important lot de cartes d’électeurs. Des bagarres à l’arme blanche auraient occasionné des blessés dans d’autres communes, a indiqué Rfi. Les affrontements à Ber, non loin de Tombouctou, entre électeurs de partis politiques différents qui se sont battus à l’arme blanche auraient fait trois blessés. Il y a eu des arrestations.

Dans le cercle de Macina, au centre du pays, une bagarre entre électeurs aurait dégénéré dans la commune de Sobori.         

L’attention avait été pourtant attirée sur certaines imperfections dans notre processus électoral qui auraient pu être corrigées. Les mêmes erreurs continuent de se répéter depuis la présidentielle de 2007. Au nombre de celles-ci, la circulation des bulletins avant le jour du scrutin, la prolifération des duplicata et le surnombre des cartes d’électeurs. A qui incombe la responsabilité de la circulation des bulletins de vote avant le jour du vote ? Ni le Gouverneur, ni les maires, encore moins le ministère de l’Administration territoriale ne peuvent dégager leur responsabilité dans ce cafouillage électoral qui frise le grand malaise de la démocratie en construction au Mali.                            

Or depuis l’élection présidentielle dernière, les partis politiques ne se sont jamais tus sur ces imperfections, mais le scrutin du 26 avril vient confirmer qu’aucune disposition sérieuse n’a été prise par l’Administration et la DGE pour éviter la circulation des bulletins et des cartes parallèles utilisés dans le bourrage des urnes par leurs malveillants détenteurs. Qu’est ce que la DGE a fait dans le sens de la purge des cartes d’électeurs dont personne ne connaît finalement le nombre. Pourtant la structure dirigée par Siaka Sangaré, la DGE en avait donné l’assurance. D’où sont sortis toutes ses cartes d’électeurs trouvées en circulation entre les mains de ceux qui en sont les vrais faux titulaires.

Certains de ces fautifs ont été conduits par les forces de l’ordre et mis à la disposition de la justice.            

Au cours du scrutin du 26 avril, la fraude a atteint une proportion jamais égalée. Quand la corruption s’en mêle, l’achat des voix donne lieu au vote censitaire qui est une antithèse de la démocratie. Certains ont été vus avec un lot de cartes d’identité vierges et des cartes d’électeurs proposées aux électeurs, ainsi qu’un billet de 5000 Fcfa : achat de conscience. C’est une autre forme de bourrage des urnes, mais en faisant voter des voix achetées. Ces communales qui ont levé un coin de voile sur le grand malaise de notre démocratie, ont également révélé au grand jour que notre processus est en danger mortel.

Puisque si le vote qui a pour but de choisir des représentants légitimes est entaché et en proie à la déviation, la voie ainsi choisie est celle de l’impasse. Avec à la limite, des maires, des conseillers, des députés et même un président qui ne mériteraient pas d’occuper leurs fonctions. Ces représentants pourraient-ils s’accommoder à régime de « pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple » ? Avec de tels élus pour gérer les affaires publiques et celles de la Nation, si on doit retenir que chaque peuple a les dirigeants qu’il mérite, le nôtre ne mériterait-il pas encore une prise en main.

B. Daou

 

Le Républicain, est seul responsable du contenu de cet article  
2127 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Kayes : premières tendances favorables à l’ADEMA  ( 7)
Retrait des cartes d’électeur : La journée citoyenne ne suffit pas  
Elections couplées à Bougouni : Retour sur une expérience instructive  
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
Posté par Alaoma  68,  le 28 Apr 2009 14:49:02 GMT
 
Il faut baisser le prix du carburant au Mali car celui du baril du brut, la référence dans
la fixation des prix, a largement baissé sur le marché international
 
 
Réponse de < akire  43 > à < tidiane >,  le 28 Apr 2009 16:26:21 GMT
 
walaye c'est vraie, Quand le prix du baril était au plus cher l'an passé, les dirigeants expliquaient toutes les autres chertés des denrées par le côut cher du pétrole; maintenantque le baril a baisé fortement, "Ou da ti maaga a kouma la" c'est à dire , on en parle pas. Je ne comprend plus rien.
 
  Répondre à < akire >
Réponse de < tidiane  635 > à < Alaoma >,  le 28 Apr 2009 15:26:03 GMT
 
Salaam Alaoma et Ndy, si le prix du carburant baisse, cela sous entend que les operateurs économiques vont aussi payer moins cher. Si l'operateur X payait à mon ministère 100 millions, cela me fait un gain de 10 millions (10% oblige). Si nous reduisons le prix du carburant, exemple de 600 à 550 F le litre, cela fait des pertes pour construire mon duplex, pour preparer le mariage de ma nièce et surtout pour envoyer le fric à mes deux enfants en europe. Non, nous ne pouvons pas diminuer le prix du carburant. Et sache que je en suis pas le seul à encaisser ce fric. Regarde du côté droit
 
Posté par 052bacomadi  58,  le 28 Apr 2009 08:44:28 GMT
 
Où est passé notre dignité, notre honneur et notre fierté???? Pour un billet de 500fcfa
nous sommes prêt a enterré notre démocratie si chèrement acquise. Nous bafouons la seule
et vraie arme que nous avons pour combattre les politiciens corrompus, véreux et
incompétents.Et après nous passons notre temps a pleuré sur notre sort.
 
 
Réponse de < kankélétiguido  804 > à < 052bacomadi >,  le 28 Apr 2009 14:39:58 GMT
 
Cher ami, il faut dire plutôt : les partis ADEMA et URD fraudeurs au lieu de vainqueurs. Oui la vérité finit toujours par triompher. Vous remarquerez que ce sont les mêmes fraudeurs de 2007 qui se sentent aguerri dans ce comportement indigne, malhonnête qui ne fait point honneur à notre jeune démocratie. Oui, ce sont les mêmes acteurs de 2007. En effet, nous avons encore les cassettes des différentes interviews tout au long du présidentiel 2007. Les élections législatives ont aussi été trichées par les mêmes fraudeurs qui ont soutenus la candidature de ATT. C’est ce qui explique la prise illégale en otage de l’assemblée Nationale par l’ADEMA et l’URD. Ce sont ces deux partis plus le Mouvement Citoyen qui sont spécialisés dans la fraude électorale au Mali. La solution est toute simple : « Tous les partis pris la main dans le sac doivent être disqualifiés dans la commune ou leurs militants ont fraudé ou ont été pris avec des cartes ne leur appartenant p
 
  Répondre à < kankélétiguido >
Posté par lesoudanais  424,  le 28 Apr 2009 08:23:35 GMT
 
Le citoyen malien dort encore, la révolution du 26 mars 91 n'a rien changé dans les
comportements. Les partis politiques se plaisent dans cette situation parce qu'ils ont la
possibilité de manipuler à volonté le citoyen (l'achat des consciences). Pire encore,
ceux pour qui il reste encore une goutte de conscience et de patriotisme refusent de
s'inscrire et d'aller voter pour faire un contre poids à ces inconscients apatrides.
Patriotes de ce Pays, RÉVEILLEZ-VOUS, la démocratie malienne est en péril. Citoyens du
Mali, RÉVEILLEZ-VOUS, levez la tête, regardez les Couleurs nationales et jurez "PLUS
JAMAIS CA AU MALI".
 
  Répondre à < lesoudanais >
Posté par Ndy  4763,  le 28 Apr 2009 07:43:49 GMT
 
Baissez le prix du carburant,nous n'en pouvons plus surtout que le baril du brut à
fortement baissé.Rien n'explique encore ces prix trop élévés.
 
  Répondre à < Ndy >
Posté par Gardefou  552,  le 28 Apr 2009 03:39:05 GMT
 
C'est vraiment une honte pour notre democratie si c'est verifie et prouve. Cela nous
interpelle tous, mais a l'heure actuelle quel politique n'auriat pas agi ainsi s'il en avait
les moyens. Je deplore la situtation. Pire, je ne vois aucun homme politique malien (ni de
la mouvance presidentielle ni de l'oppositon) qui resisterait a cette tentative s'il en
avait les moyens.Honte a vous tous. Vous etes tous pareils. Vive notre Maliba.
 
 
Réponse de < ogobara1  8 > à < Gardefou >,  le 28 Apr 2009 08:13:13 GMT
 
Tout ce que le journaliste dit est vrai sinon c'est pire que tout ça
 
  Répondre à < ogobara1 >

 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011