Dimanche 18 Novembre 01:50 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Gestion Affaires Publiques
Dialogue interpartis au Mali : Le rapport de la mission Daba Diawara au crible
 Nouvel Horizon, 08/09/2009   E-mail Imprimer

Créé en avril 2008, le Centre Malien pour le Dialogue Interpartis et la Démocratie (CMDID), est une plate-forme politique de 52 partis dont 14 représentés à l’Assemblée nationale. Cette structure vient de tenir, du 5 au 6 Septembre 2009,  un atelier d’échanges interpartis sur le rapport de la mission de consolidation du processus démocratique au Mali, appelé “Mission Daba Diawara”. Les travaux de cet atelier de deux jours étaient présidés par le Dr. Amadou Sy, président du Conseil d’Administration du CMDID.

 

LE BUT DU CMDID

Le Centre Malien pour le Dialogue Interpartis et la Démocraie (CMDID) a pour but de contribuer à la promotion de la démocratie multipartite au Mali en vue de consolider l’unité et la cohésion nationale. Ses objectifs sont, entre autres, le renforcement du dialogue entre les partis et le renforcement de leurs capacités institutionnelles et organisationnelles.

           

Pour apporter sa contribution au processus de réflexion sur la consolidation de la démocratie au Mali confiée à la commission Daba Diawara, le CMDID a élaboré un plan d’action 2009. Il faut rappeler qu’en mars 2009, les partis politiques membres du CMDID ont tenu une table ronde à Bamako. Cette réunion a été sanctionnée par une feuille de route qui a proposé une série d’activités à mener.

           

Cette feuille de route a comme teneur de : faire la synthèse du rapport de la mission de réflexion sur la consolidation de la démocratie au Mali et le diffuser aux 52 partis politiques membres du CMDID, organiser et appuyer les ateliers inter-parti sur la synthèse dudit rapport, organiser l’atelier inter partis sur les différentes propositions des partis politiques membres. C’ est cet atelier qui a été organisé les 5 et 6 Septembre 2009.

           

En prélude audit atelier de synthèse, le conseil d’administration a initié une série de rencontres avec les directions des partis politiques membres du CMDID pour leur expliquer davantage l’objectif visé par ses échanges interpartis. Ces rencontres ont été jugées salutaires par tous.

           

“Il s’ agit, pour aujourd’hui, d’échanger sur la synthèse de nos différentes réflexions internes dans le but d’obtenir un consensus minimum sur les questions de réformes institutionnels en cours qui ne peuvent laisser indifférents les acteurs politiques que nous sommes”, a martelé le président du conseil d’ administration du CMDID.

 

LES PARTIS POLITIQUES ET LA DEMOCRATIE

Malgré leurs divergences et leurs identités, les partis politiques sont les principaux  acteurs de la démocratie. Point de démocratie sans partis politiques, a-t-on coutume de dire. La commission Daba Diawara a fait des propositions tendant à maintenir les partis politiques comme principaux acteurs de la vie politique.

           

Le régime libéral actuel qui régit leur formation serait maintenu. C’est dire que le comité n’a retenu ni la possibilité d’une réduction du nombre des partis par la voie administrative, ni la mise d’entraves nouvelles pour leur création.

           

Des mesures sont proposées tendant au renforcement des capacités des partis politiques, notamment la reconnaissance du droit d’adhérer à un parti à des catégories de citoyens qui en sont privés, un mécanisme permettant d’endiguer le phénomène du nomadisme politique, un régime comptable adapté à la nature de leurs activités, de nouvelles conditions d’éligibilité au financement public et une nouvelle clé de répartition de l’aide publique directe ainsi que l’institution d’un système de financement indirect.

           

Il est également proposé des mesures de renforcement des droits de l’opposition, notamment au niveau du parlement et l’institutionnalisation d’un chef de l’opposition.

 

LES PARTIS POLITIQUES ET LES ELECTIONS

Le Comité de pilotage sur la consolidation de la démocratie estime qu’il est possible d’avoir des élections mieux organisées, plus transparentes, moins chères, mobilisant davantage de citoyens et dont les résultats seraient moins contestés.

           

Il suggère à cet effet l’élaboration de nouvelles listes électorales sur la base d’un nouveau système d’inscription, donc l’annulation pure et simple des listes existantes.

           

Les nouvelles listes seraient établies à partir d’un nouveau système d’identification des électeurs basé sur des technologies biométriques permettant de produire à la fois une nouvelle carte nationale d’identité et une nouvelle carte d’électeur, toutes deux numérisées et sécurisées avec photo incrustée.

           

Il serait recherché une amélioration de la participation aux scrutins avec un nouveau système d’établissement et de contrôle du fichier électoral.

           

De nouveaux modes d’élection sont proposés pour les députés (système mixte combinant le scrutin uninominal majoritaire généralisé avec un nouveau découpage électoral et la représentation proportionnelle de listes nationales) et les conseillers communaux (attribution d’une moitié des sièges au scrutin majoritaire et de l’autre moitié à la proportionnelle avec application du plus fort reste).

           

Il est prévu un réaménagement des délais et du calendrier électoral, une nouvelle réglementation des campagnes électorales et des opérations de vote, notamment par la suppression du vote par procuration et du vote sur témoignage.

           

La confection des bulletins de vote serait mieux sécurisée ainsi que le dépouillement et le décompte des voix et l’acheminement des procès verbaux.

           

Les élections coûteraient moins chères avec l’application des réformes structurelles, la réduction du nombre des membres du bureau de vote et la suppression du vote dans les pays où il y a moins de 500 électeurs inscrits.

Daba Balla KEITA

Nouvel Horizon, est seul responsable du contenu de cet article  
844 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Inondation à Bamako : Entre échec et indifférence des municipalités !  ( 2)
Remonter


 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011