Dimanche 18 Novembre 06:27 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Art & Culture
Littérature / Ismaila Samba Traoré : « Pour être une réalité au Mali, le livre doit être vu »
 Le Républicain, 14/10/2011 Commentaires [ 4 ] E-mail Imprimer

Ismaila Samba Traoré, écrivain malien est directeur général de la maison d’édition la Sahélienne. Dans le cadre de la rentrée littéraire de septembre 2011 de sa maison d’édition marquée par la sortie de six livres, il s’est prêté à nos questions. Le regain de vitalité de la filière livre au Mali, la désaffection des Maliens pour la lecture, les difficultés de la filière du livre au Mali sont autant questions auxquels Ismaila Samba Traoré répond sans détour. Lisez !

Républicain : Depuis quelques temps, on constate que de plus en plus d’auteurs maliens mettent des livres sur le marché. Cela traduit-il une redynamisation de la filière du livre au Mali ?

Ismaël Samba Traoré : Ce phénomène est peut être dû au fait qu’à tout moment de grand silence dans la production littéraire succède une période de grande production. Aussi, nous sommes peut être dans une période de revitalisation de l’activité littéraire. Cependant, il faut comprendre que le livre ne naît pas de lui-même. Le travail des éditeurs maliens est sûrement pour beaucoup. L’existence d’un espace d’édition et de promotion donne aujourd’hui envie aux écrivains d’éditer. Par ailleurs, il faut dire que la disponibilité des éditeurs est aujourd’hui doublée d’un professionnalisme qui les amène à développer des stratégies pour contourner l’absence de moyens financiers pour sortir des livres. Personnellement, je ne peux pas dire qu’il y a un boom de l’activité littéraire. Le jour qu’on aura une véritable politique incitative, nous pourrons facilement multiplier le nombre de sorties de nouveaux livres par 20 voire 40. Donc, ce qui se passe aujourd’hui est l’expression de la résistance des éditeurs qui refusent de disparaître.

 

Mais, à quoi bon multiplier le nombre de sorties des livres par 20 ou 40, quand il est unanimement reconnu que les Maliens ne lisent pas ?                                

On entend cela un peu partout et je me demande si ça ne relève pas du registre des idées reçues. C’est peut être une réalité. Mais, est-ce que ce ne sont pas des questions d’accessibilité aux livres par rapport aux prix et par rapport à l’emplacement des bibliothèques dans les quartiers ? Est-ce que le fond de nos bibliothèques correspond aux thématiques qui intéressent les Maliens, quand on sait que dans tous les pays du monde la préférence des lecteurs va aux textes dont les thèmes sont en relation avec leur vécu quotidien. Il faut aussi se demander si des écrivains africains ne sont pas dans la logique d’accrocher des lecteurs d’ailleurs. Si seulement les auteurs et les éditeurs produisaient des textes qui répondent aux attentes des parents et des élèves, dans une démarche qui prend en compte les questions de coût, est-ce qu’on n’allait pas avoir beaucoup plus de Maliens lecteurs. Je m’interroge. Je doute que les Maliens n’aiment pas lire et quoi qu’on dise le problème de l’accessibilité du livre reste réel au Mali. Pour que le livre soit une réalité au Mali, il faut qu’on le voit. Certains vont même jusqu’à nous dire qu’ils ne savaient pas qu’il y a des maisons d’éditions au Mali. Peut être qu’on a affaire à une société qui n’intègre pas au maximum le livre comme un instrument de transmission de la connaissance, alors que le livre aide l’enfant à grandir. Il faut se méfier des idées reçues et travailler comme un militant qui ne décroche jamais.

 

Votre maison d’édition joue un rôle important dans l’offre littéraire au Mali. Quelle est votre stratégie ?                           

Nous avons canalisé des préoccupations d’attente des lecteurs que nous avons structurés en trois collections. La collection « Frifrini » offre des textes illustrés à des enfants de 0 à 6 ans et de 6 ans à 12 ans. Cette collection composée d’une dizaine de livres    est un capital pour tous les écoliers du Mali. La collection « 50 voix » est consacrée aux textes littéraires, les comptes rendus de travaux de recherches, les témoignages, les biographies, la réflexion critique et la protestation citoyenne. La collection « La dune verte » veut contribuer à la résolution du conflit récurrent du Nord-Mali en favorisant l’émergence de leaders pacifistes et la connaissance de soi et de l’autre à travers le livre. Aujourd’hui, nous recevons des auteurs qui veulent que leurs livres soient publiés dans telle ou telle autre collection.

 

Votre travail d’éditeur ne se fait pas sans difficultés. Mais qu’elles sont celles qui vous tiennent à cœur ?          

Nous sommes une structure du secteur privé et comme telle nous avons les mêmes problèmes que les autres sociétés. Mais du fait de la spécificité de notre filière, nous sommes confrontés à un grave problème de la mévente qui s’est aggravée avec le classement de certaines parties du pays en zones rouge. Cela a provoqué un crash dans la vente des livres au Mali. A travers ce problème, nous avons senti que les voyageurs avaient un apport exceptionnel dans la circulation des livres. Par ailleurs, les politiques éducatives du Mali qui prévoyait l’achat de livres d’auteurs maliens n’a jamais fonctionné. Il faut une véritable politique de bibliothèque de classe constituée de livres qui parlent de l’environnement de l’élève.                                                          

Assane Koné

 

Le Républicain, est seul responsable du contenu de cet article  
1234 hits
Autres Articles dans la même catégorie
4ème édition du Sitour : 2500 participants attendus Bamako  
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
Post par ol76  204,  le 14 Oct 2011 17:38:52 GMT
 
Merci M. TRAORE bon vent à ta maison d'édition, que la lecture se fasses et livres seront
là par toi!!!
 
  Rpondre < ol76 >
Post par hanspeter  11,  le 14 Oct 2011 06:08:45 GMT
 
Lire un livre au Mali? C'est difficile: la chaleur toute la journée, le manque de lumière
ou de courant la nuit, et les termites tous le temps pour manger le papier... C'est
difficile au Mali.
 
 
Rponse de < Folonaden  122 > < hanspeter >,  le 14 Oct 2011 07:01:28 GMT
 
Sans parler du faite que lire, au Mali, constitue un act anti-social (car on ne peut causer et bavarder en train de le faire) qui n'est souvent pas bien vu dans notre société. C'est pour ça, et non pas pour les causes environnementales, que même nos professeurs peuvent lire difficilement sans bouger leur levres.
 
  Rpondre < Folonaden >
Rponse de < you marka  92 > < hanspeter >,  le 14 Oct 2011 07:00:19 GMT
 
Quel con!
 

 Réagir cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la dfense de la rpublique Codem en appelle l'union sacre
    Mali: ramnagement du gouvernement, ngociations Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le dveloppement en Afrique de lOuest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colre lancent une expdition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako at-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011