Communiqué de presse de la CNAS-Faso Hèrè sur les récents développements de la crise multidimensionnelle qui secoue le Mali

1

Le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè (Convention Nationale pour une Afrique Solidaire) exprime sa plus vive préoccupation face aux lourdes sanctions économiques, financières et diplomatiques que la CEDEAO et l’UEMOA ont édictées contre notre pays, le Mali, à l’issue de leurs Sommets tenus le 9 janvier 2022 à Accra, République du Ghana, sanctions accompagnées de menaces d’intervention armée.

Tout en rappelant et regrettant que les mesures d’embargo non ciblées affectent généralement beaucoup plus le citoyen moyen que les autorités nationales qu’elles sont censées punir, le Bureau Politique National du Parti de l’avant-garde militante et révolutionnaire du Peuple malien souligne ce qui suit :

  1. La responsabilité des sévères sanctions infligées à notre pays incombe entièrement à la junte militaire et aux meneurs, y compris des acteurs authentiques de la Révolution démocratique et populaire du 26 mars 1991 et de proches collaborateurs de hauts responsables de la Transition 1991/1992, du mouvement insurrectionnel qui a fait le lit du coup d’Etat du 18 août 2020 et de l’accession au pouvoir des chantres de la Restauration CMLN/UDPM suite au coup de force dit de la ‘’rectification’’ perpétré le 25 mai 2021. En effet, toutes ces personnalités civiles ou militaires ne pouvaient pas ignorer que les changements inconstitutionnels de régime sont punis et par la Constitution du Mali, et par les instruments juridiques pertinents de la CEDEAO et de l’Union Africaine dont notre pays est membre fondateur. En tout état de cause, il importe de conjurer le risque réel que notre Armée nationale, fièrement créée le 10 octobre 1960 par le Président Modibo Keïta et ses valeureux compagnons de l’Indépendance et de la construction nationale, ne soit transformée en une Armée mexicaine et prétorienne s’arrogeant illégalement le rôle d’arbitre du jeu politique en lieu et place du Peuple souverain et de ses institutions constitutionnelles. C’est l’honneur de nos Forces Armées et de Sécurité que de rentrer définitivement dans les casernes et de n’en sortir que pour le champ de bataille dans la défense de l’intégrité territoriale, de la sécurité des personnes et des biens ainsi que de la stabilité des institutions républicaines.
  2. Qui plus est, par divers subterfuges et manœuvres dilatoires cousues de fil blanc sur fond de manipulation populiste de l’opinion entretenue par les adeptes d’un national-chauvinisme revanchard de droite, le régime militaire cache mal sa volonté manifeste de confisquer le pouvoir d’Etat sous le couvert de conclusions tronquées de soit disant ‘’Assises Nationales de la Refondation’’, à l’image de ses prédécesseurs de novembre 1968 qui, sous le couvert du référendum du 2 juin 1974 censé marquer le retour à ‘’une vie constitutionnelle normale’’, se sont octroyés une rallonge de précisément 5 ans assortie d’une mise sur la touche de l’ensemble du leadership politique et syndical ayant dirigé le Mali depuis le 22 septembre 1960, date de l’accession de notre pays à l’Indépendance.
  3. Alors même que la CEDEAO a mis en place un embargo plutôt partiel car excluant les produits de première nécessité (produits vivriers, produits pétroliers, médicaments, matériels de lutte contre le Covid-19, électricité), la junte et son Gouvernement, agissant dans la précipitation et enfourchant la trompette de l’ultra nationalisme, prennent des mesures dites de ‘’réciprocité’’ qui,  paradoxalement, reviennent en fait à imposer  un embargo total au Mali.
  4. Il revient aux autorités militaires et civiles d’épargner à notre Peuple les affres d’un bras de fer prolongé, inutile et vain avec la CEDEAO, l’UEMOA et une grande partie de la communauté internationale en organisant, de bonne foi cette fois-ci et sans atermoiements, un retour rapide et ordonné à un pouvoir civil démocratiquement élu avant la fin de l’année calendaire en cours. A cet égard, il n’est pas inutile de rappeler que l’Histoire de notre pays démontre clairement qu’un pouvoir militaire n’est pas plus apte qu’un régime civil à relever les défis du Mali.
  5. Dans ce contexte, invoquer l’insécurité comme prétexte pour renvoyer les élections aux calendes grecques reviendrait à accorder à la junte une prime injustifiable pour son échec à ramener la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Faut-il le rappeler, la junte elle-même avait, dans son communiqué lu dans la nuit du 18 au 19 août 2020 annonçant le coup d’Etat militaire, promis une ‘’Transition civile courte’’, promesse confortée plus tard par l’engagement écrit consigné dans la Charte pour une Transition de 18 mois expirant en février 2022.
  6. Les instances dirigeantes de la CEDEAO doivent faire preuve de retenue et éviter toutes actions précipitées susceptibles de déboucher sur des affrontements militaires dont les Peuples de notre espace communautaire feraient les frais et dont les seuls gagnants seraient la nébuleuse djihadiste-terroriste et ses soutiens locaux et extérieurs.
  7. Les autorités militaires et civiles de la Transition doivent éviter de transformer notre pays en champ clos de rivalités négatives et de confrontations entre puissances régionales ou extra-africaines agissant souvent par le truchement, soit de groupes de sécurité publics ou privés, soit de supplétifs instrumentalisant la religion ou la misère et dont les motivations profondes ne sont pas toujours nécessairement compatibles avec les intérêts réels à court, moyen ou long termes de la République du Mali en tant qu’Etat souverain, républicain, démocratique et laïc dans ses frontières internationalement reconnues.
  8. Face à la gravité de l’heure et à l’importance capitale des enjeux pour l’avenir républicain et démocratique de l’Etat malien, le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè engage l’ensemble des forces politiques et sociales patriotiques, progressistes, républicaines, démocratiques et panafricanistes à l’union sacrée mais autour du drapeau national, de la Constitution du 12 janvier 1992 ainsi que des valeurs du 22 septembre 1960, du 20 janvier 1961, du 25 mai 1963 et du 26 mars 1991.

Le Mali pour tous, des chances égales pour chacun/chacune !

Bamako, le 12 janvier 2022

Pour le Bureau Politique National de la CNAS-Faso Hèrè

Le Secrétaire Général

    L’Ingénieur Soumana Tangara 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Let us not be childish plus embrace Caucasian western democracy that have been used to exploit us for decades if not centuries. Those among us educated in or on Western Civilization seem to be of first willing to turn their back on proper one party African Democracy for sake of having Caucasian Western democracy.
    Let us reveal what they are not considering cause to consider it plus favor Caucasian Western democracy over proper one party African democracy go beyond being infected with severe case of psychological enslavement to foreign religions plus ways to being insane desiring to be abused plus exploited by France plus EU. Caucasian Western democracy is very financially expensive form of governance with financial wealth to pay for it need be acquired outside Caucasian Western democracy. For centuries Africa have been place wealth was acquired to pay for
    Caucasian Western democracy. Where Africa implement same governance it too must have place outside Africa to acquire extra wealth needed to conduct Caucasian Western style democracy. There is no place to acquire needed wealth. If that wealth is not found elsewhere we will have fail government necessitating military takeover to keep order. Therefore if we are sensible in way fitting for truth of our total circumstance we know we should not try to have Caucasian western style democracy. Only those desiring to mislead us would as much as suggest we do. Democracy best fitting our needs plus ability is properly managed one party African democracy.
    We have explored this issue on multiple occasions with those favoring Caucasian Western democracy not ever acknowledging why we should have Caucasian western democracy when proper one party African democracy do all Caucasian western democracy wish it could do. One party African democracy is better organized, easier to maintain plus do not lose sight of Greater Good goals with change in leadership. Goals remain unto accomplished thereof demonstrating African democracy governance is reliable plus safe for citizens to shape pursuit of lifestyle goals as government recommend. That is what our nation was when we led world plus that is what it will be when we upgrade living conditions throughout Mali to world class modern living with conveniences plus due security.
    Let us not betray ourselves by suggesting we pursue having Caucasian western style democracy that westerners may use to exploit us. Talking stupid on that issue is not humorous.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here