Souleymane Koné, ex-ambassadeur du Mali en Mauritanie : « C’est la personne d’IBK qui hypothèque le Mali »

0

Nous avons eu un entretien téléphonique avec l’ancien ambassadeur du Mali en Mauritanie, Souleymane Koné, sur l’actualité dominante du pays : démission du président de la République. Cette situation qui fait tant d’échos dans le pays a été largement décortiquée par le diplomate.

Sur la crise politico-religieuse que traverse le Mali ces derniers temps, l’ambassadeur Souleymane Koné donne son point de vue. De prime abord, il souligne que cette démission du président de la République est plutôt demandée par ceux qui ont rejoint le M5-RFP (mouvement du 5 juin du Rassemblement des forces patriotiques) et non par l’imam Mahmoud Dicko seul.

 « Dans ce pays-là, nous avons toujours tendance à ramener les choses à des dimensions personnelles. Ce qui fait que les conflits ne finissent pas », nous confie-t-il. Pour l’ex-ambassadeur, nous sommes dans un contexte où le conflit est politique. Pour ce faire, il ne reste qu’aux Maliens de demander la démission d’Ibrahim Boubacar Keita, profère-t-il. Cela, pour la simple raison que tout a été dit, voire été fait par les Maliens pour que le régime change de stratégie en vain. Notre interlocuteur justifie cette raison du ras-le-bol du peuple : « Depuis avant 2017, les Maliens marchaient pour montrer les dérives de la gouvernance d’IBK. Au régime, les Maliens ont montré ce qui est plus grave dans un pays en guerre. Ils ont montré comment nos enfants (soldats) sont envoyés au front pour mourir ».

Le pire, s’aperçoit-il, c’est qu’IBK n’a pas jusque-là réalisé qu’il devrait au moins prendre au « sérieux » les questions de la défense et de sécurité du peuple. Voyez-vous ce qui s’est passé à Diabaly où il y a eu des morts et des portés disparus des soldats maliens ? S’interroge-t-il pour déplorer l’état de la dégradation de la sécurité sous le régime. Pendant tous ces temps, rappelle-t-il, les Maliens ont dit que l’argent et les ressources de l’armée ont été détournés. Mais hélas ! Aucune action judiciaire et politique n’a été menée par l’État pour rectifier ces dossiers. Allons-nous continuer à assister à cela ou à voir nos enfants mourir tous les jours que Dieu fait ? Telle reste la question de Souleymane Koné.

Le responsable politique se convainc d’une chose : les citoyens vont continuer à assister à des scénarios pareils tant qu’Ibrahim Boubacar Keita détient encore la commande du pouvoir. Partant de son avis, il y a un pan du pays qui dégringole tous les jours au vu et au su de tous. Dans son analyse, Souleymane énonce que la démission du président du pouvoir permet de redresser le pays, voire de trouver des hommes et des femmes capables pour le redressement du Mali. « En tout état de cause, ajoute-t-il, c’est la personne d’IBK qui hypothèque le Mali. Six Premiers ministres, six ministres de la Défense, six ministres des Affaires étrangères, etc., vous ne pouvez pas penser que tous ces Maliens sont des cancres qui ne savent rien faire ». De ce fait, ajoute-t-il, le seul problème identifié de nos jours est IBK, le chef de l’État.

L’ex-diplomate est sûr qu’IBK est « incapable » de diriger le pays. Le pays dégringole à vue d’œil de nos jours, selon lui. Pour la survie du Mali, il estime que le peuple doit se ressaisir en « exigeant » cette démission au Président. Puis de cracher ses vérités crues aux frondeurs qui craignent le départ d’IBK : « Les gens avaient toujours pensé que ce serait fini pour le Mali quand Modibo Keita quitta le pouvoir. Ils avaient pensé de la même sorte avant le départ de Moussa Traoré. Pourtant, le Mali a existé et continue d’exister ».

On ne peut pas penser que sur les 20 millions de Maliens, poursuit-il, il n’y a aucune équipe de relève après le départ d’IBK. C’est une insulte pour les Maliens de dire que si un tel n’est pas là, c’est le chaos, a-t-il confié, transmettant ceci : « On est déjà dans le chaos, il nous ne reste maintenant que la seule solution pour nous remonter : la démission d’IBK ».

Aux gens qui assimilent cette demande de démission au coup d’État, le message du diplomate reste simple : « Techniquement, le coup d’État c’est quand une institution se lève pour évincer les autres institutions à son profit. C’est ça le coup d’État. Ce qui n’a rien à voir avec cette démission ».

Pour lui, nous sommes déjà dans le coup d’État parce qu’IBK reste au pouvoir après s’être investi au pouvoir sur la base des résultats « truqués » lors de la présidentielle précédente.

IBK s’est installé au pouvoir après avoir triché les élections, tout le monde sait qu’il a été battu dans les urnes, a-t-il dit. Au niveau de la cour constitutionnelle, après que les élections aient eu lieu, évoque le politique, elle a décidé d’élire ceux qui doivent ou non être élus députés à l’hémicycle, en annulant les voix des candidats gagnés dans les urnes. Cela est un coup d’État, déclare-t-il. Depuis que ce régime est là, dit-il haut et fort, il s’est mis hors de la loi dans toutes ses démarches et ses façons de faire. Pour lui, lorsque le peuple se lève dans toute sa diversité, il reste « l’institution suprême » pour décider comment le pays doit être géré. D’où ce message : « On n’est plus dans les institutions au Mali il y a très longtemps. Mais plutôt dans le déroulement du fait de prince. Ce qui plait à IBK c’est ce qui se fait. Voilà pourquoi on ne peut pas avancer ».

                                                                                                         Mamadou Diarra

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here