PERSECUTEE EN FRANCE : Une Malienne victime collatérale d’« ATT-cratie »

0

Tentative d’intoxication alimentaire, harcèlements politiques… la secrétaire du Consulat de Mauritanie à Paris (France) est devenue une proie collective, une cible pour, dit-elle, avoir simplement dénoncé les allégations formulées dans le livre ATT-cratie. Notre compatriote attire l’attention des autorités maliennes…

« Depuis la publication du livre ATT-cratie : la promotion d’un homme et de son clan, je connais des harcèlements à Paris où je travaille depuis 1972 ». Cette déclaration est de Mme Kadidia Yattara, secrétaire au Consulat de Mauritanie à Paris.

« Je vis l’insécurité totale. Tous mes faits et gestes sont surveillés de près. Je ne respire plus. Donc, je suis venue pour me mettre à la disposition des autorités maliennes, de la classe politique toutes tendances confondues ».

Selon Mme Kadidia née Yattara, elle doit cette situation inconfortable au fait qu’elle a été parmi les personnes soupçonnées ou auteurs du pamphlet. « Or, je suis passée sur les antennes de Africa n°1 et des radios de proximité de Paris comme Fréquence Paris Plurielle pour démentir, contester et protester contre les allégations formulées dans le pamphlet. Depuis, je suis dans l’insécurité totale ».

A ses dires, elle n’est pas le Sphinx et ne le connaît ni d’Adam ni d’Eve. « Je n’ai pas la qualité d’écrire un tel document. Je ne suis qu’une citoyenne ordinaire. Je veux sauver ma vie. Les allégations formulées sur mon dos ne sont pas fondées. Je regrette cette situation rocambolesque ».

Convaincue que toutes les éventualités sont possibles, Mme Kadidia Yattara, attend des autorités maliennes l’ouverture d’une enquête officielle et judiciaire pour situer les responsabilités afin qu’elle ait la vie sauve. « J’ai échappé à des tentatives d’intoxication alimentaire, des actes de vandalisme ont été commis chez moi ». Connaît-elle les auteurs de ces actes ? « Je ne sais pas. Seule une enquête peut le dire. Mais, ma vie est en danger ».

Mohamed Daou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER