Commune Urbaine de Sikasso : L’équipe de Mamadou Tangara : un An après

0




 

Le Maire de la Commune urbaine de Sikasso, Mamadou Tangara  a, en début du mois de juin dernier, procédé au  compte rendu de la première année d’activités de son deuxième mandat à la tête de la mairie du Kénédougou. Après avoir perdu les élections municipales en 2004 face à une coalition constituée du Mouvement Citoyen, de l’URD, de l’ADEMA et du MPR, le « Cobra Noir »  est revenu en force à la faveur des communales d’avril 2009, cette fois-ci sous les couleurs Abeilles. Comme à son habitude et n’ayant aucune crainte des critiques de ses détracteurs, « Best Cobra » a rendu compte aux populations du Kénédougou, le samedi 5 juin dernier.

 Au nombre des réalisations effectuées durant ces douze premiers mois de gestion, l’équipe de Mamadou Tangara surnommé le « Cobra Noir », peut se targuer de la re-mise en marche des feux tricolores de la ville de Sikasso, du raccommodage des routes à l’intérieur de la ville du Kénédougou. A cela, il faudra ajouter le volet assainissement, merveilleusement planifié au point de susciter une farouche rivalité entre groupes de femmes des différents quartiers de la cité verte du Mali, ayant chacune à cœur, la palme d’or de la propreté.

De leur côté, les jeunes ne sont pas restés en marge de la locomotive de développement « Made in Tangara ». A Sikasso, le curage des caniveaux et le bouchage des nids de poule à travers la ville de Sikasso, sont devenus l’affaire de toutes jeunes filles et tous jeunes garçons de la cité. A ce jour, l’on peut affirmer  que Sikasso sera prête à temps pour accueillir les festivités du cinquantenaire et de la biennale artistique et culturelle.

Le Maire de la Commune urbaine, que nous avions rencontré sur place soutient que les changements apportés en un an à l’intérieur de la commune urbaine sont le fruit de toute l’équipe municipale, laquelle, faut-il le rappeler, a pris l’engagement, le 6 juin 2009, de ne point faillir à ses missions, en dépit de l’ampleur de la tâches confiées par les populations. 

Faisant montre d’une grande modestie, le « Cobra Noir » dira :  « Mon premier combat à la tête de la mairie de Sikasso, pour ma deuxième mandature a été la mise à jour des salaires des agents de la mairie. Au moment où je vous parle, les salaires des agents pour ce mois-ci sont payés.

Un de mes combats à la tête de la mairie de Sikasso, portait sur la restauration de la marque de confiance que la commune avait de 1999 à 2004, auprès des services déconcentrés de l’Etat, des partenaires au développement et des opérateurs économiques.

Dieu merci, mon équipe et moi pouvons affirmer qu’aujourd’hui, la mairie de Sikasso a retrouvé sa place au sein de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF). Vis-à-vis de l’AIMF, on ne parle plus de retard dans le payement des cotisations. Toutes les arriérées sont payées à la date où je vous parle.

En ce qui concerne, les partenariats et surtout dans le cadre de la coopération sud-sud, notre équipe est au point d’achever un document de jumelage avec la commune de Banfora au Burkina Faso. Je précise aussi, que les préparatifs pour l’organisation de la biennale artistique et culturelle de 2010 vont bon train. La ville de Sikasso n’en doutez pas, sera prête dans les délais pour organiser ces deux évènements.

Maintenant, je peux dire que sur le plan de l’assainissement de la ville de Sikasso, en seulement une année de travail,  notre équipe a gagné le combat à 80%.

 Vous savez, la gestion des feux tricolores n’est pas une chose aisée. A ce jour, tous les feux tricolores de la ville fonctionnent à merveille. Nous avons effectué des travaux de réparation sur les principales artères de la ville afin de rendre la circulation plus fluide. Tous les nids de poule sont bouchés et bitumés.

En vue de l’hivernage, nous avons planifié un programme de curage des caniveaux, qui se déroule normalement et à souhait. Les groupes de jeunes dans les différents quartiers rivalisent désormais, chaque groupe tenant à avoir la médaille du mérite.

J’ajoute aussi qu’en ce qui concerne le volet assainissement, les groupes de femmes de la commune  rivalisent entre elles  à distance, chacun ayant à cœur d’enlever la palme d’or à la fin du parcours ».

Faisant toujours preuve de modestie, il rappela qu’il a fallu un investissement de plus de 220 millions de FCFA pour parvenir à ces résultats.

 Mamadou Tangara de soutenir qu’il est prêt à faire le bilan de son programme d’activités chaque année, par la grâce et la volonté d’Allah le Tout Puissant. Rendez-vous est pris, le 6 juin 2011 pour le bilan des activités de l’an II. Inch Allah !

Par Zhao Ahmed A Bamba

Envoyé spécial 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER