Insécurité alimentaire en 2020 : « près de 690 millions de personnes ont faim » (rapport FAO)

1

Depuis 2014, l’insécurité alimentaire ne cesse de s’aggraver. D’où les craintes de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans un rapport publié ce lundi 13 juillet 2020. Un document d’une centaine de pages qui s’intitule « Sécurité alimentaire et nutrition dans le monde en 2020 ».  

Selon les estimations actuelles de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO),« près de 690 millions de personnes ont faim » dans le monde. Selon ce rapport, qui a été publié ce lundi 13 juillet 2020, ce chiffre représente « 8,9 % de la population mondiale, soit 10 millions de personnes en un an et près de 60 millions en cinq ans ».Selon la FAO, ces estimations montrent une hausse de l’insécurité alimentaire en 2019.

Cet organisme des Nations Unies montre toute sa crainte quant à la possibilité d’atteindre la faim zéro d’ici à 2030. « Le monde n’est pas en voie de parvenir à une faim zéro d’ici 2030 », indique-t-on dans ce rapport qui prévient que si cette tendance se poursuivait, le nombre de personnes touchées par la faim dans le monde dépasserait 840 millions de personnes d’ici 2030.

L’autre crainte exprimée par la FAO, c’est le risque d’aggravation de cette crise alimentaire en raison de la pandémie de covid-19. Cette pandémie pourrait ajouter, explique-t-on, aux personnes déjà souffrant de la faim, 83 et 132 millions d’autres personnes en 2020.

Toutes ces situations ne sont pas sans conséquence sur les enfants qui sont également frappés par la malnutrition. Cette situation impactera sur leur croissance. « Selon les estimations actuelles, en 2019, 21,3 % (144,0 millions) des enfants de moins de 5 ans souffraient d’un retard de croissance, 6,9 % (47,0 millions) étaient émaciés et 5,6 % (38,3 millions) étaient en surpoids », explique-t-on. La lutte contre le retard de la croissance chez les enfants, l’insuffisance pondérale à la naissance,contre la prévalence de l’émaciation, l’obésité chez les adultes ou pour l’allaitement maternel exclusif, risque de ne pas porter ses fruits à ce rythme. Surtout que la covid-19 pourrait détériorer l’état nutritionnel des groupes de population déjà vulnérable en raison de ses impacts sanitaires et socio-économiques.

La FAO estime que le monde a besoin« d’un rééquilibrage des politiques agricoles et d’incitations vers des investissements et des actions politiques plus sensibles à la nutrition tout au long de la chaîne d’approvisionnement alimentaire ». Cela afin « de réduire les pertes alimentaires et d’améliorer l’efficacité à toutes les étapes ».Il demande également une augmentation du pouvoir d’achat et l’accessibilité à une alimentation saine pour les populations les plus vulnérables. Une recommandation qui s’adresse aux politiques de protection sociale sensibles à la nutrition.

F.Togola

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. much of world hunger is due to population growth plus over crowding however in Africa if governments mechanize farming in steps plus stages farmers in managing their private farming lots plus commercial farming lots will be able to feed Africa. In steps plus stages we may develop farming pipeline that is unbreakable, cost efficient plus generously fulfill our production needs. From there we quickly move forward in developing other essential areas in providing perpetual world class modern living.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here