Le gouvernement réagit enfin au rapport du Pnud : « Les chiffres utilisés … datent de 1976 ! »

0

C’est par la voix du ministre du Plan et de l’aménagement du territoire, Dr Marimantia Diarra, que le gouvernement malien a contesté officiellement le classement opéré cette année par le Pnud à partir de l’Indice du développement humain. C’était hier jeudi à la faveur d’une conférence de presse à l’hôtel Nord Sud.

Mieux vaux tard que jamais, dit l’adage. Une semaine après la publication du rapport du  Pnud sur l’Idh dans le monde, qui classe notre pays 175ème sur 177 pays, une pilule amère à avaler, le gouvernement du Mali a vivement répliqué hier jeudi. Pour donner ‘’la bonne information’’ un aréopage de responsables de nos départements ministériels : Dr Marimantia Diarra, ministre du Plan Gaoussou Drabo – Communication et nouvelles technologies – Ahmed Diane Semega – Mines, énergie et eau – et Ousmane Thiam – Promotion des investissements, petites et moyennes entreprises.

L’objectif essentiel de ce point de presse était d’informer le public sur les chiffres réels afin que la vérité soit rétablie. D’entrée de jeu, le ministre du Plan et de l’aménagement du territoire a souligné que le gouvernement du Mali désapprouve formellement le rapport 2006 du Pnud. Car, selon Dr Marimantia, le gouvernement a constaté beaucoup d’erreurs dans les chiffres.

Ainsi, les chiffres publiés dans le rapport du Pnud dans le domaine du taux de l’espérance de vie dans notre pays datent de 1976. A savoir 48,10% alors que les chiffres officiels sont actuellement de 65, 35%. Mieux, il existe une différence entre le taux brut de scolarisation publié par le Pnud dans son rapport  qui est de 35% et celui des autorités maliennes qui est de 37,70%. Aux dires du ministre du Plan et de l’aménagement du territoire, les principaux indicateurs, qui entrent dans le calcul de l’Idh, ont évolué depuis quelques années. C’est pourquoi, la logique voudrait que le Pnud prenne en compte les efforts déployés par le gouvernement qui mérite un meilleur rang. Selon lui, le gouvernement a fait des efforts inestimables dans le domaine de la réduction de la pauvreté, de l’accès à l’eau potable, à l’électricité, aux soins de santé etc. ‘’Le peuple malien ne se laissera pas tromper par ces chiffres, a ajouté le ministre Diarra.’’ 

Pour Ahmed Diane Séméga, le rapport sur le plan de l’image est dévastateur. Il est de la responsabilité du gouvernement de ne pas rester les bras croisés face à des faits aussi contestables, a-t-il déclaré.

Son homologue de la Communication et des nouvelles technologies, Gaoussou Drabo, ne dit pas autre chose. Pour le ministre Ousmane Thiam, porte-parole du gouvernement, soit il y a une incompétence, soit une malveillance dans l’élaboration du rapport.

Après une rencontre avec la représentation du Pnud dans notre pays, le gouvernement compte adresser une lettre officielle de protestation et de contestation à la direction générale du Pnud à New York pour que désormais ses préoccupations et ses efforts soient pris en compte. Ce n’est pas la première fois que le gouvernement conteste le classement. En 1997, les autorités maliennes  avaient vivement protesté auprès du Pnud pour contester le rang attribué à notre pays, à savoir…le 175è. L’année suivante, il y a eu une nette amélioration.

Chiaka Doumbia

 

Ou ils sont incapables, ou ils sont de mauvaise foi

Incompétence ou malveillance ? L’interrogation est d’Ousmane Thiam,  ministre de la Promotion des investissements, des petites et moyennes entreprises à propos des  experts du Pnud qui, selon lui, se contredisent sur toute la ligne.

Pour le porte-parole du gouvernement, les chiffres  publiés par le Pnud sont dépassés de trente ans. « Je viens d’une table-ronde présidée par le Pnud, qui a présenté le Mali comme un exemple de bonne gouvernance, de démocratie et de progrès… » a-t-il révélé. N’est-ce pas contradictoire pour un pays qui vient de décrocher 238 milliards aux Etats uni s dans le cadre du Millenium Challenge Corporation de mériter un tel traitement de la part d’un organisme des Nations unies ? On ne peut pas comprendre que les mêmes experts disent une chose et son contraire, a déploré le ministre Thiam qui n’a pas manqué de taxer sans ambages les experts d’incompétents.

Selon Dr Marimantia, le Mali a été victime de la même façon en 1997 d’un classement qui ne reflète pas la réalité. Le gouvernement avait contesté et avait, douze mois après, gagné 20 points de plus dans le classement. «Les chiffres du Pnud sont erronés »  a dit  amer Marimantia. Pour lui, les efforts du gouvernement dans tous les domaines concernés par le classement sont immenses et ont été reconnus par tous les bailleurs de fonds. Si les experts du Pnud avaient utilisé les chiffres officiels, le Mali gagnerait une vingtaine de points dans le classement.

‘’On ne peut pas commanditer un rapport et ne pas en assumer la responsabilité’’ s’est étonné le ministre du plan. Car pour lui, le Pnud a affirmé que la responsabilité du contenu du rapport ne l’engage pas.

’’ La moindre des choses qu’un expert doit faire dans ce genre de travail, c’est de prendre la version du gouvernement avant toute publication’’  a dit à son tour Gaoussou Drabo.

Pour lui, les consultants du Pnud à l’origine de ce rapport sont hypocrites. Ils n’osent pas le faire avec les pays occidentaux, a t-il lâché. En tout état de cause, les membres du gouvernement qui ont paru très surpris ne comptent pas laisser le Pnud jeter à l’eau tous leurs efforts.

Alhasseane H. Maïga

Commentaires via Facebook :

PARTAGER