Le Livre de Mamadou Igor Diarra : Ce que j’en pense et ce que je voudrais dire

2

J’ai entendu parler de ce livre, je voulais le lire. Merci à ceux qui en ont partagé le lien sur le réseau. Je l’ai lu et apprécié bien des parties. À travers son récit, j’ai pu voir un homme non seulement courageux dont les actes ont fait des mécontents, mais aussi un visionnaire qui poursuit des buts bien définis, qui ne navigue pas sans boussole, qui connaît les problèmes, leurs causes et les solutions à y apporter. Bref, un homme qui a un plan d’action.

Je vais souligner un autre fait : sur le réseau, je ne constate pas de grandes «guerres» autour de sa personne. Comme c’est le cas avec d’autres hommes politiques qui disposent de toute une armée de défenseurs qui veillent à ce qu’ils ne soient pas critiqués. Il est temps de mettre la croix définitive sur cette pratique et sur des hommes politiques pareils au Mali. Je souhaite qu’en cas d’une prochaine révision constitutionnelle au Mali, si l’on veut interdire la transhumance politique, chose qui est très bonne, que l’on trouve aussi une solution contre ces «défenseurs». Si ces hommes politiques n’acceptent pas la critique et s’entourent de défenseurs, ce sont donc des dictateurs potentiels qui n’accepteront jamais les contradictions d’idées. C’est un danger potentiel à la démocratie que nous voulons bâtir. À cause de leur ego démesuré, ils pourraient faire pire.

Je suis convaincu qu’un homme politique qui n’aime pas les critiques n’a pas sa place dans la politique. On ne peut pas prétendre prendre en main les destinées des citoyens, dont on ne veut pas entendre les paroles ou qu’on fait insulter par des défenseurs. Oui, je dis «insulter» parce que quand cela se passe, l’homme politique est là, à côté, et ne dit rien pour arrêter ses défenseurs dans ce déchaînement. Donc, ça vient de lui. C’est lui qui fait dénigrer et insulter les gens. Peut-être qu’il en prend un malin plaisir. Il faut mettre la croix sur ça. Nous devons changer de politique ou cette politique nous descendra davantage. Ce n’est pas normal de voir un homme politique qui organise ou finance des insultes et des dénigrements à cause de simples critiques. C’est le comble de la dictature en herbe !

Je connais très mal Mamadou Igor Diarra, je ne me suis jamais intéressé à sa personne. À travers ce livre, je viens de le découvrir un tant soit peu. J’ai appris qu’il voudrait se présenter comme candidat aux élections présidentielles. Nous avons vu un MID ministre, mais comme président cela pourrait poser des questions. Sera-t-il en mesure de relever le défi ? Au Mali, il faut un leader qui sache tolérer les critiques, se départir des faiseurs de louanges, de l’influence religieuse et de celle de la bourgeoisie compradore, mettre un terme aux violences en milieu juvénile et conjugal. Voici les clés du succès, à mon avis, pour mettre le pays sur les rails.

Ainsi, il réussira le pari de la sécurité et de l’apaisement des esprits qui sont déjà trop échauffés dans le pays jusqu’à la limite de l’ébullition. Que MID crée un parti politique ou pas, cela n’est pas important. Il y en a déjà une pléthore. Il devrait faire attention avec son entourage plutôt, savoir faire un choix judicieux. Les hommes de valeur, nous en avons au Mali, nous les connaissons ; il faut s’appuyer sur eux, et non sur des militants de dernière heure qui calculent la direction du vent pour sauter dans le bateau. Si les attaques commencent à cause de sa personne, il faudrait mettre la croix sur lui aussi.

Il y a un autre jeune politique qui, d’après mes observations, ne répond jamais directement aux nombreuses critiques et dont je ne vois presque pas les partisans se livrer à des violences verbales contre les autres. C’est Moussa Mara. Il faut défendre son chef évidemment et courageusement, sans pour autant verser dans des mesquineries et dans des intimidations. Ce ne sont pas les critiques qui nous détruisent, c’est aussi le manque d’autocritique. Si le chef fait bien, il faut le dire, si c’est mal, faut le reconnaître aussi. Sous d’autres cieux démocratiques, on voit des hommes politiques s’excuser publiquement malgré qu’ils aient des partisans, parce qu’ils ont commis une erreur. Au Mali, on ne voit jamais presqu’un homme politique le faire. Un homme politique qui a toujours raison n’en est pas un. C’est un dictateur potentiel !

J’invite Moussa Mara et Mamadou Igor Diarra à ne pas commettre les mêmes erreurs. Je connais très mal le dernier, mais pour le premier, je maintiens mon respect malgré tout. Je l’ai critiqué et ai dénoncé ses erreurs, cela n’a pas rompu nos relations. Il ne m’a jamais fait de remarques d’avoir dénoncé ses erreurs. Il ne m’en a jamais parlé. Chaque fois que je le contacte, c’est très, très rare, c’est la courtoisie et le respect mutuel. Je vais faire une révélation : devenu PM, j’envoie un message à Mara pour le féliciter. À ma grande surprise, il me remercie et répond : «Vos critiques sont les bienvenues !» Voilà le type d’homme que je voudrais voir nombreux au Mali !

En bamanan, on dit : «Tignè fo té tériya sa.» (La vérité ne doit pas tuer l’amitié). Quoi qu’il en soit, j’insiste toujours sur l’union et la coalition des jeunes politiques au Mali. Il faudra impérativement dépasser le stade des egos pour s’unir dans le combat. L’erreur et l’échec, c’est lorsque chacun veut être à la tête. Or, même biologiquement et physiologiquement, l’homme n’a qu’une seule tête. Mais c’est quoi la tête sans le cou ? C’est quoi le cou sans les épaules ? C’est quoi les épaules sans la moelle épinière ? Et encore, c’est quoi la tête sans le cerveau ? Etc. Dans une union, il y a donc de la place pour chaque élément qui jouera sa partition pour la réussite de la chose. Il n’est pas obligatoire que chacun soit la tête.

Pour finir, je vais ajouter ceci : l’Éthiopie, capitale de l’UA, est le seul pays africain que les Européens n’ont pas pu prendre. Savez-vous pourquoi ? C’est un général éthiopien métis, moitié russe, qui a organisé la résistance. À bon entendeur, salut ! Mais vive l’Union !

Sékou Kyassou DIALLO

 

 

Voici un extrait du livre de Mamadou Igor Diarra qui retrace une histoire récente de notre Mali

Lisez-le attentivement, il vous révélera l’incompétence et le manque de vision de nos gouvernants actuels.

Un jour de janvier 2015 à 14 heures.

IBK-fiston, c’est le président IBK, ton tonton !

Igor- Bonjour Monsieur le président.

IBK–Voilà ! Je voudrais te nommer comme ministre de l’économie et des  finances dans le gouvernement que nous sommes sur le point de finaliser. J’ai besoin de toi, mon fils. Il s’agit d’une mission pour sauver le Mali.

Igor- J’ai déjà été ministre et cela n’a pas été de tout repos. Ma situation actuelle est très confortable. Je jouis d’avantages rares et surtout que je me suis engagé comme c’est le cas avec tous les groupes bancaires internationaux, à ne pas faire de la politique…

IBK–C’est bon ! C’est bon ! C’est bon j’ai compris. Je t’ai demandé de venir m’aider à sauver le Mali et toi tu me parles de ton groupe bancaire. Merci !

Igor–tonton, je voudrais seulement que vous m’accordiez un moment de réflexion et d’échange avec ceux avec qui je viens de contracter.

IBK–Je vous donne trente minutes.

Un peu plus tard, vers janvier 2016, sous le Premier ministre Modibo Keita

Modibo-assieds-toi, Monsieur  le ministre ! Ça va ?

Igor-Oui, Monsieur le Premier ministre, merci.

Modibo-voilà ! Le président et moi tenions à saluer le remarquable travail que tu as réalisé à la tête du ministère de l’économie et des finances. Mais comme toute mission a un début et une fin, nous avons décidé de mettre un terme à celle-ci. Par ailleurs, dans le nouvel étalage gouvernemental, tu occuperas la fonction de ministre du développement industriel. Voilà !

Igor-Monsieur le Premier ministre, je tiens à remercier le président et vous-même pour m’avoir donné le privilège de servir mon pays comme ministre de l’économie et des finances. Vous saviez, mes réticences à accepter ce poste. Vous saviez également que j’ai souhaité partir à plusieurs reprises. Je prends donc acte de cette décision et note l’appréciation favorable que vous avez exprimée pour le travail accompli.

Par contre, ce qui est de la proposition d’être nommé ministre du développement industriel, elle ne m’intéresse pas et je ne vous ai rien demandé.

Modibo- Comment peux-tu dire cela ? Il s’agit d’un ministère dans le gouvernement du Mali. Tu dois au moins me dire que tu va réfléchir.

Igor– J’ai déjà réfléchi, Monsieur le Premier ministre. Ma décision est définitive.

Modibo – Ah bon ? Tu as réfléchi déjà ? Donc tu étais au courant ?

Igor –Non ! Je suis un gestionnaire. Je suis formé pour anticiper. Je vous remercie de nouveau et souhaite bonne chance à votre équipe.

Igor  raconte :

Des âmes bien intentionnées lui avaient soufflé que j’étais à l’origine de ses déboires ; non sans lui suggérer, en prime que je cherchais à le remplacer. J’étais au cœur de toutes les controverses et diffamations bien agencées parfois par sa proximité…

Achetez ce livre pour connaître la suite qui va sans doute vous révéler tout.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Tout cela est tellement maladroit !!!
    Une Erreur lourde de sens. Un mépris de l’intelligence des lecteurs.
    Monsieur Igor Diarra ou une personne de son entourage écrit un article complaisant en se faisant passer pour un pseudo Sékou Kyassou.
    Le rédacteur à l’idée saugrenue de mentionner:
    ” Je connais très mal Mamadou Igor Diarra, je ne me suis jamais intéressé à sa personne. À travers ce livre, je viens de le découvrir un tant soit peu.”
    Un enfantillage pénible pour le lecteur.
    On a envie de demander à ce faux Kyassou si lui même croit un seul instant à ce tas de bobards.
    L’article fini par le rappel inouï d’un général métis moitié Russe ( comme Igor Diarra) qui aurait empeché la colonisation de l’Ethiopie. Mais ????? Que vient faire ce rappel dans cet article ??
    La question que l’on se pose est de savoir si l’auteur n’a pas atteint le summum de la bêtise avec ce rappel grotesque.
    comment faire pour être aussi ridicule ?
    Monsieur Kyassou, avez vous une recette particulière ou prenez vous un médicament secret pour avoir des idées aussi lamentables ?
    A Té SABALI DÔNI.

  2. Il est tres rare qu’un homme politique ecrive un livre, oui! Et c’est ce qui rend Igor exceptionnel en tant homme politique. Le mali a besoin d’innovation, d’un nouveau souffle d’un nouvel angle de vu et de tir pour faire disparaitre tous les maux de notre Maliba. Igor incarne ce nouveau souffle au Mali. Je vais lire ce livre in shaa Allah !

Comments are closed.