Promotion de la bonne citoyenneté : sur 18 candidats, trois remportent la compétition « Parole du citoyen »

0

Dans le but de susciter chez les jeunes l’envie de s’intéresser à la vie publique de leur nation, la fondation Tuwindi et ses partenaires ont organisé, « La parole du citoyen ». Un concours de plaidoyer sur la citoyenneté. Cet événement a eu lieu, samedi 7 novembre 2020, dans les locaux de la Faculté de droit privé de Bamako. Un concours qui entre dans le cadre du projet « Mon Elu ».

Ils étaient 18 candidats en lice, provenant de quatre universités. À l’arrivée, seuls trois candidats ont réussi à convaincre le jury et à remporter les prix décernés.

Les lauréats

À travers sa thématique sur « Le bon citoyen : levier de la démocratie », Elisabeth Guirou s’est imposée lauréate de ce concours avec une note de 17/20.

Émue de joie, Élisabeth n’a pas manqué de mots pour remercier les organisateurs. « Je ne peux qu’être heureuse de ma victoire. Ce concours m’exhorte à plus de recherches et d’études », a-t-elle affirmé. Au-delà de la thématique du jour, elle estime que tous les citoyens doivent s’intéresser à la vie politique et citoyenne de leur pays.

Elizabeth a été suivie parDjélika Keita, étudiante à la Faculté de Droit privé de Bamako (FDPRI) avec une note de 16,50/20. Elle est intervenue sur la thématique : « Citoyen à la malienne ».

Quant à Fatoumata Yayi Cissé, étudiante à l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO), elle s’est positionnée à la troisième position de cette compétition. Comme thème, elle a choisi : « La citoyenneté consiste aussi à mettre nos cultures en valeurs ». Elle a obtenu une note de 16,25/20.

Des idées qui participent à la construction de la démocratie

À la suite de la qualité du travail produit et présenté par de jeunes étudiants maliens, Tidiane Togola, directeur exécutif de la Fondation Tunwidi, estime que ces idées participeront à la construction de la démocratie malienne. M. Togola a profité de l’occasion pour inviter les jeunes à l’accomplissement de leurs droits et devoirs citoyens. « Les citoyens doivent jouer leurs rôles pour le fonctionnement de la démocratie », explique la représentante de l’institut néerlandais pour la démocratie et le multipartisme. Mais cela a un préalable : « Pour ce faire, la proposition des idées est importante pour l’avenir des jeunes et de la Nation », a-t-elle précisé.

Bien vrai que la 15e candidate n’a pas pu intervenir pour raison de santé et la 16e qui n’a pas pu aller au fond de ses idées, le président du jury, Abdoulaye Nantoumé, non moins magistrat, a précisé que tous les « intervenants étaient brillants et talentueux ».

Le but de ce concours, c’est aussi quelque part faciliter l’interaction entre les élus sur l’application « Mon Elu ». Une application développée par la fondation Tuwindi.

Les universités participantes

Notons que la FDPRI (Faculté de droit privé), la FSEG (Faculté des Sciences économiques et de Gestions), l’UCAO (Université catholique de l’Afrique de l’Ouest) et l’ISPRIC (Institut des Sciences politiques, Relations internationales et Communication) sont les quatre universités qui ont pris part à « La parole du citoyen ». Un événement organisé par la fondation Tuwindi en partenariat avec l’institut néerlandais pour la démocratie multipartite (NIMD) et Democracy Tech Squad. Cette initiative vise, selon les organisateurs, à susciter chez ces jeunes participants l’envie de se pencher sur la vie publique, voire de s’inspirer d’autres jeunes par la richesse et la beauté de leurs propos.

Rappelons que les pitchs des candidats sont disponibles dans l’application « Mon Elu ».

 

Mamadou Diarra

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here