Gestion de la Crise UNIVERSITAIRE : Le ministre de l’Education a montré ses limites

0

Depuis plus de deux mois, une crise sans précédent frappe l’université de Bamako. Pour pallier à cette situation, le ministre en charge de l’Education a montré ses limites et du coup, le Premier ministre a pris les reines de cette affaire à partir du jeudi 25 janvier.

QUELLES SONT LES REVENDICATIONS DU S.N.E.SUP?

Les revendications des professeurs du supérieur sont entre autres: l’octroi d’une indemnité de logement aux professeurs et chercheurs de l’enseignement supérieur, l’annulation totale des examens de la FSJP (il faut rappeler que les examens de ladite faculté se sont déroulés pendant la période des vacances universitaires qui commence initialement le 15 juillet pour prendre fin le 15 septembre.

L’OPTIMISME DU S.N.E.SUP

Après la transposition du dossier de la grève illimitée décrétée par le S.N.E.SUP sur la table du Premier ministre l’optimisme gagne du terrain du coté des grévistes. “Les négociations vont bon train avec le nouvel interlocuteur qui a affiché une volonté ferme de trouver une solution. Quant à l’ancien interlocuteur, en l’occurrence le ministre de l’Education, il voulait entraîner les professeurs dans un jeu de “ping-pong” et en fin de compte, les professeurs ont cédé sans avoir satisfaction. Dès la rencontre avec le Premier ministre le jeudi dernier, une commission a été mise en place sous les hospices de la primature. Cette commission est composée des représentants de six ministères, de la société civile et du S.N.E.SUP”, a déclaré M. Sissoko l’un des leaders S.E.N.SUP. Avant d’ajouter que: “les résultats des examens de la FSJP organisés par l’administrateur provisoire ne seront pas annulés, puisque nous avons trouvé un accord avec le gouvernement.

Le syndicat se réjouît de la proclamation du décret du 19 janvier, signé par le ministre de l’Education? Ce décret va permettre aux professeurs hiérarchisés durant l’année 2006 de pouvoir bénéficier des salaires conformément à leur nouveau statut. Il faut rappeler qu’il y a quatre grades de professeurs à l’université, à savoir les assistants, les maîtres-assistants, les maîtres de conférences et les professeurs titulaires.
Les deux premières classes sont constituées de ceux qu’on appelle professeurs de rang B et pour les deux dernières classes ils sont professeurs de rang A. Le syndicat est décidé à aller au bout de son ambition, tant que les professeurs du S.N.E.SUP ne verront pas le décret signé relatif à la satisfaction de leurs doléances.

Pour M. Sissoko, la balle est dans le camp du gouvernement pour le démarrage des cours au sein des différentes filiaires de l’université de Bamako.

Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

Commentaires via Facebook :

PARTAGER